Délices de mon été#2

Délices de mon été#2

Délices de mon été#2

Deux fils fins de couleurs tendres pour un bonheur de la vie.
Ensemble montés sur mes aiguilles et tournés tout au long de l’ouvrage,
Liés ainsi dans un joli petit pull.
Il est doux et léger
Comme les plumes d’un oiseau
Et les feuilles de l’automne venues se poser
Sur le devant et sur son cœur.

Deux fils fins de couleurs vives pour une douceur d’ouvrage.
Ensemble tricotés avec plaisir au fil de mes soirées.

Mon humeur était au plus beau
Oubliant les tracas,
Ne pensant qu’à eux.

Êtres de mon cœur, êtres de vos chairs,
Tendres pensées allant de l’un à l’autre
Et alliant, vives et douces, de l’une à l’autre, les couleurs de ma vie.

Délices de mon été#2

C’est ce que j’ai tricoté pour mon petit bonhomme qui fête sa première année aujourd’hui. Gros bisou, mon chou.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mon tricot du moment#2

Mon tricot du moment#2, c’est justement ce petit paletot que j’ai très rapidement tricoté avec beaucoup de plaisir.

Mon tricot du moment#2

Beaucoup de plaisir dans les mains et de la douceur au cœur. Il est déjà parti et arrivé aussi. Je ne vous dirai pas qu’il l’a porté, ça non, car il fait vraiment trop chaud ces temps-ci. Et voici les explications… avec un jeu de mots sans maux… et un peu de je. Je peux ?!

Monter 50 mailles (oui j’ai choisi de la grosse laine, et ça n’est pas parce que la laine est grosse que les moutons sont gros, hein!) et continuer au point mousse (ben oui, on dit mousse en opposition à jersey) sur cette largeur de 32cm pendant 20cm jusqu’au dessous des bras.

On augmente 29 mailles de chaque coté pour les manches, et on continue au point mousse pendant 15cm.

Ne continuer que sur les 29 + 17 mailles de droite :

Tricoter 6 rangs, puis augmenter à gauche, tous les 2 rangs, 1 fois 3 mailles et 1 fois 9 mailles, et continuer sur cette partie droite pendant 15cm au total (depuis qu’on a laissé de côté les mailles de gauche).

Rabattre à droite les 29 mailles (c’est la fin de la manche droite).

Il faudra continuer pendant 20cm (comme pour le dos) et rabattre toutes les mailles (là, c’est le bas du devant droit).

Continuer le paletot en reprenant les 17 + 29 mailles de gauche. Si j’ai bien compté, il reste 16mailles centrales pour l’encolure dos.

On continue comme pour la partie droite en inversant. (Tu vois que tu dois faire à gauche quand tu lis droite et faire à droite quand tu lis gauche).

Trois boutonnières seront à faire sur le bord droit de ce côté gauche (là tu lis bien droit pour droit et gauche pour gauche), à 3 mailles du début du rang: la première à 4 rangs de l’encolure, puis les 2 autres à 16 rangs d’intervalles.

Une capuche pour couronner tout ça (ça veut juste dire qu’on va commencer la capuche, parce qu’il fallait que la ligne commence par un U).

Monter 6 mailles sur une aiguille et  reprendre les mailles autour de l’encolure en commençant à la quatrième maille du bord du devant et en terminant à 3 mailles avant la fin du  et monter 6 nouvelles mailles en fin de rang. Ces 6 mailles du début et de fin  formeront un revers de capuche. Si j’ai bien compté: 6+5+3+5+16+5+3+5+6 = 54 mailles relevées à l’encolure au départ de la capuche.

On continue au point mousse sur toutes ces mailles en augmentant tous les 4 rangs 9 fois 2 mailles au milieu dos de part et d’autre des 2 mailles centrales.

Même si la capuche peut vous paraitre large, elle sera confortable.

Et continuer sur une hauteur de 35cm et rabattre les mailles.

Ne faire que 3 coutures: une au dessus de la capuche, et deux autres en dessous de chaque bras et sur les côtés dos-devant.

