Mes petites créations

Mes petites créations m’a taguée, elle me demande de parler de moi en 11 points et répondre à ses 11 questions :

  • 1- Que signifie le nom de ton blog ? un peu de ma passion et un peu de mon prénom
  • 2- Pour quelles raisons as-tu ouvert ton blog ? parce que les enfants étaient parties de la maison, et je pensais que ça pouvait être un lien entre nous, parce que les « patcheuses de l’atelier » allaient de plus en plus sur le net, et je voulais leur montrer que leurs réalisations pouvaient être montrées également, parce que j’admirais d’autres blogs et je voulais savoir si je pouvais en faire autant ou simplement pour me trouver une excuse d’aller sur le net moi-aussi et y passer des heures.
  • 3- Que t’apporte ta passion ? beaucoup de détente et d’amitiés bien sûr

Mes petites créations

  • 4- As-tu déjà participé à des projets en commun ? Si oui, le(s)quel(s) ? il y a des défis d’écriture (je pense aux Plumes chez Asphodèle ou un mot et une histoire chez Olivia Bellington ou aux 53 billets pour 2015 chez Agoaye), de photos (je pense à AmeGraphique pour le carré jaune) ou d’ouvrages textiles (je pense au Pi Day, ou sur le thème des oiseaux chez Albine, et je pense au tout premier auquel j’ai adhéré avec grand plaisir Le Grand Chantier chez la Mère Castor )
  • 5- As-tu eu l’occasion de transmettre ta passion à ton tour ? j’ai ouvert un Atelier dans ma ville pour partager de bons moments
  • 6- Quel type de création ou modèle préfères-tu réaliser ? je tricote, couds et brode sans m’en rendre compte, comme on peut cuisiner tous les jours pour les repas quotidiens, mais avec le patchwork c’est son côté inutile et inattendu mêlé à l’idée de récupération qui me plait
  • 7- Pour qui crées-tu ? parce qu’une nouvelle idée me plait d’abord, et quand le projet est bien défini, je le confectionne pour quelqu’un.
  • 8- Achat des matières premières plutôt en ligne ou en vraie boutique ? mes achats sur le net sont très rares, il faut que je touche
  • 9-  Quelle matière préfères-tu travailler ? tous les textiles
  • 10- D’autres passions hors mis les loisirs créatifs ? j’aime lire, j’essaie d’écrire et dessiner, j’entretiens les arbres et les fleurs de mon jardin pour profiter du dehors, je cuisine par obligation mais je m’en sors bien.
  • 11- Tes sources d’inspiration ? Les blogs que je visite, naturellement!

Je m’aperçois que répondre aux 11 questions c’est parler de moi en 11 points,
et puis, je dois taguer 11 blogs de moins de 200 followers en leur posant 11 questions à mon tour.
Ils seront très vite sélectionnés, je reprends ceux de Mes petites créations et, de cette manière, ils gagneront des followers.
Ma demande envers eux sera juste de me faire connaitre leurs blogs préférés: 1 concernant la cuisine, 1 concernant les voyages, 1 de lecture, 1 d’écriture, 1 de dessins, 1 de broderie, 1 de tricot, 1 de couture, 1 de patchwork et 1 dernier de leur choix.

mespetitesmanies

scrapetbricodemonica

twobebio

juliesuitsonfil

petitesittelle

allomamanblabla

jetricotepourvous

dansmonptitatelier

lesaiguillesdemelo

poussieresdevie

Maman, aime les coquelicots,

Je remercie donc celle qui m’a taguée, celle qui l’a taguée et ceux qui voudront bien me répondre et me proposer leurs 11 blogs, en toute liberté. Je viens de finir de matelasser ce petit ouvrage que je réserve pour des amis.

Mon péché mignon favori

Mon péché mignon favori, ce n’est pas un mets. Bien sûr que je suis gourmande, je le reconnais volontiers.

C’est simplement prendre du temps pour faire ce que j’aime. Faire le tour de mon jardin en buvant mon café après le repas et redécouvrir telle ou telle fleur d’une année sur l’autre.

Écouter de la musique qui me plait en lisant un bon livre, le dos calé sur mon coussin préféré.

Assembler une petite confection avec l’idée de faire plaisir à l’un ou à l’autre en écoutant une histoire que l’on me lit. Oui c’est possible avec les livres audio maintenant. Une sacrée trouvaille ça encore.

Mon péché mignon favori

Voilà mon petit bonheur, mon péché mignon, parce que c’est vraiment personnel et ça ne fait du bien d’abord qu’à moi.

… pour les 53 billets en 2015 chez Agoaye.

