La clarté s’insinuait par les fenêtres

C’était l’aube. La clarté s’insinuait par les fenêtres cassées de la galerie et projetait des formes déchiquetées sur les tatamis poussiéreux.

La clarté s’insinuait par les fenêtres

Je restai un moment sur le seuil à scruter le long corridor. Hormis le ploc-ploc d’un robinet, tout était immobile et silencieux. Toutes les pièces servant de débarras avaient été visitées, toutes étaient ouvertes avec des meubles vétustes et poussiéreux renversés un peu partout. Quasiment toutes les portes étaient ouvertes, sauf une : celle du fond du corridor. Il y avait quelque chose de bizarre dans la façon d’être fermée.

Extrait de « Tokyo » de Mo Hayder.

Publicités

2 réflexions sur “La clarté s’insinuait par les fenêtres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s