Terminer ce paletot en cousant 3 boutons sur le côté droit en face des boutonnières du côté gauche.

Mon tricot du moment#2 (une taille 2ans à peu près) que je vous propose avec douceur. Je l’ai tricoté pour mon premier petit bonhomme que la vie m’a offert. Je suis sous le charme.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

ABCD pour un défi

ABCD pour un défi.

ABCD pour un défi

As-tu pu voir pour une suite ?
Ben non, de quelle suite veux-tu parler ?
Comme d’habitude, toujours à l’ouest, tu n’as rien vu rien entendu, démo pourtant, toujours des mots…
Dis-moi tout et parle précisément, construis une phrase entièrement.
Et il faudra voir tout ça aussi (sa main tapotait un tas d’bouquins, faisait un tourbillon de l’autr’), du chanvr’ ou du lin jusqu’au fil tout doux.
Fi de tout ça, ne mélange pas tout, laisse les dicos tranquilles et continue plutôt sur ce que tu me disais.
Guère plus que ce que tu as vu et lu en début de mois, le soleil s’est levé à l’est mais tu n’étais pas levée.
Heu, je suis confuse et gênée mais ça ne me reviens pas, pas de lumière, mon soleil intérieur est éteint sans doute.
Il faut toujours que tu en rajoutes, tu parles de ta honte que tu n’éprouves même pas, cherche un peu bon sang.
J’y suis, crois-moi maintenant, on doit parler des lettres, du monde des phrases, des paragraphes et des chapitres, ouf merci ma bonne étoile !
Ko , tu l’étais presque, en bien peu de rounds, dis donc, il était temps.
Les majuscules et minuscules, oui, ça me revient.
Mais il est un peu tard car tu as trop flâné, alors je te propose de parler des uns et je me charge des autres.
Ne t’agites pas je vais causer, et tout se passera comme sur des roulettes.
On avait pris les majuscules par surprise, te rappelles-tu? écartées sur le début des phrases, elles restent capitales quand même.
Presque, car c’est là qu’est la discorde, regarde sur mes revues de tricotage, seules les minuscules sont utilisées.
Que veux-tu dire ?
Rien d’autre que ça, les explications ne sont données bien souvent qu’en minuscules et en sigles.
Si on abrège chaque mot évidemment, voilà le bon moyen d’y arriver, avec un peu de triche et de fraude…
Tu exagères car on déchiffre ou on comprend les abrégés ou raccourcis appliqués malgré cela.
Une première fois, j’ai osé m’y mettre par envie d’essayer simplement et faire comme toi, j’ai acheté la laine et elle est encore là…
Voilà une bonne chose, aide-moi à finir les quatre phrases ci-dessous et je t’apprendrai à tricoter, ok ?
Wassingue et tapis de bain, comme tu les montres et tu les vantes parfois ?
Xoxo, en majuscule si tu le souhaites, car je vois que tu y portes de l’attention parfois, et je t’aime pour ça, tu sais.
Y a pas de quoi, merci, juste qu’il faudrait être aveugle pour ne pas voir tes aiguilles et tes fils ici.
Zen, il faudra l’être si tu veux découvrir les lettres manquantes dans les explications, et tu pourras les récrire à ta façon de toutes les couleurs en majuscules et minuscules, aux quatre coins de la terre, qu’importe la chose si ça rend la vie plus douce.

ABCD pour un défi

C’est Martine qui proposait le thème de l’Agenda Ironique de ce mois d’aout, ici, alors je tricote, fils et idées, mots et lettres, l’être et maux. Et voilà que j’étais en conversation avec moi-même. Ça n’a plus ni queue ni tête, bien sûr, mais c’est sans importance pour cet agenda. J’ai kiffé, alors j’ai laissé encore un peu mes doigts tapoter sur les touches du clavier pour l’ironie de cet agenda.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Mon tricot du moment

Mon tricot du moment. Heu, je voulais vous en parler. Et puis j’ai été absorbée par autre chose. La faute au beau temps, sans doute.

