Mon patch avance

Mon patch avance…

Patch du petit peuple
Ouvrage doux d’une suite de petits personnages.
Rassurés, ils avancent vers ce refuge en construction
Tenir la barrière et ouvrir la porte,
Entrer enfin pour se reposer un peu.

Maison assez grande à première vue, murs et toit solides apparemment.
Ouvriront-ils la fenêtre à l’étage pour admirer le paysage de là-haut ?
Tenir l’endroit en ordre pour pouvoir y revenir c’est l’important, car
Ici tout est joli aux motifs colorés et propre et engageant
Facile d’accès, pratique et accueillant

J’ai juste levé le nez pour répondre au projet des Bottes rouges et à 52-2020 de Ma’ puis suis repartie conter mon petit peuple et compter… mes points et les blocs… si je veux que mon patch avance.

L’étape de rembourrage

L’étape de rembourrage lui avait pris du temps.

Le givre sur Cabourg lui en avait laissé en la privant de sortie. Elle n’aurait rien de bien précis à leur proposer ce soir, mais elle avait cogité. Des pensées pour elles et des idées nouvelles trottaient déjà dans sa tête.  Ça la rendait irrésistible. Elles dirent que ce petit lapin aussi. Rien de pourrait déstabiliser son foyer avec toute cette tendresse chez elle et avec elles pour l’éternité.

Texte écrit avec la récolte 33 des mots, une histoire chez Olivia.

Joyeuses année 2020

Joyeuses année 2020.

Je sais que deux mille vingt mailles et plus agrémenteront mes nouveaux ouvrages, que deux mille vingt petits bouts de tissus et plus confectionneront mes nouveaux ouvrages, que deux mille vingt mots et plus composeront de nouveaux articles, mais que ferai-je, où serai-je dans deux mille vingts jours ?

Adieu l’an dit neuf et marre dit vieux, et Meilleurs vœux pour l’an de mille vins, sans en abuser qu’il apaise nos peines et qu’il fasse rejaillir sourires et joie, bonheur et sérénité dans nos cœur pour toute une année de douceur… ¸¸.•*¨*• ☆

(¯`v´¯)
.`•.¸.•´ ★
¸.•´.•´¨) ¸.•¨)
¸.•(¸.•´(¸.•´ (¸.•¨¯`♥*  ¸¸.•*¨*• ☆

Porter une paire de gants

Elles voulaient presque toutes porter une paire de gants qu’elles auraient tricotés. Envie, désir…

Je leur avais expliqué qu’il valait mieux déjà faire un gant comme le modèle, pour pouvoir ensuite l’adapter à leur main.

Chacune avait apporté sa pelote de laine fine pour apprendre à tricoter ses gants au point mousse à 2 aiguilles.

Et toutes sont parties avec leur gant-gabarit et l’envie d’apporter une laine de couleur à son goût pour la prochaine fois.

Rien de plus facile, les explications sont là

pour répondre au grand défi de Noël éco-responsable sur une idée de Stella mes petites créations.

Chaussons de 8 carrés

Confection de chaussons de 8 carrés et calendrier de l’Avent

Quoi ? Il faut être un peu tordue pour rapprocher l’idée de confection de chaussons de 8 carrés tricotés avec le calendrier de l’Avent ?! Oh Pas tant que ça, vous allez voir.
Depuis la Lauouine,
les jouets et les décos pour Noël sont exposés dans les commerces, et déballés les chocolats et les galettes des rois…
alors sans y penser vraiment, mais largement imprégnée quand même à l’idée de cette fête…
tout en tricotant pour faire plaisir
les restes de laine sur mes aiguilles d’abord et à Stella ensuite… Etoile…
je compte mes mailles et les enchaîne, fil arrière, fil devant… Avent…
il y en a toujours une qui manque s’échapper ou qui ne veut pas passer… ai-je un ongle accrocheur ? non, peut-être les doigts juste un peu abîmés par le froid… non pas de crème maintenant… Crème ou écrue… je change de couleur de laine et des rayures se forment…
Je compte mes rangs, puis les carrés aussi… Vingt-quatre, c’est divisible par deux, trois, quatre, huit, douze…
et c’est comme ça que si on tricote un carré par jour quand on ouvre une case du calendrier de l’Avent on aura une paire et demie de chaussons pour Noël…
alors bien sûr il faudra continuer pour compléter la deuxième paire si on ne veut pas que le destinataire soit à moitié content…
et comme on aimera ça on continuera à tricoter et chaque jour sera l’avant d’une paire… ou presque.
Avec tout mon sourire.
Fatiguée ? un peu sans doute.

