Patchwork – des mots, une histoire 103

Des mots, une histoire continue…

…En fin de soirée, quand le soleil arrive à l’horizon comme un vigile rond et doré posé sur la mer, le ciel vire au orange et se reflète en millions de facettes à la surface de l’eau.

Au loin, les silhouettes des bateaux disparaissent dans le crépuscule et quelques lueurs les localisent petit à petit.

La lune apparaît enfin comme une perle dans la brume étoilée et inonde l’océan de minuscules prismes de cristal

Dans la nuit qui s’installe, des milliers de scintillements s’étirent sur le long de la côte. Ce sont les maisons qui s’éclairent au fur et à mesure du déclin du jour ; mais j’ai longtemps cru ma grand-mère qui racontait que les pirates débarquaient le soir en pays bigoudène pour se goinfrer de crêpes et de cidre… puis elle défaisait son chignon avant de se coucher et laissait tomber sa longue tresse blanche sur son épaule…

Mes pensées s’évadent et la fabrication de ma boite n’avance à rien; il me faut bien longtemps cette fois-ci pour terminer ce polygone

Edit : c’est ma participation à « Des mots, une histoire pour la   103ème édition sur le blog d’Olivia Billington . Les mots imposés sont ceux mis en gras.

Publicités

Couture facile – Mes chats pour des tweets

Voici une nouvelle couvée, cette petite couture facile à faire: mes chats pour des tweets, parce qu’ils porteront vos portables le temps d’un chargement … en silence

Pourquoi ce titre d’article? parce qu’un certain académicien, ne jurant que par la littérature, fait paraitre son nouveau livre et parle de tweets et de chats…

Petit vichy pour Nathalie, rayé rose pour Maria, et léopard attendait … tant pis.

Patchwork – des mots, une histoire pour la 102ème d’Olivia

Je lève la tête … des mots, une histoire pour la 102ème d’Olivia … me trottent dans la tête…

…Le ciel a un vrai talent de conteur. C’est un phénomène quotidien et assez surprenant.

Quand les nuages apparaissent, ce n’est pas toujours pour annoncer la tempête ni l’orage, même s’ils nous font traverser parfois une atmosphère de cimetière. Ils se déplacent, se rassemblent ou disparaissent pour changer éternellement le décor de cette scène au dessus de nos têtes. Ils se forment lentement, blancs sur azur ou s’installent un temps, gris sur gris. Ils prennent alors des profils de personnages originaux ou savent inscrire des messages qu’on regarde avec plaisir.

Soudain le ciel efface tout, le bleu s’étend à l’infini et tout recommence …

Edit : c’est ma participation à « Des mots, une histoire pour la   102ème édition sur le blog d’Olivia Billington . Les mots imposés sont ceux mis en gras.

Tricot rapide – Gilet sans manche pour supporter la fraicheur de nos soirées

Les beaux jours pleins de chaleur vont revenir! Je vous propose les explications de ce gilet que j’ai porté bien souvent en soirées l’été dernier après avoir bien profité du soleil. C’est un gilet sans manche comme un cardigan que j’avais tricoté pour une occasion toute particulière.

Voici les explications du Gilet sans manche facile à porter en soirée ou pour un mariage

Fournitures :
–         4 pelotes de fil à tricoter avec du n°8
–         1 paire d’aiguilles à tricoter n°10 (pour que le tricot soit « vaporeux »)

Points utilisés :
–         point mousse (toutes les mailles sont tricotées à l’endroit à chaque rg)
–         point jersey (un rg à l’endroit, un rg à l’envers)
–         cotes 1/1 (*1m endroit, 1m envers*, reprendre de * à * ; au rg suivant *tricoter à l’endroit la m envers du rg précédent et à l’envers, la m endroit du rg précédent* et continuer de * à *)
–         cotes 2/2 (*2m endroit, 2m envers*, reprendre de * à * ; au rg suivant *tricoter à l’endroit les m envers du rg précédent et à l’envers, les 2 m endroit du rg précédent* et continuer de * à *)

 
Explications:
On commence par un côté :
–         Monter 72m,
–         Tricoter 8rgs en cotes 1/1 et augmenter en même temps 8X1m de chaque côté tous les 4rgs
–         puis un aller-retour en mousse
–         Tricoter 4rgs en cotes 2/2
–         Puis 6rgs en jersey
–         Et un aller-retour en mousse
–         Puis 2rgs en jersey
–         Et un aller-retour en mousse
–         Puis 2rgs en jersey
–         Tricoter 8rgs en cotes 1/1, au 8ème rg, arrêter 42m en début de rg (on a fait le devant gauche)

Centre du dos :
–         Tricoter 2 aller-retours en mousse sur les m restantes
–         Puis 18rgs en cotes 2/2
–         Et 2 aller-retours en mousse

2ème devant :
–         Tricoter 8rgs en cotes 1/1 , en augmentant 42m dès le 1er rg pour le 2ème devant, sans oublier les 8x1m de diminutions de chaque côté réparties comme sur le 1er côté)
–         Et on poursuit le tricot à l’inverse du 1er devant  par 2rgs en jersey, 1 aller-retour en mousse, 2 rgs en jersey, 1 aller-retour en mousse, 6rgs en jersey, 4rgs en cotes 1/1, 1aller-retour en mousse, terminer par 8rgs en cotes 1/1, arrêter les 72m au 8ème rg.

Couture :
–         Plier les 2 devants sur le dos, endroit contre endroit.
–         Coudre uniquement les 2 bas des devants sur les parties du bas du dos correspondantes.
–         Arrêter tous les fils,  retourner, c’est fini !

C’est un Tricot rapide à faire , un Gilet sans manche pour supporter la fraicheur de nos soirées

Atelier Patchwork – Une deuxième boite pour l’année en cours

Une deuxième boite pour l’année en cours. Ce sera une boite pour l’été. C’est ma façon de représenter cette saison.

Je pourrai y enfermer le beau temps et le garder longtemps…

Je mettrai … des rayons de lumière au cœur …et beaucoup de fleurs et leurs senteurs… et des insectes autour…

Voilà ce que deviendront mes carrés rouges…

Patience, encore quelques petits points…

Lecture et écriture – Des mots, une histoire 101

des mots, et une histoire…  continue…

…Captivée par cette image, je fis deux ou trois pas dans l’herbe mouillée. Je n’entendais que le son des feuilles animées par le vent J’aurais pu capturer des tas d’escargots réfugiés sur les grandes feuilles d’iris et les mettre à jeûner dans une cage. Les cerises étaient loin d’être rouges et pas plus grosses que leur noyau. De gros nuages chargés d’orage approchaient encore. Un nœud à l’intérieur de ma poitrine grossissait et m’étouffait. J’avais des idées noires et mon âme devenait grise. Sans l’ombre d’un doute, j’étais en état de faiblesse. C’était une alarme, et je sentais un danger arriver. Pas besoin de longs discours sur la métaphysique, ni d’interminables visites auprès de grands professeurs. Je n’allais pas demander d’autorisation au Grand Collège. J’avais besoin d’évasion.
Oui mesdames et messieurs, je suis partie.

Mais non, je n’ai pas quitté le monde des hommes. J’ai simplement abandonné mon ordinateur et mes aiguilles.
Et je reviens aujourd’hui en longeant des champs de coquelicots et de blé encore vert…

J’ai quitté la grande bleue, reposée, le cœur léger et l’âme en paix, et je me réjouis de lire vos prochains articles et commentaires…