Mon tricot du moment

Si on peut dire faute, parce qu’on en a bien profité, quand même. Ou un trop plein d’idées. Et là, la tête est pleine, et plus rien ne bouge, ou ça parait coincé. Ou une envie de jardin. Là, je serais bien d’accord. Ah non? Ah bon! Non alors. Pourtant, il y a bien eu quelque chose. Mais je n’ai pas perdu mon temps. Il est là, et les heures sont passées. Alors je vous en parle. Un peu. Juste les premières lettres de lignes.

Mais que fais-tu ? ça fait des lustres que je t’attends, le sais-tu ?
On n’a rien préparé, tu le sais bien, et ça ne me dit rien.
Ne rechigne pas toujours, c’est à chaque fois la même chose, tout est déjà prêt.
Tu as toujours de ces idées saugrenues, il faut bien l’avouer.
Regarde la tête que tu fais, mets du sourire dans tes yeux et sur tes joues.
Il faut sans cesse que je t’écoute et te suive, mais j’en ai marre.
Comme tu peux être insupportable au départ, et différente ensuite.
On revient à quelle heure avec tout ça?
T’en fais pas, comme d’hab, on sera là pour ton feuilleton du soir.
Du boulot par dessus la tête ici, et il faut que tu m’emmènes on ne sait où !
Une fois là-bas, c’est souvent toi qui peine à ramasser tes affaires pour revenir.
Mais non, que dis-tu là? Non, vraiment je ne crois pas.
On y va là, hein, tu veux bien?
Maryse et Nicole seront là ? Parce qu’il n’y a qu’avec elles que je passe un bon moment.
Et Joëlle, et Laurence aussi, allez viens, on va rater le début.
N’empêche que je te suis encore cette fois-ci, remarque-le bien.
Tu ne seras pas déçue, je te le dis, et on verra qui en reparlera demain.

Mon tricot du moment. Et bien ce sont des… tricots du mom… . Ben oui, mais là, je vous en parlerai plus tard. Maintenant le temps est là, et les heures passent.

Mon tricot du moment

Mes mailles passent aussi sur mes aiguilles… et glissent…

Enregistrer

Délices de mon été

Délices de mon été

Délices de mon été

Aux premières lueurs du jour tous ont bien peu dormi et sont encore tout étourdis de cette folle nuit.

Blessés dans leurs cœurs et mal en point dans leurs têtes, les Minuscules se rendent à l’évidence qu’ils sont encerclés et otages d’ ESON et de ses Majuscules et il est clair qu’aucune sortie facile ne sera possible.

Couverts de boue et d’épines, l’imposant personnage et son armée de géants ne sont pas plus présentables que les petits toujours valides et forts en nombre.

Dans les ronces, les Minus restent tapis, respirent un peu et discutent avec ruse, car s’il y a conflit entre un gros et un petit qui sort vainqueur à votre avis ?

Et oui, un gros costaud, ça fait buz mais bravo à vous !

Fatalement, même si aucune évasion n’est réalisable ni à l’est, ni à l’ouest, pas plus au sud qu’au nord, ce monde des petits a hâte de retrouver sa tranquillité.

Gravement, le chef Tom-pouce s’avance et affirme d’une voix claire au clan adverse que lui et son peuple veulent défendre leurs droits à leur manière pour retrouver leur liberté sans contrainte.

Humblement mais rassuré, il s’avance encore un peu et confirme d’une voix forte que ça doit se faire de façon originale et régulière, puis énonce alors des arguments de poids, malgré sa petite taille, en suggérant d’appliquer les règles de grammaire et du dictionnaire entre eux dans l’écriture de messages sans faute et sans prétention.

Immédiatement, les géants bougent, car seules les phrases commencent pas une majuscule, et s’emportent alors zt bavardent fortement, bien trop sûrs d’eux quand leur chef hoche la tête pour approuver et engager l’autre à développer.

