De beaux voyages à raconter

Il y en a toujours qui ont de beaux voyages à raconter.

Il y en a toujours qui pensent aux endroits extraordinaires à découvrir et aux images inoubliables de lieux indescriptibles à garder en mémoires. Dans ma famille on a pas vraiment voyagé si ce n’est que de l’étable pour aller aux champs et quelquefois, un peu plus loin, sur les pans de la colline. Il y a bien des cousins qui partent un jour en charrette ou en camion à l’abattoir. Mais de là, ils n’en sont jamais revenus et n’ont donc pas pu dire si le voyage était beau.

Ah ! mais j’y pense, il y a bien cette virée que j’ai faite quand j’étais jeune effrontée, un peu écervelée et qui a changé ma vie. Car il faut que je vous dise, je suis une vache. On fait partie de la famille des bovins, m’a-t-on dit un jour. Maman, mes sœurs et mes cousines étaient aussi des vaches. Mon père, un taureau et mes oncles et mes cousins étaient des bœufs. Il y a pleins de mots différents pour nous qualifier, parfois compliqués et d’autres dont on ne connaît pas bien la signification. Aussi j’ai toujours eu l’audace de demander des explications, comme abattoir par exemple, ou la différence entre taureau et bœuf… je sais, je saoulais le troupeau avec mes questions. Les plus anciennes ronchonnaient en affirmant que la vie est toute simple et doit le rester, qu’elle se résume pour nous à brouter et ruminer, et que ces tracas ne sont pas bons pour la viande et le lait. Mais ma mère répondait que personne ne devrait avoir envie de mourir idiot, surtout s’il risque de se réincarner en topinambaulx. Elle me faisait taire d’un coup de langue sur le museau, reniflait tendrement à mon oreille et m’invitait doucement à ne pas envenimer les choses. Mes sœurs, envieuses peut-être un peu, se moquaient de moi et me disaient que les baisers aspirants de la mère avaient déjà effacé mes taches à ma naissance et finiraient par me vider complètement de mes connaissances. Oui, car je suis une vache sans tache. J’en étais désolée à l’époque.

Ça me gênait énormément. Tout le monde avait un pelage de couleur, ou tacheté. Moi, j’étais blanche. Tout blanche, d’un blanc laiteux. Et surtout, j’étais la seule petite vache comme ça. C’est d’ailleurs pour ça qu’on m’a appelée Blanchette. Comme la chèvre de Monsieur Seguin, c’est ça, mais ça c’est une autre histoire… J’avais des copines aux noms aussi originaux que moi. Il y avait Roquette qui avec une queue à la forme curieuse, et Frisette qui avait une touffe entre les deux oreilles et dont le poil d’hiver avait tendance à friser énormément. On rigolait bien ensemble, on gambadait souvent, on sautait beaucoup, faisant des entrechats à tout va au lieu de brouter. Mais elles savaient bien aussi se moquer de moi.

Un matin, alors que le jaquemart venait de sonner l’heure de la rumination, Frisette s’est installée près de moi, car elle savait là que c’était mon moment de détresse. Toute excitée, elle riait à gorge déployée et pleine d’herbe qui lui cachait entièrement les dents du fond. Son frère avait rencontré un faiseur de couleurs et de taches qui venait chaque soir de pleine lune. Il fallait rester toute la nuit à regarder l’astre droit dans les yeux sans jamais fermer l’œil. Si par malheur cela arrivait, c’en était fini de la couleur ou des taches ! Bien sûr que je suis sortie ce soir de pleine lune, toute seule et sans bruit. L’obscurité n’était pas rassurante du tout. Je serais bien rentrée me coucher à l’étable, mais les taches c’était ce soir ! Je suis donc restée au milieu du pré, les yeux fixés sur ce disque brillant, luttant pour ne pas m’endormir. Des cris déchiraient la nuit, à m’effrayer et me faire sourciller. Mais c’était des cris du hibou qui hululait et j’ai tenu bon jusqu’au matin. Alors là, j’ai couru à la mare pour voir mon reflet. Rien, pas une tache, aucune couleur. Rien que du blanc ! Frisette m’a trouvée là en train de pleurer. Navrée, elle m’a avoué qu’elle et son frère m’avaient fait une blague. Et c’est ce jour-là que j’ai décidé de partir. J’allais voir l’artiste Pruneau.

Si le faiseur de couleurs et de taches n’existait pas, Pruneau lui, existait bien. Tout le monde en parlait quand on partait chaque été sur la colline. C’était un artiste qui avait le don de rendre le monde merveilleux. Il habitait de l’autre côté de la montagne, sur la face non visible d’ici. En passant, j’ai dit au revoir au dindon blanc de la basse-cour, qui s’évertuait à glouglouter et à plaire à sa grosse dinde. J’ai traversé le bocage, j’ai franchi des haies, j’ai avancé difficilement sur les rampes caillouteuses, j’ai traversé des champs fleuris de marguerites toutes blanches exhibant leur cœur jaune au soleil. J’ai rencontré des brebis et des chèvres, toutes blanches et qui étaient fières de leur pelage immaculé. J’ai croisé la famille des lapins blancs qui s’étaient salis et couraient à la rivière pour se nettoyer. J’ai dormi en compagnie de la chouette blanche qui ne comprenait pas mon problème. Mais moi, j’étais une vache tout de même et je voulais des taches.