La brise de fin d’après-midi s’est levée

…La brise de fin d’après-midi s’est levée. Des pollens volent en tous sens comme de minuscules peluches. Elle sait qu’elle a ses comprimés contre les allergies au fond de sa poche et elle sourit. Elle ne sait pas d’où lui est venue cette envie d’écrire, son amour pour les voyages, sans doute. Elle eut cette étincelle, la première fois, le jour où elle a pu prendre ce nouvel envol. Elle avait patienté dans l’attente de ce moment et avait vibrée à l’idée d’envoyer valser, un jour, les dossiers de ceux qui l’avaient baisée en profitant de ses services. Elle avait vécu dans l’espérance de cette douce vie et la vivait enfin. Elle rit encore de ses paroles sans gêne, qu’elle avait eu et c’est sans déplaisir qu’elle avait commencé à couvrir les pages de son carnet. D’une belle écriture, elle se prête à cette velléité quotidienne, sans aucune censure. Hier elle avait écrit sur ses gourmandises éphémères au chocolat qu’elle prépare quand le ciel est gris et ne lui permet pas de sortir. Aujourd’hui, sur cet égarement soudain sur ce chemin qu’elle connait pourtant très bien. Elle entend l’écho du tramway dans la vallée, et sait maintenant où elle est. Elle se redresse de l’endroit où elle s’était tapie pour reprendre ses idées et écrire. Elle a déjà rangé son cahier et crayon dans sa poche et empoigne son bâton. Elle passe machinalement une main sur ses joues et ses rides avant de continuer sa marche. Elle doit accélérer le pas, car elle aperçoit déjà les volutes de fumée sortir des cheminées des habitations en contre-bas qui se préparent pour la nuit.

C’est ma participation aux plumes 43 chez Asphodèle avec les mots proposés et inspirés du mot désir pour ce mois d’avril. J’ai essayé de faire une suite aux précédentes Plumes de mars.

Le lapin et l’oiseau

Le lapin et l’oiseau
 Le lapin et l'oiseau
L’aigle donnait la chasse à maître Jean Lapin,
Qui droit à son terrier s’enfuyait au plus vite.
Le trou de l’escarbot se rencontre en chemin.
Je laisse à penser si ce gîte
Était sûr ; mais où mieux ? Jean Lapin s’y blottit.
L’aigle fondant sur lui nonobstant cet asile,
L’escarbot intercède et dit :
« Princesse des oiseaux, il vous est fort facile
D’enlever malgré moi ce pauvre malheureux ;
Mais ne me faites pas cet affront, je vous prie ;
Et puisque Jean Lapin vous demande la vie,
Donnez-la-lui, de grâce, ou l’ôtez à tous deux :
C’est mon voisin, c’est mon compère. »
L’oiseau de Jupiter, sans répondre un seul mot,
Choque de l’aile l’escarbot,
L’étourdit, l’oblige à se taire,
Enlève Jean Lapin. L’escarbot indigné
Vole au nid de l’oiseau, fracasse en son absence,
Ses oeufs, ses tendres oeufs, sa plus douce espérance:
Pas un seul ne fut épargné.
L’aigle étant de retour et voyant ce ménage,
Remplit le ciel de cris, et, pour comble de rage,
Ne sait sur qui venger le tort qu’elle a souffert.
Elle gémit en vain, sa plainte au vent se perd.
Il fallut pour cet an vivre en mère affligée.
L’an suivant, elle mit son nid en lieu plus haut.
L’escarbot prend son temps, fait faire aux oeufs le saut.
La mort de Jean lapin derechef est vengée.
Ce second deuil fut tel, que l’écho de ces bois
N’en dormit de plus de six mois .
L’oiseau qui porte Ganymède
Du monarque des dieux enfin implore l’aide,
Dépose en son giron ses œufs, et croit qu’en paix
Ils seront dans ce lieu, que pour ses intérêts
Jupiter se verra contraint de les défendre :
Hardi qui les irait là prendre.
Aussi ne les y prit-on pas.
Leur ennemi changea de note,
Sa la robe du dieu fit tomber une crotte ;
Le dieu la secouant jeta les œufs à bas.
Quand l’aigle sut l’inadvertance,
Elle menaça Jupiter
D’abandonner sa cour, d’aller vivre au désert,
De quitter toute dépendance,
Avec mainte autre extravagance.
Le pauvre Jupiter se tut:
Devant son tribunal l’escarbot comparut,
Fit sa plainte, et conta l’affaire.
On fit entendre à l’aigle enfin qu’elle avait tort.
Mais les deux ennemis ne voulant point d’accord,
Le monarque des dieux s’avisa, pour bien faire,
De transporter le temps où l’aigle fait l’amour
En une autre saison, quand la race escarbote
Est en quartier d’hiver, et comme la marmotte,
Se cache et ne voit point le jour.
Ce sera donc ma broderie pour répondre en avril au défi chez Albine, accompagnée d’une fable de Jean de la Fontaine. La vie n’est pas que tendresse, je sais, mais je n’ai pas pu me résoudre à préparer ma page textile avec cet aigle et ce pauvre lièvre. C’est sans délicatesse que je réponds par cette fable au défi de la semaine à AmeGraphique du petit carré jaune, adouci par ma broderie.