« Justement, voyez-vous, quand vous êtes côte à côte pour écrire les points cardinaux aux quatre coins du terrain, c’est une aberration car en fait ces mots s’écrivent en minuscules, et d’ailleurs le terme et mal choisi, car vous êtes dans ce cas-là des lettres capitales » ajoute-il, en faisant signe aux siens de pousser discrètement les adversaires pour prendre leur place.

Képi sur la tête, les grands placés aux frontières du territoire relèvent la tête et bombent le torse, comme s’ils étaient tous des enluminures, très belles certes mais encombrantes, et rient fort et ne réalisent pas que les petits les poussent au centre et prennent l’endroit.

Lents à se mouvoir, maladroits mais surtout trop fiers et soucieux de se faire voir, ESON et ses sbires cèdent petit à petit sans s’en apercevoir.

Maintenant conforté dans la réussite de son action, le chef des petits ose leur parler des accents et les oblige à les porter ou à se déplacer pour éviter les contre sens.

Néanmoins, pour les aider, il leur cite quelque exemple choisi qui fait rire l’assemblée.

Où étaient bien passés ces attributs qui ne leur servaient à rien d’habitude ?

Pourquoi cet intérêt soudain à ces choses envolées et égarées ?

Quelle importance y a-t-il tout à coup à montrer ces accents disparus ou tordus pendant leur pagaille nocturne ?

Réellement, les minuscules y tiennent, et c’est même un atout de taille.

« Si je demande d’écrire UN CHEF INDIGNE, continue Tom-pouce, comprenez bien qu’il pourrait y avoir erreur d’interprétation »

Toujours dans sa lancée, il donne des exemples et à chaque fois une lettre minuscule remplace une lettre capitale, alors que ce concile s’esclaffe.

Unanimement ils plaisantent et s’égayent, parce qu’ils se trompent et qu’ils dérapent et ils sont sales et restent parfois collés à terre.

Vifs et lestes à la répartie, les mignons gagnent des places et de l’espace alors que les gros glissent et tombent.

Warrantant leur territoire, le petit peuple a finalement gagné et retrouver leur liberté.

Xénophile, tout à coup, il se met à rire et à crier de joie :

« Youpi, regarde ESON, nous te laissons notre pays que tu convoites tant et partons sur le net et sa toile acheter tes pets (*) ».

« Zut, dit l’autre en se retournant vers les siens pour n’en voir que trois debout et valides prêts à écrire le mot FIN.

(*)  http

C’est Martine qui propose le thème de l’Agenda Ironique de ce mois d’aout, ici, alors parmi tous les loisirs et les délices de mon été en voilà un qui m’a bien plu et m’a beaucoup fait rire. Même si au début, je me suis sentie contrainte par cette règle de 26 phrases et des limitations de lettres. Joli défi!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Tricote un sourire

« Tricote un sourire » proposait, il y a quelques mois un nouveau grand projet. Plusieurs blogs en parlent. A l’aide de petits carrés de laine, tricotés ou crochetés et assemblés ensemble, nous allons être Monet. De grands tableaux vont être confectionnés.

Une mosaïque de laine.

Tricote un sourire

J’ai tellement admiré les précédents travaux que je me suis prise au jeu. J’ai bien sûr recherché quelques restes de laine et tricoté quelques petits bouts à mon tour, que j’ai bien vite envoyés en Normandie. La quatrième news-letter annonçait qu’il en manquait encore, mais il restait encore un peu de temps, alors je m’y suis remise.

Encore une douzaine de carrés.

Tricote un sourire

Les news récentes étaient bonnes, nous sommes Monet jusqu’au bout, et nous serons Monet. Seulement maintenant il faut assembler, on lit, par les mots employés, l’entrain qu’elles ont toutes à l’autre bout du pays. Pour finir cette œuvre et relever ce défi, on peut participer à l’assemblage de blocs de cinq carrés sur cinq lignes et cinq colonnes.

Le facteur est passé.

Tricote un sourire

Alors hier soir, j’étais la plus contente de la terre. Oui, oui, j’avais reçu une belle cinquantaine de carrés à assembler. Tellement heureuse que je les ai admirés d’abord, puis triés par couleurs. Et j’ai assemblé avec plaisir ces beaux carrés, le sourire aux lèvres et dans le cœur.Le colis est reparti ce matin avec ces petits confections. Je suis très heureuse.

