Il fallait que je t’en cause

Mon cher ami, cette fin d’année ne sera plus comme avant, il fallait que je t’en cause.

Il fallait que je t’en cause

Attends-toi à de grands changements quand tu prendras ma relève la semaine prochaine.

Quand je suis entrée dans l’atelier lundi dernier, Anne a dit plose. Je l’ai trouvée un peu fatiguée comme chaque année à cette période, pas de quoi s’alarmer. Elle semblait prête, mais je sentais qu’elle avait besoin d’air, mais elle ne les prononçait plus, elle préférait les ailes apparemment et en mettait partout, sur son dos, dans sa bouche…

– Pose, a répété le père, pose ça là et va-t-en.

Tant bien que mal, alors j’ai posé. Surprise aussi car je ne l’avais pas vu lui. Il était près d’elle. Il était prêt comme elle, le moustachu. Mais son ton était las. Le thon était là aussi, mais c’est une autre histoire. Ça tombait bien, j’avais besoin d’une pause. Enfin façon de parler quand j’ai posé tout a chu et ce fut soudain le grand bazar dans le verger. La grande boite à dessert que j’apportais s’est ouverte et tous les flonflons contenus versèrent sur le sable. Cette boite, à qui était-elle ? De carton m’étais-je trompée ? Ce n’était pas la tenue habituelle et j’en restais bouche bée. Les arbres aussi car leurs fruits sont tombés. Une grosse pomme trop vite a roulé pour s’arrêter trop près du bassin. Elle cogna la Vénus du jardin, qui de tout son long s’étala. J’ai couru, me dis-je : « tu l’aideras », mais elle était déjà assise et lui étaient poussés des bras. Elle avait dans cette position meilleure allure près des poissons. Seulement maintenant elle causait, et en boucle répétait. Dans son dos sous ses boucles j’ai regardé, et des boutons j’ai trouvés. J’ai actionné et inversé un rouge à peine visible et un vert éclairé. C’était mieux ainsi, j’avais agi puis j’ai souri, parce qu’elle me souriait pardi, mais était figée, ça tue, et son sourire malin me semblait malsain. Ma surprise et la tienne, je parie, continuent car, attends, je n’avais pas tout vu. Je ne comprenais plus, on s’était moqué de moi, était-ce du lard ou du cochon ? la moutarde me montait au nez. « Non d’une pipe en boite, il ne faut plus prendre les parapluies pour des sirènes »

Car de sirène elle avait la queue maintenant, de la couleur de l’eau du bassin. Aussitôt ma bouche prit la forme de cette lettre, puis changea très vite quand je vis l’arbre changé en réverbère, ma voix s’ouvrit donc sur l’initiale du végétal. Tu vois, pourquoi je te parlais du thon. Statue et ça pue. Ah berk ces drôles effluves fétides grandissaient habillement ici et ma tête tournait. Tournait le parapluie que j’avais ouvert au-dessus de ma tête. Le temps allait-il changer à ce point? Je le repliai et le tins par la canne, c’est qu’on attendait la neige, ici, pour fumer une pipe au coin du feu. Pour qui étaient ces bottes ? Pour celui qui porte la hotte ? J’étais baba au rhum. Rom peut-être, les bottes noires de cuir vernis et bordées de rouge avec les lacets de même couleur. Le chapeau était melon. Pff, on avait l’air de couic avec un tel couvre chef.

Le cheptel attendait. Le père, près des cotillons dans le pré, était prêt à se parer de la tenue d’apparat. J’étais désemparée, presque dés-empaillée. C’est que le père est nouveau, cette année, tu sais. Il me regardait d’un air nar quoiqu’il dise «Ne t’en fais pas, je serai belle et bien beau». Je me suis sentie bizarre. Comment te dire ? Comme une envie de me fourrer des crayons dans les narines. J’avais l’impression que la fête tant attendue des enfants allait changer. Et ça m’est passé.

Je suis lutin depuis toujours, tu sais. Enfin lutine, je suis une fille. Il faut que tu saches, c’est vrai, ce ne sera plus du tout comme avant.

On a bossé comme des fous toute la semaine. Il y avait une ambiance de folie. Le nouveau s’appelle Léon. On a plaisanté sur son nom, on a joué avec ses lettres, on les a briquées. On a bien rigolé. On a frotté et fait briller les lettres de la grande enseigne. Et toutes lues, les lettres des enfants. On leur a répondu aussi, avec des mots et des belles lettres. Des petits mots, et des grandes lettres. Pas de gros mots, oh non, enfin pas écrits mais on en a dit ici, ça oui. Pas lis no dits, c’est bien, tu verras. Et ce collage… fièrement revendiqué par Madame Anne ! Voilà, tu sais pratiquement tout. Fais moi plaisir, fais toi secrète sur c’que j’écris, fais toi surprise quand tu iras. Je t’embrasse et à bientôt pour la grande distribution de Léon.

