Mon tricot du moment#4

Mon tricot du moment#4 pour ma poulette

Ma poulette est la plus jeune de mes tout-petits
Oh ! elle a eu son lot de brassières et de chaussons tricotés à sa
Naissance. Elle ne manque ni de pulls ni de gilets, mais
Trois numéros la précèdent en deux ans et demi, et il faut se
Rendre à l’évidence, elle hérite des tricots des plus grands.
Ils sont encore en bon état et n’ont perdu ni leur
Couleurs, ni leurs formes, ils lui vont bien.
On les personnalise en changeant les boutons,
Tous ou partie, ou en brodant quelques fleurs sur les
Devants ou l’encolure pour leur donner
Un air plus féminin…
Mais là, j’avais envie de tricoter juste pour elle, j’ai marié deux
Onctueux fils de coton comme sa peau douce,
Mercerisé, soyeux,
Et tendre, de couleur rose comme les fleurs du
Néflier qui s’épanouissent au jardin. J’essaie la
Technique top down avec un raglan ajouré.

Publicités

Patience active

Patience active

Parce que j’avais sûrement des ouvrages plus urgents
A confectionner, j’avais oublié ce gilet au fond d’un sac à
Tricot. Et quand j’ai repris à nouveau ce travail en mains,
Il se passa quelque chose d’extraordinaire, la laine était douce
Et les mailles courraient sur les aiguilles…
N’empêche que j’ai ressenti le besoin d’en parler,
Causant de tout ça et couchant des mots ici m’a fait du bien,
Et j’ai même mené à bout d’autres ouvrages en parallèle
Avec ce boulet toujours posé très près de moi et bien visible,
Chauffant mes genoux tant les morceaux sont larges et longs,
Tricotant des soirs et des matins, presque sans relâche…
Il est quasiment terminé aujourd’hui, je
Viens de remonter les mailles pour l’encolure
Et je coudrai une fermeture éclair sur le devant.

Patience active. J’ai écrit ces mots il y a quelques jours. Simplement. Je pensais qu’il était bon d’en parler. Et Jo m’avait encouragée par ces deux mots et sa définition positive. Merci, boulet est beau et va très bien.

Le boulet

Le boulet


Les ouvrages sont ainsi, certains traînent dans les paniers
Et tardent à être terminés.
Bien que la couleur plaise énormément,
Ou que le fil soit de bonne qualité,
Une non-envie de continuer s’installe et dure…
Le tricot devient boulet, est laissé de côté,
Enfoui dans un sac profond, et oublié,
Tandis que les jours passent et les saisons reviennent…

Je viens d’ouvrir le sac et de ressortir le seul morceau… ah oui, en effet, je n’étais pas allée bien loin. Un dos, même pas fini !
Et finalement je me suis attelée, ai mesuré à nouveau et commencé les devants de ce gilet, oui oui ensemble, avec quelques rais de côtes sur le côté presque sous les bras, pour « donner de l’aisance », et aujourd’hui, je fais les manches en demi-raglan.
Je souris, car je ne suis pas la seule à avoir des boulets dans mes sacs, voyez.

Poisson d’avril

Poisson d’avril

Patchwork en courte-pointe
Ouvrir les yeux en gardant les paupières jointes
Insaisissable fretin à portée de patte
Scruter avec patience et prévoir sans hâte
Slalomer et jouer dans les rais de lumière
Onduler du regard sans bouger du derrière
Nager dans les plantes, ne pas mourir et sortir
Doucement, immobiles, se préparer à bondir
Attentifs aux trois chats, et libres maintenant
Vifs et joueurs croyant tenir en prenant
Rage et efforts leur font perdre couleurs
Ils sont rouges de colère, peut-être bleus de peur
La vie peut être belle mais pas toujours facile.

Une courte-pointe réalisée pour un défi géométrique… et pour une de mes filles.

