On est allé au musée en ce jour de rentrée

On est allé au musée en ce jour de rentrée

-On devait être critique d’art pour le tableau que l’on avait tiré au sort parmi cinq au choix.
Adèle continue et explique que cette visite était virtuelle, que les tableaux représentaient tous une scène estivale et que Mémé devra trouver le titre de chacun quand tous auront parlé :
-… comme tu le fais parfois pour raccommoder un torchon, ici c’est avec une multitude de petits points brodés en noir sur toile de drap blanc que sont représentés les mouvements rapides des grains de sable fin soulevés par le passage d’un petit chien tenu en laisse par sa maîtresse dont on ne voyait que les pieds et le bas de sa jupe.
Pour représenter cette agitation, le peintre a laissé tomber toutes ces mitochondries avec justesse et un pinceau spécial sans doute. Cette toile est placée dans celles du futurisme, c’est marrant quand même non ?
N’avait-il qu’une seule couleur sur sa palette, a-t-il voulu donner un côté moderne de photo en noir et blanc en oubliant les couleurs de l’été, ou avait-il vécu la scène lui-même allongé sur la plage avec des lunettes de soleil ?
Ça on ne le saura jamais et ça n’a aucune importance puisqu’on voit juste et bien ce qu’il a voulu montrer.

Mémé apprécie, trouve ce début bien joli et sourit :
-Keskecébo, à qui le tour maintenant ?

Bébert s’avance et précise que chacun devait également utiliser un mot nouveau, et là-aussi Mémé devra les deviner. Son tableau a presque les mêmes dimensions que celui d’Adèle mais plus ancien et représente un magnifique paysage maritime :
-Les couleurs du ciel d’été, des montagnes pâles et les bateaux aux voiles claires se reflètent dans la mer jusqu’aux confinités de l’horizon. On voit en premier plan, des personnages en pleines activités de l’été. Un laboureur et un berger, très proches l’un de l’autre sans pourtant vouloir se parler plus que ça.
Un peu comme le meunier et Pépé quand on va au moulin, l’un à surveiller la roue qui tourne correctement et l’autre qui siffle discrètement entre ses dents parce qu’il sait qu’il va te faire plaisir avec tout ce qu’il va rapporter.
Et bien là, l’un est absorbé par la profondeur parfaite de ses tranchées parallèles dans un sol bien tendre pour obtenir une belle récolte, et l’autre qui a le nez face au vent du large et le regard perdu vers les bateaux et dont les moutons se gardent tout seuls entre le champ et la mer.
Ils pourraient tomber à l’eau, comme ce gars dont on n’aperçoit que les jambes qui se noie peut-être et que personne ne voit, pas même le pêcheur sur la rive tout près de lui.
Est-il tombé du ciel ou d’un bateau, s’entraîne-il au meilleur des plongeons ou est-il à la recherche d’huîtres perlières ? Comme ça n’était pas la mode de représenter des concours de plongeons ou des chercheurs de perles, on peut écarter ces idées.
Alors c’est lui, ce gars, qui est important dans ce tableau, et insignifiant et presque invisible dans cette beauté qu’est la Nature. Il est peint dans un coin sombre, où la mer est d’un vert émeraude et lugubre, alors que le reste est de couleurs claires et ensoleillées. Il est dans un endroit poissonneux et pourrait bien se faire manger par un plus gros de cette espèce.
Il semble en grande difficulté, mais personne ne fait attention à lui, comme s’il était puni d’avoir désobéi. Comme quand maman me mettait au coin après une bêtise, tu sais Mémé, et disait « il est puni, on ne le regarde plus et il reste tout seul ».
On pourrait craindre le plus grand des malheurs pour lui avec ce rouge sang du foulard du pêcheur et la chemise du paysan au centre du tableau qui a soudain son importance.

-Keskesameplet, on continue ?

-Mon tableau, dit Coco maintenant, est bien plus grand que les deux premiers présentés là, mais contemporain de celui d’Adèle. Il paraît tout simple comme ça, mais plus on l’observe, plus le choix des détails et des couleurs à son importance.
On aperçoit le ciel et la mer à l’horizon par deux lignes de bleus à peine différents l’un de l’autre qu’ils pourraient se confondre. Mais ce sont trois hommes tous nus jouant aux boules sur une pelouse bien verte qui sont l’objet principal de la scène. La nudité des personnages et le jeu de pétanque en fait un tableau estival.
Quoique les boules sont noires, et cette couleur trompe-l’œil pourraient les faire passer pour des truffes que ces jeunes gens auraient trouvées.
Oui, ils sont jeunes car les épaules sont fines, leurs torses sont parfaits, leurs ventres pas bedonnants et les silhouettes juvéniles. Le fait d’être nus peut aussi marquer un signe de liberté pour ces trois hommes.
La façon désinvolte de porter sa chlamyde pour l’un d’eux montre le peu d’habitude de se bien vêtir ou signe d’insouciance… ou est-ce que ce personnage debout est plus important que les deux autres encore inclinés devant lui ?
Ou sont-ils tellement absorbés par ce qu’ils font, en train d’inventer et de créer ?
D’ailleurs, le vert de l’herbe et le rose des corps en font quelque chose de frais et de nouveau et les têtes baissées et leurs yeux à peine ouverts leur donnent en air pensant.

