Noël d’un chat et d’un chien

Voici la fin de l’histoire en ce 15 Noël d’un chat et d’un chien

Noël chat chien

…Sans réponse, le chat questionna à nouveau le chien.
– Eh bien, je voudrais…je voudrais une petite fille! lui dit le chien
Le chat fut tellement surpris qu’il tomba de la branche sur laquelle il se reposait.
– Une petite fille! Et qu’est-ce que tu ferais d’une petite fille ?
– Je la promènerais, a dit le chien. Je lui lécherais les mains. Et peut-être qu’elle nous caresserait?
– Pour la loger, comment ferais-tu? dit le chat
– Je lui cueillerais des fleurs pour lui faire un joli tapis bien douillet, répondit le chien
– Et pour la nourrir, comment ferais-tu ? dit le chat, pas très convaincu pour le tapis de fleurs
– Tu lui attraperais des oiseaux, dit le chien.
– Des oiseaux! s’est écrié le chat, les petites filles ne mangent pas d’oiseaux crus avec leurs plumes. Elle ne s’habituerait pas. Je suis désolé de te le dire, mais ton idée est saugrenue.
On pouvait faire confiance à ce que pensait le chat. Il connaissait bien les choses du monde et de la vie. Le chien n’a pas insisté. Il s’est couché et a fermé les yeux pour essayer d’oublier.
Le soir de ce 15 décembre, il est allé aboyer à la lune:
-Lune, tu peux dire au Père Noël de ne pas se déranger pour moi. Puisque je ne peux pas avoir une petite fille, je n’ai vraiment envie de rien.
Puis il est retourné dans la grotte endormir sa tristesse.
Et un beau jour, ce fut la veille de Noël. Il n’y avait pas de neige, cette année-là. Il faisait très beau, très doux. Si on avait bien écouté, on aurait entendu, dans la terre, les violettes en train de se réveiller. Le chien et le chat ont décidé d’aller faire une promenade. Ils ont marché longtemps, jusqu’à une partie de la forêt qu’ils ne connaissaient pas encore. Et tout à coup, au détour d’un sentier, la surprise les cloua sur place.
– Vois-tu la même chose que moi ? a demandé le chat.
– Je vois une petite fille ! a murmuré le chien. Elle est juste comme je la voulais
– Il y a aussi une grand-mère a ajouté le chat. Tu sais, les grands-mères sont gentilles. Elles offrent souvent du chocolat.
Au même instant, la petite fille s’est écrié:
– Oh! grand -mère, regarde, un chat et un chien!
Elles avaient cueilli du houx, et la grand- mère expliqua qu’elle avait assez de feuillage, que ce n’était pas la peine d’aller plus loin et que les bêtes sauvages restent libres de faire ce qu’elles veulent. Libres de les suivre ou pas.
Le chien a remué la queue, le chat a essayé d’en faire autant et comme la grand-mère et la petite fille s’en retournaient, ils les ont suivies. De temps en temps, la petite fille regardait en arrière et disait d’un air ravi:  » Ils nous suivent »
Ils sont arrivés dans une clairière où se dressait une jolie maison. Un grand-père travaillait dans le jardin. La petite-fille a crié:
– Grand-père, nous avons ramené un chien et un chat. C’est sûrement le Père Noël qui nous les envoie. Il ne pouvait tout de même pas les mettre dans une boîte!
La grand-mère est entrée dans la maison et elle en est ressortie avec deux bols de lait, un pour le chien, un pour le chat. Depuis qu’ils étaient dans la forêt, ils avaient oublié le goût du lait. Ils n’en finissaient pas de se lécher les babines. Le grand-père a dit:
– Bonnes bêtes, si vous avez une maison et des maîtres qui vous attendent, il faut repartir, maintenant. Mais si vous n’en avez pas, venez avec nous et nous vous garderons.
Le chien et le chat n’ont pas attendu qu’il répète l’invitation et sont entrés. Ils croyaient rêver. On leur a cherché un tapis. La petite fille les caressait. On les regardait à tout instant. Le grand-père disait:
– Je suis content. Il nous fallait absolument un chien, pour remplacer l’ancien parti au pays de l’avant et de l’après.
– Et un chat! disait la grand-mère, nous en avions grand besoin. Les souris font trop de dégats dans nos réserves. La petite fille répétait pour la dixième fois que ça lui était bien égal si le Père Noël n’apportait pas de trottinette, cette nuit. Qu’elle était bien assez gâtée avec un chien et un chat.
De bonnes odeurs sortaient de la cuisine. Au dîner, ils se régalèrent de choses délicieuses. Et ils eurent le droit de coucher dans la chambre de la petite fille.
Quand elle fut endormie, le chat avoua tout doucement au chien:
– Tout de même, on peut dire que le père Noël fait bien les choses. Il t’a apportée, ta petite fille et s’est arrangé pour que nous n’ayons pas le souci de la loger et de la nourrir.
– Oui, dit le chien d’une voix pleine d’extase. Il nous a choisi ce qu’il y a de mieux comme petite fille et comme grands-parents aussi.
Le chat sourit rapidement à son ami, ses yeux commençaient à se fermer.
Cette nuit-là, au-dessus de la maison, le ciel était plein d’étoiles. Et dans la maison, il y avait un grand-père, une grand-mère, une petite fille, un chien et un chat dont le cœur aussi, était plein d’étoiles.

D’après un conte de L Lamiable. C’est ma participation au challenge « Il était une fois Noël » lancé par Chicky Poo, Samarian et petit-Speculos pour passer ce mois de décembre dans la joie, la gaieté et la quiétude et illuminé par nos histoires et lectures.

Fils…  je n’en manquais pas dans mes boites… mes filles m’en ont apportés…

Publicités

2 réflexions sur “Noël d’un chat et d’un chien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s