L’histoire des boules du père Léon

L’histoire des boules du père Léon

L'histoire des boules du père Léon

« A l’origine, l’arbre de noël était décoré de belles pommes rouges, symboles de la vie durant la saison morte. Cet arbre venait d’orient. Une sorte de plaqueminier m’a dit le père Léon. Dans certaines régions où cet arbre n’existait pas encore, on ajouta des bonbons, des gâteaux, des noix et des noisettes.

C’est un artisan verrier qui eut l’idée de reproduire ces noisettes en verre soufflé, ouvrant une tradition qui se répandit très vite à travers le monde. C’était une année de grande sécheresse, privant le pays tout entier de réserves pour la saison froide, de pommes et de fruits, privant du même coup les sapins de Noël de leurs décorations.

C’est alors que le père Germain, souffleur de verre réputé, a l’idée de faire plaisir aux enfants et confectionne de fameuses boules en verre.

L’idée se répand dans toute la contrée et bien au-delà. Les ouvriers verriers soufflent jours et nuits des boules de toutes tailles. Ces boules décoreront les sapins dans les maisons, mais aussi dans les rues et sur les places. Des boules énormes seront fabriquées. Faute de pouvoir les ranger, le restant de l’année, les plus grosses seront ensuite cassées en morceaux pour réaliser des verres à lunettes et d’horlogerie. Cette tradition préférée du père Léon et ces techniques de soufflage et d’argenture ne se sont jamais perdues et perdurent dans un petit coin de Germanie. »

Juste pour apporter un peu de clarté dans le ciel gris d’aujourd’hui.

Publicités

La soupe du moment

La soupe du moment

La soupe du moment

Le vent souffle dans notre dos et nous fait entrer très vite.
Arrivés, déchaussés, reposés,
sortons les ustensiles de cuisine.
on épluche et découpe le butternut en carrés
une cuillèrée d’huile chauffe au fond de la cocotte
pincée de curcuma ajoutée
et une autre de muscade râpée
dore doucement un émincé d’oignon
une douce odeur emplit notre nez
morceaux de butternut versés
on touille ce fumet
mélange le tout un peu salé
et légèrement poivré
ne tardons pas à installer les assiettes
tout sera dégusté avec ou sans fleurette.

Au bas de mon gilet

Au bas de mon gilet

Au bas de mon gilet
j’ai choisi de faire des côtes
et au bout de huit rangs
j’ai cassé la monotonie,
chaque rang commencait
par deux mailles à l’endroit
alors sur un multiple de vingt
j’ai tricoté dix mailles à l’envers
et continué dix suivantes en cotes
et répété ainsi ces deux lignes
jusqu’à la fin du rang,
j’ai tricoté le retour sur les mailles
comme elles se présentaient,
au rang suivant cette fois,
ai commencé par dix mailles à l’endroit,
et continué dix suivantes en cotes
et répété ainsi ces trois lignes
jusqu’à la fin du rang,
j’ai tricoté le retour sur les mailles
comme elles se présentaient,
puis répété encore une fois depuis
‘alors sur un multiple de vingt’ jusqu’ici.
Pour les rangs suivants
sur ce multiple de vingt
j’ai inversé le godron et les côtes
sur autant de rangs
comme je vous montre ici.

J’ai glissé sur une flaque gelée

J’ai glissé sur une flaque gelée

J’ai glissé sur une flaque gelée

Ai rencontré le sol un peu rapidement,
Immédiatement relevée
Occupée à me frotter énergiquement
Une fesse, un genou
Bras, mains et joue,
Laissant mes courses courir sur le trottoir
Insistant dans ma poche pour trouver mon mouchoir,
En essuyant mes larmes, en me mouchant très fort
Décidée à partir dans un nouvel effort
En peine, j’ai fait très attention
Vivement relevée j’ai ramassé le miel
Intacts, les oranges et le potiron,
Verts chou et poireau et oseille
Rassurée que la vie était belle
Et aussi, un poison.

Juste une pensée à Johnny Hallyday décédé hier

Regarder les flocons tomber

J’ai pris le temps de regarder les flocons tomber

Regarder les flocons tomber

Et de me faire un café
Dans la petite cafetière italienne,
Il fallait prendre soin des fleurs et
Rentrer le citronnier
Avant que la neige recouvre tout.
Il me prit l’idée de battre les jaunes et
Monter les blancs en neige
Avant d’enfourner le soufflé.
Les conserves de légumes et de fruits
Garnissaient les
Rayonnages des
Étagères de la cave.
Tout y était en
Ordre, impeccablement rangé.
Une envie de
Tricoter m’était venue juste après
Qu’on ait apporté le courrier.
Une très bonne nouvelle dans une petite
Enveloppe bleue.
La laine fut vite trouvée et les
Aiguilles aussi,
Voyez comme elles ont déjà bien dansé.
Il faisait encore plus froid là-bas,
Elle ne demandait rien mais son
Fuseau était cassé
Un petit gilet de rien du
Tout lui tiendrait chaud
Bientôt, alors j’ai tricoté
Encore et encore pour un sourire.
L’amour est un plaisir,
La vie ne suffit pas
Et toi mon cœur pourquoi bats-tu ?

juste pour penser à Jean d’Ormesson décédé hier