-Kelbonidécemuzé, je ne m’en lasse pas

-Mon tableau est très coloré et immense, annonce Dédé, tu peux bien ajouter un mètre de plus en longueur et largeur aux dimensions de celui dont Coco a parlé.
Le mien représente deux femmes à bicyclettes. Leurs cheveux sont courts et flamboyants et les vélos bleu turquoise.
La chaleur est ardente car le fond du tableau est jaune d’or en grandes traînées verticales pour montrer le soleil de plomb.
Et les femmes sont torses nus. On en voit une de face qui parle et qui à l’air contente, d’ailleurs elle porte un rouge à lèvres assorti à sa chevelure. Mais l’autre de profil avec un slip noir paraît fatiguée et semble aller dans une autre direction.
C’est une scène de rue, un peu banale, où ces dames, l’été en bord de mer, parfois dénudées, font des tours de vélo à se promener sans but précis juste parce qu’il fait beau.
Le peintre original a voulu l’accrocher avec une révolution d’un demi-tour et présenter ces femmes la tête en bas.
Mais la poitrine de la femme de face n’a pas changé de sens, et ça, c’est trop rigolo, n’est-ce pas Mémé ?

-Komecébien, en effet c’est rigolo et magnifiquement intéressant tout ce que vous savez voir dans un tableau.

-Attends Mémé, dit Emma, il reste le mien. Il n’est pas rigolo du tout, même s’il y a un visage très souriant en son milieu.
Mon tableau est moderne, puisque l’homme qui y est représenté porte un T-shirt blanc et un pantalon noir, un peu comme n’importe qui aujourd’hui.
Cet homme court pieds nus sur un sol gris clair qui pourrait être du sable. On ne voit pas de marques de pas au sol, trop court. Ce manque de profondeur pourrait marquer qu’il arrive au dessus d’une dune ou sur une route en haut d’une côte. L’ombre est courte et sombre par terre et sur le devant de son maillot, il peut être midi. Et le ciel est beau bleu porteur de cumulus très blancs annonçant une merveilleuse journée.
Le visage au rire franc et massif montre une bouche aux lèvres rouges démesurément ouverte par un rire laissant apercevoir les dents blanches impeccables comme les touches d’un piano et le noir du fond de sa gorge comme un trou béant. Les cheveux sont noirs également, et courts, un peu plaqués.
Ce pourrait être une mascarade, ou un spectacle. Mais ce rire paraît forcé et tellement grand que les yeux sont fermés. D’ailleurs, ce visage n’a rien à regarder puisqu’il est dans les mains de celui qui court. Comme si l’autre criait pour se faire remarquer et dire tout le contraire de ce qui fait rire habituellement.
J’aurais dit qu’il n’y avait que trois couleurs pour ce tableau : bleu pour le ciel, blanc pur pour les nuages et blanc-ivoire pour le visage et gris, allant du très clair ou noir, mais il y a ce rouge à lèvres sanguinaire très important.
Un tableau d’aujourd’hui tracé comme une affiche de propagande d’une autre époque. C’est assez frappant et dérangeant.

Mémé n’en revient pas. Elle reste sans voix et les étreint l’un après l’autre. Puis elle s’apprête à jouer le jeu des devinettes en s’appliquant. Mais les enfants plus pressés et excités d’avoir émerveillé Mémé en l’emmenant au musée, dévoilent très vite les noms des tableaux, les auteurs et les mots imposés.

Pour répondre à la proposition de JPL des Arts et des Mots pour l’Agenda Ironique de mai avec 6 mots à placer (Confinités- Révolution- Mascarade- Mitochondries- Trompe l’œil et keskecébo) et 5 tableaux (je n’ai pas su choisir) suivants :
la Chute d’Icare de Pieter Brueghel l’Ancien (datant de 1558) 73,5x112cm
Les Joueurs de boules de Henri Matisse (datant de 1908) 115×147cm
Dynamisme d’un chien en laisse de Giacomo Balla (datant de 1912) 90,8×110cm
Les demoiselles d’Olmo II de Georg Baselitz (datant de 1981) 250x249cm
Le céphalophore de Yué Minjun

11 réflexions sur “On est allé au musée en ce jour de rentrée

  1. Pingback: Tous[se] au musée (agenda ironique de mai) – Carnets Paresseux

  2. Pingback: Des Arts et Des Mots

  3. Olebomusé ! Tu as fait un beau patchwork avec les cinq tableaux, dans une visite au musée qui a su prendre son temps, grâce à dix yeux pour en ouvrir deux autres, ébiençéréussi !!! 🙂

    • J’ai eu l’occasion de visiter des musées de façon virtuelle et me suis régalée 😉 J’ai demandé ou lu ce qu’en pensaient l’un et l’autre, proche ou moins, et il y en a toujours un ou deux pour casser la baraque 😉 alors je me suis rappelée les réactions des petits, qui savent pointer des détails apparemment invisibles et sans intérêt… 😉 C’était un sujet très difficile ce mois-ci, je ne me sentais pas ce droit, alors j’ai mis des petits yeux, par paquets 😉 Merci de tes mots Jo.

    • Il était temps, j’avais posé les idées en début de mois et mis comme un « couvercle » dessus 😉 Vas savoir pourquoi !? Con-finement sans doute… avoir du temps et tirer sur l’élastique… mais con est dé-confiné… sous l’orage hier… de façon légère 😉 Merci de tes mots JPL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.