Celle qui venait d’ouvrir la porte portait un tablier de cuisine

Corps de moineau dans l’embrasure, celle qui venait d’ouvrir la porte portait un tablier de cuisine avec des motifs à fleurs.

Celle qui venait d’ouvrir la porte portait un tablier de cuisine

Cheveux bouclés et permanentés, le visage de Madame Tout le monde préparant tranquillement le repas du soir. Elle devait avoir quarante-cinq ans et vivait dans une HLM qui n’avait rien à voir avec les barres sombres parasitant les banlieues des grandes villes. L’immeuble, à quelques minutes du centre, était situé face à l’océan et abritait quelques commerces au rez-de-chaussée.

Un vent chaud s’engouffrait dans l’entrée principale, tandis qu’à quelques kilomètres seulement le tonnerre grondait, accompagné d’éclairs. L’orage se gonflait d’électricité, soulevant les vagues à coups de bourrasques.

Extrait de [Angor] de Franck Thilliez, un livre qui se laisse dévorer. Ne vous en faites pas, ici, pas de vague, juste un peu de brouillard et sans vent, si bien qu’on attend les rayons du soleil… et le réveillon. Ben oui, je fais encore mes boutonnières à la main.

Enregistrer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s