Tous connaissaient Pruneau qui vivait sous les pruniers, et me confirmèrent que j’étais sur le bon chemin… et je suis arrivée. Pruneau était joyeux, et voulait un monde heureux. Il portait un chapeau qui lui cachait les yeux, et quand je lui exposai mon souci, il se mit à réfléchir longtemps, longtemps… et j’ai bien cru qu’il s’était endormi. Quand il eut réfléchi, il sourit et trempa sa queue dans une flaque de boue. Il dessina des taches sur mon dos. Des taches en formes de cœurs et de fleurs, de ronds et carrés et me demanda d’attendre jusqu’à ce que la boue soit sèche. J’étais heureuse, et filai à la mare pour découvrir et constater mon nouveau look. Folle de joie, je remerciai Pruneau et jouai tout l’après-midi dans les prés à saute mouton avec mes nouveaux amis au grand dam de leurs parents. A cette saison, les orages étaient fréquents et la pluie et ses trombes d’eau effacèrent mes taches. Quand le soleil réapparut, j’étais redevenue une vache toute blanche et triste. J’éclatai en sanglots et mon chagrin affecta l’artiste. Il s’assit à côté de moi et me pria de sécher mes larmes, il voulait me montrer quelque chose.

On a marché un moment côte à côte en silence… puis on s’est arrêté sous un arbre. Il me demanda alors de regarder mon dos. L’ombre de l’arbre avait dessiné des taches plus foncées sur mon pelage clair. J’étais belle et heureuse. J’avais retrouvé le sourire. Puis on se déplaça en plein soleil et mes taches disparurent bien sûr. C’est à ce moment là, qu’avec un grand sourire et avant que je perde le mien, il m’expliqua que si je voulais des taches, je n’avais qu’à retourner sous un arbre. Et il ajouta :  « L’essentiel est invisible pour les yeux ».

C’est ma participation au voyage de l’Agenda Ironique proposé par Vérojardine illustrée d’une future page de livre textile. Il y a de belles phrases, comme ça, qui termine bien l’histoire.

 

Début

Au début de l’année
Au plus chaud de la journée
Rollers-chaussons aux pieds
On glissera avec Maman, on roulera
N’importe où, et Papa nous filmera et sourira.

Pour répondre au projet 52-2020 chez Ma avec mes rollers-chaussons pour un futur Roller-Derby.

Les plumes reviennent chez Emilie

Les plumes reviennent chez Emilie

On m’a parlé d’une mutinerie par ici
– Je ne suis pas au courant. Dites, ça ne va pas recommencer !

J’en éprouve un certain trouble, et reporter surpris je suis
– Laissez tomber, ce mauvais moment sera vite passé

Décèlerais-je une irritation et un manque de communication, mon bon ?
– Si chacun restait bien droit dans sa culotte, il n’y aurait ni démangeaison ni fausses informations

Dites donc j’ouïs, je ne suis pas de bois…
– Oh ce n’est pas de moi. C’est un dicton, je crois.

J’entends. Mais alors là on parle de bottes
– De bottes ! de paille ou de celui qui a une hotte ?

Ah ! Botter, pailler, débiter en toutes saisons. Fadaises ! Où est donc passé le monde sage ?
– Botter bien qui vous voudrez, rien ne changera vraiment

Et que proposeriez-vous donc pour un réel changement ?
– De tourner la page, effacer le tableau et faire taire ce tapage

Mais c’est une utopie ! à quoi pensez-vous ? Arrêter le progrès et son industrie !?
– Non, cessez de faire tout un tabac d’une si mince révolution pour votre torchon.

Pour répondre aux Plumes d’Asphodèle chez Emilie avec les mots proposés.

 

Il aurait eu cent ans demain

Il aurait eu cent ans demain.

Ça fera bientôt un demi-siècle qu’il est parti en voyage pour une destination inconnue. Et il n’est toujours pas revenu.
Il a du trouver une merveille, sans nul doute, pour s’absenter si longtemps. Et on parlera certainement un jour de cette nouveauté dans un futur journal télévisé.
J’ai toujours pensé qu’il était capable de découvrir la plus belle des fleurs sauvages et rester auprès d’elle pour la protéger. Il aimait beaucoup la nature et ses filles, et avait offert des tulipes blanches à notre mère deux jours avant son départ pour fêter la vingtième année de leur mariage. Il adorait ma mère et lui offrait, chaque mois de mai, un bouquet de marguerites qu’il allait chercher à l’aube, le jour de son anniversaire. Il chantait aussi, dans la divinité. Il est sûrement parti apprendre à composer la plus jolie chanson pour le jour de leurs retrouvailles.
Je garde en mémoire cette image que j’aimerais effacer, de ses doigts croisés et ses mains crispées sur sa poitrine quand ils ont fermé le couvercle de bois. Ses yeux étaient fermés et ses paroles étouffées à jamais.

C’est ma participation à des mots, une histoire chez Olivia avec les mots proposés et un grand hommage à mon père. Il aurait eu cent ans demain.

Directions

Quelles directions prendre après les fêtes quand la maison se vide des êtres et des choses ?

Je range mes armoires… et mes pensées s’envolent. Les souvenirs reviennent comme un boomerang… Le vent souffle fort ici, et vient souvent du Nord. Il chasse les nuages et apporte le froid. S’il vient du Sud, il fait relativement doux mais la pluie est évidemment de la partie. Mais ce n’est pas de vent et de pluie dont il est question cette fois-ci, c’est de la direction.

Et puisqu’il y est l’heure des bonnes résolutions, il est temps que je matelasse ce top pleins d’étoiles des vents et racontant le magicien d’Oz, car il n’est toujours pas terminé en courte-pointe. J’espère que le jour supplémentaire de 2020 m’aidera dans cette entreprise.

Et c’est pour répondre au projet 52-2020 chez Ma à qui je dis merci pour me booster dans mes travaux en cours (les autres participations sont ici). Je vous tiendrai au courant, mais le vent souffle fort ici, et vient souvent du Nord. Il chasse… Quelles directions prendre après les fêtes quand la maison s’est vidée des êtres et des choses ?