Merci.

Enregistrer

Enregistrer

Le soleil en pousse se cache derrière des rêves de coton blanc

Le soleil en pousse se cache derrière des rêves de coton blanc.
J’ai ouvert mon protège-livre et j’y ai posé quelques textes originaux que j’ai découverts ici.

Le soleil en pousse se cache derrière des rêves de coton blanc

Douceur du printemps, le soleil en pousse se cache derrière des rêves de coton blanc. Position horizon, je revois l’azur d’un ciel pur. Je me souviens des jeux d’enfant où j’emplissais mon ciel de créatures imaginaires. Elles combattaient mes peurs et y contribuaient un peu, elles gonflaient mes cauchemars et les emportaient au loin. Elles me laissaient croire à une fin joyeuse pour me laisser grandir.

Caresse d’été, le soleil brille et il fait bon. Il fait bon et le temps passe.
J’ai décidé de ranger un peu tout ce que l’on n’utilise plus. J’ai décidé de me séparer des choses que l’on amasse au fil du temps. Je les donnerai à qui saura, mieux que moi, les utiliser. Pourquoi ai-je gardé tout ça? Dans une vie, on ne voit pas toujours le temps passer. Le soleil brille depuis plusieurs jours déjà. Brûlant, énorme, il m’épuise maintenant. Je suis à genoux, je trie encore et je retrouve. Je découvre, je classe et je recycle. Le temps s’est arrêté. L’oreille posée sur le guidon de mon petit tricycle, je fixe l’orange du soleil couchant. Pour respirer un peu et mes yeux pleurent. La poussière des rêves sur mes doigts laisse des traces sur mes joues. Il m’en faut peu. Des cercles se tracent dans ma tête et s’envolent en spirales. Je jouais, je tournais en rond sur mon engin. Tantôt fée, tantôt héros, nymphe des bois ou nymphe des eaux, quel était le plus tendre ou le plus beau? j’étais l’éclair, le plus fort aussi, Nympho Man, heu, non je ne crois pas, Bioman ou Dragon Ball,

Tendresse d’automne, le soleil est là depuis longtemps maintenant, pour chauffer mes vieux os.
La vie ne s’est pas arrêtée. Non. Le temps a suspendu son vol et ces créatures sont toutes parties conquérir d’autres cieux. Je les ai enfouies au plus profond de mon âme. Et un peu à l’intérieur de cette boite que je viens d’ouvrir. Un carnet et des bouts, des morceaux de tout sans couleur et sans forme bien définie. Je brasse ces choses, cailloux et fossiles, des miettes de bois ou je ne sais quoi… Je ne suis plus sûre de rien. C’était avant, dans une autre ère, sur une autre sphère, datant sans doute du jurassique, avec un peu de paléobotanique. Une odeur lointaine s’échappe de ce coffret. Il me semble, mon nez se souvient. Mes doigts frôlent ces restes, ceux d’une racine carrée du 28ème au dessous, ou plus…

Soudain, un froid m’enserre, il déploie ses ailes majestueuses et m’en recouvre sans qu’elles ne me pèsent sur les épaules. Je sens que ma tête se pose contre lui, heureuse de l’avoir et d’être, je sens presque des battements puissants et réguliers. Il m’apprend encore le langage du cœur dans le silence. Nos mots sont suspendus, mais je les laisserai un jour dans mon carnet bleu et orange. Du mieux que je peux. Faut-il pleurer, faut-il en rire? Je n’ai pas le cœur à le dire. On ne voit pas le temps passer.

Ouf, j’ai chaud mais j’ai rangé, et j’ai du m’assoupir un peu aussi, ou j’ai rêvé. Vous ai-je parlé en dormant de l’agenda ironique de juillet?

Ce sera ma prose tendre de l’été pour les rendez-vous de la poésie du jeudi chez Asphodèle et l’Ecriturbulente Martine.