Il fallait que je t’en cause

En cette fin d’année 2017, les Narines des crayons et Anne de Louvain-la Neuve ont été désignées pour présider l’Agenda ironique #12.17.

 

Publicités

Journée mondiale du tricot

Il fait très beau pour cette Journée mondiale du tricot. Je mettrai mon chapeau de paille et empoignerai mes aiguilles, bien sûr. Je vais tout d’abord vous parler d’une action formidable ici pour les bébés prématurés. juste un peu de laine et de coton suffisent à faire de jolies choses utiles.

Journée mondiale du tricot

Pour ce gilet en coton, quelques pelotes de coton retrouvées dans une boite. Les couleurs sont belles et l’été arrive. Mes doigts touchent le fil et évaluent la grosseur de laine, pendant que mes yeux admirent les coloris et que ma t^te recherchent les dimensions.

Je suis prête et commence à monter les mailles du bas du dos avec des aiguilles n°3 et du fil jaune d’or.

Je tricote, je tricote…

J’ai tricoté et voilà. Ils sont venus en famille, j’ai vu l’étincelle dans leurs yeux. Mon petit homme l’a essayé, l’a caressé sur son ventre et s’est éclipsé vers le jardin. Il l’avait adopté. Pendant la sieste, j’ai noté. Ils sont repartis et l’ont emporté.

Je lis mon papier. Sur la gauche j’ai noté : 80m 28x2rgas, 3m. 5x1m + 15x2rg (devant) 3x1m. 5x2rg 2àcm—20m (épaules) 54x2rg en tout, et sur la droite : 40m ts les ‘rgs x30. 42x2rgs. 3m. 5x1m. 47x2rgs en tout. Je vous expliquerai…

Enregistrer

Mes aiguilles à tricoter

Mes aiguilles à tricoter

Mes aiguilles à tricoter

L’or est notre couleur préférée et nous fait penser au soleil.
Elle a choisi d’en mettre juste un peu mêlé à la couleur du ciel.
Ses deux mains nous serrent et nous croisent quand le fil court sur son index droit.

Comme au combat de sabres, on entend le cliquetis du métal froid
Harmonique, harpaillant le fil plusieurs fois pour terminer le rang.
A toute vitesse, les mailles courent sur l’une et dégringolent sur l’autre.
Un jeté par ci, un trou-trou par là, les nœuds s’étirent et se vautrent
Sur le rythme endiablé des vagues et de point mousse, s’étalant
Sur nos deux bras à la fois.
On ne le dirait pas, mais nous vivons de ce mouvement
Ne résistons pas très longtemps
Sans ouvrage sur les épaules

Dans sa boite où elle nous range, on étouffe, on meure
Et nous l’appelons, nous tempêtons en jumelles sœurs.

Malgré tout ça elle ne nous répond pas toujours
Avec les autres aussi, son ouvrage est en cours.
Ravie en tout cas aujourd’hui
C’est avec nous qu’elle rêve, qu’elle crée et qu’elle sourit
En décidant tout de go de tricoter une paire pour ce petit
Assortie à ses yeux, du moins  c’est ce qu’elle dit
Une paire, c’est pas beaucoup, enfin c’est notre avis.

Mes aiguilles à tricoter, je les aime. Ce sont des outils utiles et indispensables. Ils font ma vie, comme mes aiguilles à coudre, mes ciseaux et mon dé. Je raccommode et rafistole. Comme mes lunettes et les livres. Je vois, j’admire et je souris. Comme des casseroles, des assiettes et mes couverts. Je vis quoi, et j’aime ça. Mes outils aussi vivent et parlent. Leurs mots sont en vers, leurs phrases en acrostiche et ma prose en alexandrins quelquefois, car  ici elle nous dit de les laisser parler de nous.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Une douce brise agite les feuilles au sommet des arbres

Une douce brise agite les feuilles au sommet des arbres

Une douce brise agite les feuilles au sommet des arbres

Bien que le soleil brille aujourd’hui

Et qu’une douce brise agite les feuilles au sommet des arbres

Rien n’est garantit pour ce soir, l’orage menace dans le ciel.

Nous avions envie de faire un repas dehors

Avec des amis et voisins

Dans l’un ou l’autre de nos jardins

Échangeant nos salades et desserts

Tous réunis pour rire et chanter

Tous là parce que nous sommes simplement bien

Ensemble.

Six nuages s’étirent dans le ciel bleu

Six nuages s’étirent dans le ciel bleu
Deux oiseaux volent et combattent le vent
Le soleil brillera toute la journée.