Pour le grand défi de Noël éco-responsable sur une idée de Stella mes petites créations
et pour répondre à Chicky Poo et Samarian sur il était 7 fois Noëlen rythme et en musique de mes aiguilles.

Entendre à nouveau le cri des kangourous

Me tarde-t-il vraiment d’entendre à nouveau le cri des kangourous ?

Je pense souvent à cette rencontre d’antan. Énorme défi qu’on accepte bon gré mal gré. Il y a eu le défilé aux invalides… et des pique-assiettes, bien sûr. Fameux vestige ! Je sens un sourire monter. N’empêche qu’il y aura toujours cette étincelle dans les yeux de nos petits. Et puis j’entends: « plus d’espoir ! », mon visage s’éteint.

Ressentir cette dualité intérieure, enserrée dans une situation indicible, où les souvenirs se bousculent et les projets restent et attendent… Mais attendre quoi grand dieu puisque d’aventure on ignore ce que demain sera. Je voudrais calmer cette révolte au creux de mon ventre. Mes épaules sont lourdes comme si tous les méandres de la vie y reposaient soudain. J’ai l’impression d’avoir vécu ce moment… Est-ce une répétition ? Drôle d’interprétation, ça va sans dire. Je serais incapable de sortir trois mots de suite sans zézayer. Alors je me tais. J’écoute.

Chaque expiration est un soupir et sa respiration est régulière. Est-ce pour ça que le Finistère porte ce nom ? Faut-il aller au bout du bout pour s’envoler ? Le cygne le fait bien, lui. Fais-moi un signe… les paroles de la chanson trottent dans ma tête et apportent un sourire sur mes lèvres. Il va falloir… ou ne plus falloir y penser… Penser au canard et préparer son foie une dernière fois. Déposer la brioche sous le torchon et la laisser s’enfler sans l’oublier. Ouvrir la bouteille pour que le vin s’oxyde et prenne tous ses arômes.

Ne plus penser et se laisser explorer les méninges comme si des milliers de mains les trituraient en douceur. Sans sursauter, se souvenir des claquements de portes et surveiller l’arrivée des amis, des claquements de langues des convives à la découverte des saveurs, des claquements de glace sur le lac gelé, des claquements de fouet du traîneau qu’on ne verra peut-être jamais dans le ciel…

C’est ma participation à des mots, une histoire chez Olivia avec les mots proposés de ces dernières semaines et mes idées grises.

Chaussons de deux couleurs tricotés au point de chevrons

Chaussons de deux couleurs tricotés au point de chevrons

Je ne saurais pas dire où j’ai vu ces explications en vidéo. Sur le Net bien sûr, mais où ? comment y retourner ?… j’ai longtemps chercher… en vain. Ce dont je me rappelle c’est qu’Elle avait griffonné sur un papier ses notes que j’ai pu lire avant que mon ordi se ferme, faute d’alimentation électrique et batterie épuisée. Elle faisait un chausson de 2 couleurs contrastées, rose fuchsia et bleu marine avec de jolis effets de demi-fleurs sur le dessus du pied et des chevrons, en petits escaliers sur les côtés qui rendait le chausson assez rigide et très coloré. Un peu déçue, j’aurais bien aimé la remercier et faire un lien vers sa vidéo.

Je pense avoir vu qu’elle avait noté 39m en bas du papier, puis dessiné 9 boucles au centre de bas en haut qui signifiaient des augmentations sur les mailles centrales, puisque sur les chaussons il y avait comme des demi-rosaces de couleur rose. Et 11m était écrit tout au-dessus au centre de la page, pour la semelle je suppose.

Ces deux couleurs très différentes ont fait que j’ai pu voir que l’escalier formé par les chevrons d’un côté du chausson était exécuté de façon symétrique sur l’autre côté comme dans un miroir.

Alors j’ai pris mes aiguilles et deux fils à tricoter, un clair et un foncé, et j’ai foncé pendant que je me souvenais de ce que je pensais avoir vu et qui était accroché là comme imprimé juste derrière mes yeux. Voici ce que ça donne.

Et j’ai copié mes petites notes en forme d’explications pour ces chaussons chevrons sur cette page ici.