J’ai décidé de t’écrire une lettre

Prise d’insomnie à nouveau cette nuit, j’ai décidé de t’écrire une lettre.

J’abandonnai mon édredon et trouvai ma plume.
Avec un peu de recul, je pense que l’approche de l’équinoxe vernal n’y est pour rien.
Mais tu sais, à la réflexion, mes quelques jours de repos m’ont fait du bien, loin de Popol.
Car quand nous nous sommes revus, il m’a dit que je n’avais plus mon teint marmoréen et que mon visage avait retrouvé ses aspérités.
Tu le connais, il est de plus en plus bohème, sur lui et au dedans, et a souvent l’esprit engorgé, et dit le contraire de ce qu’il pense, mais que pense-t-il vraiment ?. Je ne lui en veux pas.
Ce soir, devant les infos, il m’a répété deux ou trois fois qu’il y avait foule dans sa tête avec continuellement le bruit d’un train qui passe dans un tunnel… puis, que depuis bien longtemps il a oublié comment on résout une équation. Je n’y vois rien de plus grave que la semaine dernière.
Sur les insistances des précautions à prendre à propos de ce virus, il a eu une attitude assez singulière.
Il voulait me convaincre que sa cape d’invisibilité le protégeait et que je ne devais pas avoir peur car il n’était pas invalide. Il allait pouvoir aisément se débarrasser de ce truc corrosif en le jetant par dessus le mur du puits et le laisser se dissoudre dans la rivière souterraine.
Tu penses bien, j’étais là à ouvrir grands mes yeux et à me retenir de sourire. Monsieur Popples a des yeux de framboises et se demande connaissance et contoise. Il y vit de la moquerie et ressentit de la rancœur.
Je tentai de m’excuser en affirmant que ce n’était que de la curiosité et même de la fierté pour cet élan vengeur qu’il avait su exprimer. Il se mit en boule. Il en avait marre de tous ces ragots, et il partit dans son berlingot. Je suis encore là à l’attendre.
Si tu le permets, je ne t’enverrai pas ce courrier et laisserai cette page dans mon journal à côté de toutes les autres.

Pour répondre à l’atelier 115 chez Ghislaine (avec la proposition suivante: puits, vengeur, mur, ragot, visage, attitude, rancœur, recul, lettre), aux plumes chez Emilie (avec les mots suivants: insomnie, invisibilité, peur, invalide, réflexion, foule, équation, oublier, curiosité, boule, train, tunnel, attendre), à des mots, une histoire chez Olivia (avec la récolte 40 : berlingot, repos, engorger, rivière, virus, bohème, marmoréen, aspérité, vernal ) et à L’AIE chez L’impertinence de JoBougon

42 réflexions sur “J’ai décidé de t’écrire une lettre

  1. Pingback: Les résultats des votes | L'impermanence n'est pas un rêve

  2. Pingback: Monsieur Popples a neuf yeux de framboises… (agenda ironique de mars) – Carnets Paresseux

  3. Bon jour,
    J’ai un point commun avec le personnage qui prend son berlingot … j’ai du monde dans ma tête, ce qui fait que nous sommes jamais vraiment … seuls … et ce qui m’étonne le plus dans mon commentaire c’est d’écrire le mot seul au pluriel … je trouve l’écrit du français un peu …fou toure de même … 🙂
    Merci pour ce partage.
    Max-Louis

    • Seuls dans sa tête, on l’est un peu tous 😉 C’est ce qui est bon chez les fous de cette langue 😉 la langue en cuisine aussi, c’est bon, car elle se met à toutes les sauces ❤ je vais m'arrêter là, veux-tu !?

  4. Pingback: Les votes avec le rappel des liens pour aller lire les textes si cela n’est pas déjà fait, pour ensuite aller voter trois textes et un moi organisateur d’avril. | L'impermanence n'est pas un rêve

  5. Pingback: L’AÏE des fous de mars | L'impermanence n'est pas un rêve

  6. Certains ont une araignée au plafond, Popol c’est un train…en tous les cas, toi tu as ce je ne sais quoi qui te fais saisir la balle au bond de faire un trois en un. Bravissimo!!!

