Un pull à rayures pour un petit bonhomme

Un pull à rayures pour un petit bonhomme.

Un pull à rayures pour un petit bonhomme

J’ai ouvert mes sacs de fils à tricoter. J’ai toujours envie de tricoter. Ça me détend. J’ai trouvé déjà les verts. Oui, j’aime le vert, et il m’en reste toujours un peu. C’est un vert amande pour une laine mouchetée. Mes doigts caressent le fil. Une douceur traverse ma paume, et j’ai soudain envie de prendre les pelotes à pleines mains et de les broyer. Je ne le fais pas car je vois un vert plus vif et ma main droite et leste attrape cette pelote. Puis deux bleus attirent mon regard. Un peu de beige aussi. Un mélange assez curieux. Mes yeux sont sans doute encore imprégnés des teintes de la nature et du dehors. J’ai envie tout à coup de faire du jacquard, alors il me faut d’autres couleurs plus vives. Je vois du rouge. Et du blanc. Je prends l’un et l’autre et les pose à côté des autres fils déjà sélectionnés.

Un pull à rayures pour un petit bonhomme

Un pull pour un petit bonhomme. L’ensemble est original. Je soupèse des yeux la quantité de laine pendant que mes mains trient ces fils de la plus petite pelote à la plus grosse et classent les couleurs de la plus claires à la plus vive. J’ai pris mes aiguilles et commence à monter les mailles. C’est toujours le dos en premier. Je ne sais pas pourquoi, je pense que c’est parce que ma grand-mère et ma mère le faisaient. Il me faut une bonne trentaine de centimètres en largeur, et je mettrai donc une soixantaine de mailles. Là, je le sais rien qu’en regardant ce que ça donne sur l’aiguille. Mais on peut vérifier sur un magazine que l’on aime bien. Tiens j’ai fait le bas en cotes 1/1. Oui, c’est comme ça qu’on dit. Et j’ai fait ça machinalement, parce que j’avais envie de changer de couleur et commencer vraiment le pull. Je prends une deuxième couleur et ce sera des rayures. Oui, le temps de tricoter cette douzaine de rangs de côtes, j’ai vu que telles et telles couleurs allaient bien ensemble. J’ai même monter sur la même aiguille les mailles du devant. Ça, je ne le fais pas souvent. Le défi est lancé. Et pour les manches, ça s’est fait aussi à deux.

Ce sera un joli petit pull à rayures pour un de mes petits bonhommes. Une patte de boutonnage sur le devant. Et sans emmanchures. Et voilà le travail.

Un pull à rayures pour un petit bonhomme

Et ce pull à rayures pour un petit bonhomme, je l’ai tricoté quelques jours avant de tricoter le bonnet rayé que je vous ai déjà montré. Plus de vert sur le pull et plus de bleu sur le bonnet.

Et j’ai même eu de quoi tricoter des mitaines aussi.

Enregistrer

Enregistrer

Le jour s’est levé et le brouillard a remplacé la nuit

Le jour s’est levé et le brouillard a remplacé la nuit sombre.

Le jour s’est levé et le brouillard a remplacé la nuit

Les couleurs de l’automne habillent le jardin et la forêt. Le loup noir serait sûrement visible dans le bois multicolore, mais je n’en ai cure. Je n’irai pas aujourd’hui, je suis occupée… à faire des lignes de couleurs et ne pas faire de nœud avec mes fils à tricoter. Oui, le bleu est assorti à ses yeux, mais il lui faut un bonnet aussi éclatant que son sourire. A la hauteur de la joie qu’il a à vivre et du plaisir qu’il nous offre. Les rayures allaient bon train, un peu inégales car je ne comptais pas. J’étais pressée. Par quoi ? de voir l’effet produit sans doute ! Bientôt fini. Pompon ou pas ?

Le jour s’est levé et le brouillard a remplacé la nuit

Et puis j’ai vu un chat passer juste derrière ma fenêtre… je tricotais toujours, mes rangs se faisaient courts, les rayures se multipliaient mais ma laine diminuait et c’est le bleu qui mit le stop. Ah la queue leu leu, à la queue leu leu, et je m’éclate… à la queue leu leu.

Enregistrer

Enregistrer