Une nouvelle envie de patch

Une nouvelle envie de patch parcourt mes bras et mes mains,

Une envie très forte…
N’écoutant plus que ce frémissement jusqu’aux bouts de mes doigts,
Et parce que mes ouvrages tricotés étaient presque terminés, mon regard
Ne se baladait qu’entre mes ciseaux et mes boites à tissus.
Oh, bien sûr, il manquait encore quelques points ça et là,
Un petit rien, pas grand chose. Surtout que j’en avais reçu d’autres (des tissus, pardi) qui
Viendraient faire déborder les tiroirs et les armoires, il fallait agir…
Et c’est ce que j’ai fait ! J’avais déjà plusieurs idées, et ce bloc était facile à réaliser.
Le tourniquet, c’est comme ça que je nommais ce dessin,
Le carré partagé en deux à l’horizontal, en vertical
Et par ses diagonales,
Et tous ces traits formaient une étoile en son centre
N’empêche qu’il ne suffisait que de deux couleurs pour assembler et
Voir les coloris tourniquer. Alors j’ai taillé…
Il ventait ce jour-là, comme d’habitude sûrement,
Et ça me plaisait de faire virevolter mes tissus
De toutes sortes, unis, à fleurs ou à motifs,
Et des rayures ou des carreaux. Alors j’ai assemblé…
Pour la plupart, ce sont des récupérations de chemises ou
Anciens tabliers ou nappes et rideaux…
Tous lavés, et relavés, ils ne perdront pas leurs
Couleurs, et ne déteindront plus. Et j’ai cousu pendant des
Heures… pour en faire le dessus d’une courte-pointe.

Il fallait créer des événements

J’avais intitulé ça, la JMBP. Puisqu’il fallait créer des événements, allons-y !

Journée mondiale du bouquet et patchwork – édition 2019.
On allait donc passer tout un après-midi et une soirée à bricoler.
Un début d’année à l’atelier Patchwork pour assembler des initiales en tissus
Réunit pas moins de douze lettres pour une banderole sur fond rouge.
Ne manquant pas d’idées, Marianne proposa de confectionner des bouquets
Euh oui, mais de quelles fleurs disposerons-nous en début du mois de mars ?
En regardant bien, les premières fleurs sur un lit de mousse allaient faire l’affaire
Mêlées à quelques brindilles et de belles branches récoltées au cours des randos.
On a donc glané tout ce qui était à notre portée pour le jour J
N’oubliant pas les récipients de toutes sortes et mousses pique-fleurs
Décidées à rendre cette journée la plus ensoleillée possible.
Il faisait d’ailleurs très beau ce jour-là dehors
Alors, dès le matin, chacune confectionna quelques gâteaux
Les visiteurs allaient être nombreux
Et le goûter improvisé serait apprécié.
Dès le début d’après-midi, l’accrochage des ouvrages textiles commença,
Une table fut mise à disposition de l’étalage des brassées de fleurs et de brindilles.
Bientôt tout fut prêt pour l’ouverture des portes.
On est venu en curieux, d’abord, puis
Une grande partie des visiteurs s’est laissée prendre au jeu,
Quelque soit l’activité, les gens riaient.
Une table fut réservée aux joueurs de cartes, pourquoi pas,
Et deux autres à la distribution du goûter,
Tant et si bien qu’une cinquantaine de bouquets ornaient les tables
Et d’autres se sont mis à chanter et fredonner,
Tous semblaient heureux.
Danser avec le pantin fabriqué aux Thursdays Fiber n’était pas
Une chose facile. Il fallait savoir le tenir
Puis enfiler ces drôles de chaussons, et
Arriver à se coller à lui pour faire un couple et
Tenter quelques pas, en harmonie.
C’est comme ça qu’on a mis la musique !
He oui, ça faisait plus festif.
Waouh, je n’aurais pas cru que la journée fut aussi belle.
On a laissé les bouquets à admirer pour ceux qui n’avaient pas pu venir,
Ramassé et rangé le reste, en pensant déjà à une prochaine fois.
Kiffer, ça pour sûr que c’était réussi !

Respecter les traditions

C’est qu’elle avait passé sa vie sans suivre les habitudes ni respecter les traditions de la vallée…
Hop, aujourd’hui encore elle décidait sans hésiter et bourra sa nuisette dans un coin de valise.
Après les noirs tréfonds de la loose qu’elle avait connue suite aux assises
N’oubliant pas l’abonnement au trente-sixième du quai des orfèvres qu’elle avait eu
Désormais elle allait aspirer la vie qui lui restait, musarder sans doute, respirer un peu plus
Et effacer de sa tête cet envers du décor. Une arnaque encore ? ou une arcane enfin !
La main gauche rajusta sa bretelle et la droite glissa dans sa poche de tablier, sans s’affoler.
Elle chercha, farfouilla et trouva une fève. Elle la tint. Une envie de sucré lui vint soudain.
Une caresse en passant sur un tarabiscot qu’elle avait toujours vu là
Ronronnant comme un chat et savourant déjà les crêpes qu’elle ferait ce soir loin du froid.

Cet acrostiche et une grosse envie de crêpes pour répondre aux Cahiers d’Emilie et Plumes d’Asphodèle sur un thème choisi et des mots proposés.