Very Inspiring Blogger Award

Vive ce tag au nom imprononçable, c’est le tag du Very Inspiring Blogger Award.
Et voici les règles simples et importantes de ce Very Inspiring Blogger Award
Ravi, le nominé devra afficher le logo et mettre un lien vers celui qui l’a désigné…
Y a bien le petit logo, et c’est Sabine du petit carré jaune qui m’invite à répondre
Il est au bas de ce billet… et je suis ravie,
Ne regarde que ce petit carré rose
Sous la grande photo de mon jardin.
Pour trouver l’inspiration,
Il fallait que je m’installe dehors, il faisait si beau!
Respirant l’air, pas toujours très pur et chargé de pollen, apporté par le mistral
Il fallait que je tienne mon ouvrage aussi, les petits tissus qui s’envolaient, j’ai cousu cousu
Nominée, donc, je l’étais,
Grande était ma joie, je vous l’assure,
Bonheur absolu… puis je devais désigner dix blogueurs/blogueuses que j’admire
Lister leur blog et les informer de leur nomination, j’ai noté noté
Oubli pas permis, ai-je pensé,
Guère de temps si réponse rapide demandée
Géante est la liste,
Enfin… quelques blogs que je suis
Régulièrement
Et qui m’inspirent ce billet… d’abord, il y a les blogs de lecture et écriture auxquels je suis
Attachée, il y a bien sûr les blogs de créations textiles, je ne m’en lasse pas, j’en ai des pleins
Wagons, je vous dis…
Addicte, je le suis, il y a également des blogs de dessins que j’envie, et de cuisine aussi,
Rêveuse, oui… et le temps est passé, des blogs ont été pointés par d’autres à ce sujet qui plait,
Difficile pour moi de noter seulement ceux-ci

Very Inspiring Blogger Award

AsphodèleAlbineALotOfTralalaBetyleBlancCommeNeigeBlogart la comtesseBricolosDuLundiClaireCarnetsParisiens,   ChanelkeChosettesCSaintongeCeriatClaudia Luciachez David,   chez LéaDesTulipesEtDesCoeurs, delaMainGaucheClothoganchoEclecticsenFeuilletantLeChrysanthemeGeninneHarpieFeroce,   JosephineJournalTextileKA,   LaMereCastorLaRucheDesQuilteuses,   Laure,   lesChroniquesDeMalorie, lesDeliresDeNedjlesPointsContésLilouLucieLuli,   MBTMausimomMaDanseDuMondeMDGOliviaParfumsDeLivrePatchachaPauseCouleurPauseMilkinise, SharonMemeLesSorcieresSourisSotte,   SylToutLeMondeATableValuneHistoireAImaginer,

Ce pour quoi je lutte

Ce pour quoi je lutte…
mais je ne lutte pas. La vie me gâte. Je suis heureuse avec des jours tristes et d’autres gais, avec des jours de soleil et des autres pluvieux si bien que je ne sais pas si ce sont des larmes ou des gouttes de pluie qui me mouillent les joues. Ah si, je lutte contre le vent. Oui, on peut dire que la région est ventée, j’aimerais restée coiffée, j’en ai pris mon parti, j’ai les cheveux courts que je laisse sécher au gré du vent. Je ris.

Ce pour quoi je lutte…
je ne lutte pas vraiment, je crois. La vie me gâte. Je suis en bonne santé. Je suis gourmande et je ne m’en prive pas, enfin dans une certaine mesure, je ne dépasse pas ce que peut contenir mon assiette. Je plaisante.

Ce pour quoi je lutte…
J’aime la vie et j’aimerais que ce soit la même chose pour chacun de nous. Voilà ce pour quoi j’aimerais lutter, pour partager de tendres moments avec ceux qu’on aime, pour provoquer des rencontres avec ceux qui ont tendance à rester seuls, pour profiter des instants de rire et de bonne humeur…

… pour les 53 billets en 2015 chez Agoaye.

Épaule contre épaule

Épaule contre épaule, huit hommes dansent sur le plateau. Leurs bras noués forment de longues tresses humaines et leurs corps se mesurent plus qu’ils se combattent.

Épaule contre épaule, c’est une vision de la beauté simple et concrète. Il n’y a pas de guerre entre eux, ni de sexe. Une amitié robuste les attache les uns aux autres. Liens de sang, liens de peuple.

Épaule contre épaule, un jour de fête sur une place. Ils pourraient avoir bu. Leur danse a l’odeur des mains au travail, l’odeur des champs. Terre et soleil et courage et pudeur.

Épaule contre épaule, ils laissent surgir le souvenir lointain de danses anciennes et chatoyantes. Ils surgis­sent des farandoles aussitôt dispersées, en cercle, une ronde, vite avalés par la nuit et l’oubli. Les figures éclatent. Les corps exultent. Les têtes volent.

Épaule contre épaule, abandonnés à la seule ivresse de danser comme des vagues déchaînées.

Épaule contre épaule

« d’après une histoire vraie » de Christian Rizzo, amoureux habituel de couleurs, de tissus, pour le challenge AmeGraphique chez le carré jaune de ce jeudi. Voilà ce à quoi j’ai pensé en ajustant son costume coloré pour son prochain spectacle. Je ne suis intervenue pourtant que sur les côtés, les épaules étaient bien faites, et le tomber reste impeccable.