Six nuages s'étirent dans le ciel bleu

Six adultes qui vivent souvent autour de moi
Deux petits garçons font le bonheur de ma vie
Un nouveau jour commence plein de joie.

Six amis  (et plus) auxquels je tiens infiniment
Pour deux jours de weekend partagés affectueusement
Et une vie entière qui continue allègrement.

Six visages sont terminés
Deux pages seulement sont assemblées
Pour un body flip book de fous rires.

Juste pour remercier toutes les personnes qui m’entourent, avec lesquelles je vis et je ris, à celles qui me liront et celles qui m’ont écrit. Juste pour une journée que l’on voudrait comme les autres.

Enregistrer

Il faudrait que je termine mes ouvrages en cours

Il faudrait que je termine mes ouvrages en cours, et oui…

Il faudrait que je termine mes ouvrages en cours

Bien sûr, il faudrait que je mette les bouchées doubles
Ou que j’ignore les autres à peine ébauchés.
N’en faire qu’à ma tête, je connais ça,
Avec la manie d’en griffonner d’autres.
Nouvelle idée est bienvenue
Nul essai n’est écarté.
Il me faudrait sûrement cent ans encore…
Voir plus loin me fait du bien.
Envie de toucher mes fils, envie de vivre, je continue
Riez si vous voulez, mais c’est comme ça, et je souris
Sans fin, toujours soif
Avec faim et goinfrerie, j’assemble sans cesse
Ici, c’est la jungle textile, je suis ravie, c’est mon
Rayon de soleil malgré la neige d’aujourd’hui, j’aime la lumière
Et je t’embrasse qui tu sais, et vous aussi qui me lisez.

Il faudrait que je termine mes ouvrages en cours

C’est blanc, c’est beau et dans l’assiette, il y aura cœur de radis noir rémoulade, purée de céleri-rave et filet de poisson puis cheese-cake.
C’est beau, c’est blanc, ça continue et c’est dimanche, alors ils ont tous leur chance d’être empoignés aujourd’hui pour quelques points supplémentaires.
C’est blanc, c’est beau, mais quelle allure aura ce body flip? Bientôt trois pages, c’est un jeu bien parti et qui plait, je crois.
C’est beau, c’est blanc, aujourd’hui ici. Et chez vous aussi?

Enregistrer

Enregistrer

Mon vœu

Mon vœu le plus cher, c’est que le monde soit heureux durant toute cette année 2017, au moins. Qu’il retrouve cette joie de vivre.

Mon vœu

Être heureux. Juste ça. Sans méfiance envers l’autre. Gardez votre bonne humour et retrouvez un peu d’humour et beaucoup d’amour. Je vous le souhaite, de tout mon cœur. Évadez-vous dans vos lectures ou au cours de voyages, trouvez du plaisir à vivre et restez attentifs à ce et ceux qui sont à côté de nous, partagez vos créations et réalisations culinaires ou de bricolages avec les autres.

Mon vœu, c’est de pouvoir m’évader sur le Net (pas toujours très net) dans vos articles, et sourire encore.  Le plus cher, pourtant, c’est de passer des jours heureux à voir grandir mes petits, et à penser à eux et à ceux qui m’ont offert ces moments de tendresse.

Et voici juste un petit paragraphe que j’ai recopié de ce livre que j’ai relu en cette fin d’année et auquel je n’avais pas porté plus d’attention que ça lors de ma première lecture.
« Quelle étrange folie. Pendant toutes ces années j’ai respecté mon vœu. Lequel de ne jamais revisiter cet hiver-là, de ne jamais relire les mots que j’ai écrits cette année-là. J’ai respecté ce vœu à la lettre, mais aujourd’hui, pour une raison qui m’échappe totalement, quand je suis entré dans mon bureau… j’ai instinctivement ouvert le tiroir où repose mon vieux journal et je l’ai placé sur la table, où je le regarde en cet instant sans y toucher.
Pourquoi après tant d’années, pourquoi me démange-t-il de l’ouvrir à la première page ? C’est tout juste si je peux me retenir de sauter dessus et de le dévorer. D’où vient ce désir fatal ?
Et bien, je vais l’enterrer. Oui. Quelque part, ici, sous des piles de livres et de notes. Ou peut-être l’enfermer dans un de ces placards, où je pourrai l’oublier, où il ne me distraira plus. Ou bien, je vais le lire. Je vais l’ouvrir et le lire. Juste une phrase. Juste un paragraphe.
Après tout, si on y réfléchit, à quoi ça sert de traîner avec moi ces quarante mille mots si leur destin est de ne jamais être lus ? Qui s’offusquera si je romps mon vœu ? Peut-être que les vœux ne sont-ils faits que pour être rompus… » Extrait de « Tokyo » de Mo Hayden, pas toujours très tendre.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer