La vie est belle

La vie est belle

La vie est belle

La vie est belle pour Lili qui vit heureuse dans sa maison-pomme
Enfin, jusqu’au jour où une femme vient cueillir les fruits du verger.
Très vite, sa maison dérobée disparait dans un immense panier,
Et sa vie bascule. Elle se jure de la retrouver et de lui faire comprendre son désarroi,
Même si les pommes existent pour être mangées. Elle part donc chez la voleuse.
Petite souris et noir corbeau, outrés, l’accompagnent chez cette
Sorcière qui les ignore quand ils arrivent, trop affairée auprès d’un pêcheur
Qui s’est échoué dans la nuit, sur les berges devant son manoir.
Un homme simple, qui avait une vie paisible jusque là, reprend ses esprits.
Il s’est fait attaquer et dévaliser par les pirates des mers sur
Le lac du nord qui ont ensuite coulé son bateau.
Faible mais conscient, il explique sa mésaventure aux trois amis
Avec ardeur et précision, et leur demande de l‘aide pour sortir d’ici.
Il est visiblement captif de cette femme un peu louche, voudrait sortir au plus vite et
Trouver un nouveau navire pour ne pas être en galère trop longtemps.
Les trois amis et compère réussissent à quitter l’endroit discrètement et sans bruit.
En dédommagement de sa maison volée, Lili rafle des provisions
Tant et tant qu’ils en auront pour tout l’hiver et toutes leurs familles.
Rapidement leur bonne humeur est revenue quand il croisent
Oiseau gris, le vieux corbeau, arrivant à tire d’aile de la grande forêt.
Ivre de colère et de vent, éméché et déplumé, il a du mal à s’exprimer.
Ses enfants et cousins vont mourir, un homme coupe tous leurs arbres.
Sans branches, sans feuilles, pas de nid ! où loger maintenant ?
Et sans fleurs, plus insectes ! que vont-ils manger ? que vont-ils devenir ?
Rassurante, Lili montre la quantité de nourriture qu’ils possèdent : « Il y en
Aura pour tout le monde. Allons voir, malgré tout, si on peut arrêter ce massacre ».
L’individu fait ronfler sa tronçonneuse, les arbres tombent bruyamment
En effrayant les animaux qui s’enfuient. Mais il ne voit pas venir l’énorme tempête
Tourbillonnant au dessus de sa propre maison qui se disloque et s’envole en morceaux
Emportés dans le ciel sombre. Les amis trouvent refuge dans un terrier de lapins.
Muets et désolés, ils fixent l’énergumène maintenant surpris par la colère des cieux,
Puis la peur le prend à son tour, alors gêné et contrit, il leur demande le gîte, .
Soudain, il réalise… Il réparera: il est menuisier et refera l’endroit plus beau,
Des oiseaux pourront à nouveau nicher et vivre en famille et en paix.
En entendant ces mots, un petit poisson heureux saute hors de la rivière proche
Tout excité. Il crie qu’il va voir la mer. Il a toujours vécu dans un bocal
Où il ne croisait jamais personne. Un jour, il sauta dans la cuvette des toilettes.
Une chance ! Si le chemin était semé d’embûches, il a tenté l’aventure et il est là,
Terrorisé au début, il est libre maintenant. Il agite ses nageoires et reprend sa route.
Les chemins de la liberté ne sont pas sans danger ! se disent les amis.
Et c’est là qu’un petit agneau déboule de la forêt pleurant, ayant perdu sa
Mère en se sauvant devant les arbres qui tombaient sous la lame
Ou s’élevaient dans la tornade. Mal à l’aise, l’homme sort une petite flûte de sa poche,
Il joue d’abord doucement pour s’excuser. Les animaux et leurs amis retrouvent le sourire.
Sa musique est gaie. Des larmes et la pluie qui tombe mouillent ses joues. « Si j’avais … »

Sur les consignes d’Estelle et pour l’Atelier sous les feuilles, je voulais dire que la vie est belle au défi d’A vos claviers #8 de juin. Il fallait utiliser un dicton, trouvez-le !

Publicités

Deux mots pour toi

Des fleurs de mon jardin et deux mots pour toi !

Deux mots pour toi

Juste deux mots pour toi que je ne veux pas
Oublier aujourd’hui. Si le bonheur est dans ton cœur
Y a du soleil ici, il fait bon au jardin,
Et comme toi, je verrai les miens à midi.
Une journée d’amour, de sourires et de jeux,
Xérès et dessert au repas partagé entre plus ou moins
8 convives heureux autour de la table,
0 pluie ni orage, des blagues uniquement et de la bonne humeur,
Avec du chocolat et des fleurs. Bon anniversaire !
Nous pensons à toi, avec humour et amour,
Sois en sûre. Mille bises de nous tous.

Ma vie est comme un tricot

Ma vie est comme un tricot

Ma vie est comme un tricot

Mais elle est aussi… encombrée d’autres essais tricotés.

Avec un rien ou juste un tout petit quelque chose
Vert ou bleu, jaune ou rose
Il est joli, mon tricot de vie, parfois drôle
Et plein de fantaisie
En nouant la laine en mailles.

S’entortillent entre doigts et aiguilles
Tissent mille points au fil de
Chaque jour qui passe
Obvient aux chagrins et mes peines
Mailles endroit et mailles envers
Mêlent mousse et jersey
Emportés au rythme de la vie.

Un brin compliqué mon ouvrage
Néanmoins précieux et construit jour après jour
Tricoté aux couleurs de ceux qui m’entourent
Raccommodé pour ceux que j’aime
Invariablement il avance, plus ou moins vite bien sûr
Comme un bateau à voiles sur les flots
Ondulant dans l’air et dévié par les vents
Tire-bouchonnant le fil de mes jours et mes nuits.

Je tricote n’importe quoi pour fabriquer des choses impossibles. Ce matin, c’est du raphia que j’avais dans les mains pour nouer et tenir les pousses vertes de mon jardin, mais comme il pleut encore, c’est autour de mes aiguilles que ces brins se sont noués en entourés…

Bonjour 2018

Bonjour 2018

2018

Ah, elle commence bien, cette année-ci

Une pleine lune, un beau bébé chez les amis

Gardez la forme, profitez des jours et des nuits

Unissez-vous contre le vent, restez au chaud

Souriez, riez et partagez votre joie

Tenez bon, serrez les mains tendues

Il est là le bonheur, dans les mots des uns et les paroles des autres

Ne fermez pas les yeux, admirez les étoiles et aimons la vie.

La soupe du moment

La soupe du moment

La soupe du moment

Le vent souffle dans notre dos et nous fait entrer très vite.
Arrivés, déchaussés, reposés,
sortons les ustensiles de cuisine.
on épluche et découpe le butternut en carrés
une cuillèrée d’huile chauffe au fond de la cocotte
pincée de curcuma ajoutée
et une autre de muscade râpée
dore doucement un émincé d’oignon
une douce odeur emplit notre nez
morceaux de butternut versés
on touille ce fumet
mélange le tout un peu salé
et légèrement poivré
ne tardons pas à installer les assiettes
tout sera dégusté avec ou sans fleurette.

J’ai glissé sur une flaque gelée

J’ai glissé sur une flaque gelée

J’ai glissé sur une flaque gelée

Ai rencontré le sol un peu rapidement,
Immédiatement relevée
Occupée à me frotter énergiquement
Une fesse, un genou
Bras, mains et joue,
Laissant mes courses courir sur le trottoir
Insistant dans ma poche pour trouver mon mouchoir,
En essuyant mes larmes, en me mouchant très fort
Décidée à partir dans un nouvel effort
En peine, j’ai fait très attention
Vivement relevée j’ai ramassé le miel
Intacts, les oranges et le potiron,
Verts chou et poireau et oseille
Rassurée que la vie était belle
Et aussi, un poison.

Juste une pensée à Johnny Hallyday décédé hier

Regarder les flocons tomber

J’ai pris le temps de regarder les flocons tomber

Regarder les flocons tomber

Et de me faire un café
Dans la petite cafetière italienne,
Il fallait prendre soin des fleurs et
Rentrer le citronnier
Avant que la neige recouvre tout.
Il me prit l’idée de battre les jaunes et
Monter les blancs en neige
Avant d’enfourner le soufflé.
Les conserves de légumes et de fruits
Garnissaient les
Rayonnages des
Étagères de la cave.
Tout y était en
Ordre, impeccablement rangé.
Une envie de
Tricoter m’était venue juste après
Qu’on ait apporté le courrier.
Une très bonne nouvelle dans une petite
Enveloppe bleue.
La laine fut vite trouvée et les
Aiguilles aussi,
Voyez comme elles ont déjà bien dansé.
Il faisait encore plus froid là-bas,
Elle ne demandait rien mais son
Fuseau était cassé
Un petit gilet de rien du
Tout lui tiendrait chaud
Bientôt, alors j’ai tricoté
Encore et encore pour un sourire.
L’amour est un plaisir,
La vie ne suffit pas
Et toi mon cœur pourquoi bats-tu ?

juste pour penser à Jean d’Ormesson décédé hier