Atelier Patchwork – Portraits… à la manière de BF

Les portraits de Norma, Nicole et Marie-Jo, à la manière de BF, sont terminés

patchcath

elle n’a brodé que des pensées douces et tous les prénoms de ses enfants, petits-enfants

patchcath

elle a juste noté les parties de son visage de toutes les couleurs sur le tracé que sa fille lui avait préparé

patchcath

et sur sa chevelure de sa jeunesse, elle a brodé les mots d’un très joli poème dont l’auteur est inconnu:

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec son cœur;

Sans remord, sans regret, sans regarder l’heure;

Aller de l’avant, arrêter d’avoir peur;

Car, à chaque âge, se rattache un bonheur.

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec son corps;

Le garder sain en dedans, beau en dehors.

Ne jamais abdiquer devant un effort.

L’âge n’a rien à voir avec la mort.

Vieillir en beauté, c’est donner un coup de pouce

À ceux qui se sentent perdus dans la brousse,

Qui ne croient plus que la vie peut être douce

Et qu’il y a toujours quelqu’un à la rescousse. 

Vieillir en beauté, c’est vieillir positivement.

Ne pas pleurer sur ses souvenirs d’antan.

Être fier d’avoir les cheveux blancs,

Car, pour être heureux, on a encore Le temps.

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec amour,

Savoir donner sans rien attendre en retour;

Car, où que l’on soit, à l’aube du jour,

Il y a quelqu’un à qui dire bonjour.

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec espoir;

Être content de soi en se couchant Le soir.

Et lorsque viendra Le point de non-recevoir,

Se dire qu’au fond, ce n’est qu’un au revoir.

Portraits – à la manière de … BF

J’ai choisi le tracé de mon portrait de face, (le tracé du profil pour matelasser ma courte-pointe) , j’ai déposé des fils imaginaires, et reporté ce dessin sur un mouchoir de fil pour le broder…

patchcath

quelques jours plus tard

patchcath

et de plus près,

patchcath

je ne suis pas très souriante, mais pas du tout!….  c’est que ça n’est pas facile de dessiner avec « un seul fil », et puis je suis peut-être comme ça finalement?!

Nos Portraits – 3

A la manière de caricature comme Bertrand Fompeyrine , en relevant par des tracés légers les limites visibles en superposant la photo et une feuille de papier à travers une vitre ou au dessus d’une lampe : des visages de BD apparaissent.
Puis à partir de la photocopie de cette caricature, « dépôt » de fils imaginaires légers au crayon repassant sur ce traçage comme s’ils étaient épinglés d’un bord à l’autre de ce dessin.
Sur le tracé du 2ème portrait, on a écrit  à la manière des élèves de Bertrand Fompeyrine, des mots inspirés de nos activités de l’instant : comme on travaillait en musique, en mangeant des chocolats, notre côté poète prit le dessus… on a recopié les citations lues sur les papiers de papillotes