  7. Dis donc !
    Quatre ateliers en un, c’est un exploit ! 😉
    En effet, les écritures d’insomnie, ce n’est pas la peine de se précipiter à les envoyer…Autant les garder pour soi !
    Ta cape d’invisibilité c’est comme un masque…
    Bises

  8. Quelle performance de réussir à mêler dans ce texte tant de contraintes. J’aime beaucoup ce texte et la personnalité décalée de Popol

    • J’ai fait de mon mieux (et je t’en remercie)
      pour me mettre dans la tête d’un fou… mais après tout j’y suis peut-être carrément tout le temps 😉

    • Ah, c’est un rêve de savoir manipuler l’épée… et la plume aussi. Ça n’est pas par flemme. C’est que l’idée unique… le même sujet trotte dans ma tête pour tous ces mots quand j’assemble mes confections textiles… 😉

  9. Le ragot médusé, c’est bon pour conter à la plume qu’une équation virale se moque bien des bruits de basse-cour, foie de canard confit !
    Joliment archivée, cette lettre. 🙂
    Merci Patchcath.

    Pour mettre un grain de ragot supplémentaire, voici les informations suivantes.
    D’une part :
    Mon compte WordPress ne me permet plus d’augmenter d’un clic le nombre des avatars figurant au rang des « j’aime ».
    En tant qu’organisatrice du mois, cela m’est difficile, mais je ne sais comment résoudre le problème.
    D’autre part :
    Les tableaux de vote font dorénavant partie d’une extension payante.
    C’est fou ce que le monde est fou, fou, fou…

    Des fois, je me dis que je me suis trompée de planète…

    • Et oui Jo, ton article au début de mois s’intitulait « Aïe » de mars,
      et aujourd’hui, mon Popol, c’est « aïe, aïe, aïe » 😉
      Je souris, mais ne me moque pas. Oh tu vas bien trouver une solution inédite !

  10. Pingback: LES TEXTES DES PLUMES CHEZ EMILIE 4.20 | LES PETITS CAHIERS D'EMILIE

  11. Je relève particulièrement cette phrase qui me plait « il est de plus en plus bohème, sur lui et au dedans », elle rend poétique ce qui ne l’est pas toujours.

    • Tes mots et ces défis me plaisent bien 😉 Je voulais que l’individu reste tendre malgré tout et cet adjectif était là juste comme il fallait. Merci Marlabis.

  12. Bon ok j’ai pas reçu ce courrier !!!!!!!!!
    Moi aussi j’ai ma cape d’invisibilité !! mdr !!
    Et puis tu sais les bruits de trains , ben parfois c’est vrai !! non mais !!!
    N’empêche que tous nos rv viennent d’être annulés!!
    Merci pour ce texte .

    • Ben c’est que j’ai peur d’oublier un RV, les histoires se mélangent dans ma tête… j’écris avec les mots des autres défis… et ça fait quelque chose d’un peu fou, tu vois ! 😉 et puis c’est une invitation à lire les autres textes, en fait: ça m’est arrivé et j’ai trouvé ça chouette. Je raconte ma vie et tu n’en as que faire peut-être !? J’aime les mots que tu m’as écrits ici, ils me sont doux. Merci Adrienne

      • ici il y avait un lien (enfin, pour moi ;-)) grâce à l’insomnie (comme thème pour relier le tout) mais tout de même, combiner les deux séries de mots est difficile!
        je tiens un ‘calendrier de blog’, pour m’y retrouver avec les défis d’écriture des uns et des autres 😉

      • Oui, je comprends ton ‘calendrier de blog’… aujourd’hui je voudrais vivre ‘sans contrainte’ alors je prends du plaisir 😉

  13. Pingback: Olivia Billington

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.