Le secret de tante Eudoxie

Le secret de tante Eudoxie de Eric Boisset. C’est le premier tome de La Trilogie des Charmettes. On y rencontre Jeanne Cornette, une petite sorcière dotée des neuf signes distinctifs classiques. Elle vit avec sa mère et ses animaux de compagnie, dont elle a activé le point de parole pour leur permettre de s’exprimer dans le langage des humains. Dans ce premier tome, Mina présente à ses amies Jeanne et Victoire, Iris, celle qui deviendra la quatrième petite sorcière associée à la création des Figures.

Le secret de tante Eudoxie

La Trilogie des Charmettes appartient au genre fantastique, elle met en scène quatre petites sorcières, qui pratiquent la magie fondamentale sous la conduite de tante Eudoxie.
Ces fillettes doivent créer successivement trois mystérieuses Figures dont la réunion engendrera une énergie fabuleuse appelée Mana.
Elles sont en butte aux agissements hostiles de la diabolique mademoiselle d’Abbeville, ex-sorcière déchue de ses pouvoirs.
Celle-ci a développé une technique offensive pour palier à son impuissance et tente de s’approprier les Figures au fur et à mesure de leur création.
Avec beaucoup d’humour, Eric Boisset met en opposition la magie écologique de tante Eudoxie et les astuces destructrices de mademoiselle d’Abbeville.
Les petites sorcières sont reconnaissables à leurs neuf signes particuliers.
Elles ont un grain de beauté dans le cou, à la jointure de l’oreille gauche avec la nuque.
Elles apparaissent toujours floues sur les photographies.
Dans un miroir, il y a toujours un décalage d’un dixième de seconde entre elles et leur reflet.
Elles ne peuvent souffler une flamme quelconque.
Quand elles se mettent en colère, leurs yeux changent de couleur : les yeux bleus deviennent violets, les yeux verts deviennent gris et les yeux marron deviennent noirs.
Elles sont allergiques aux aliments rouges, qui leur donnent de l’urticaire (beurk le ketchup !).
Elles font systématiquement sonner les portiques de détection des grands magasins.
À proximité d’une petite sorcière, les téléphones portables sont parasités.
Quand une petite sorcière novice entre en contact physique avec une initiée, cela crée une étincelle d’électricité statique qui les fait sursauter toutes les deux.

Les animaux constituent des personnages à part entière. Chez tante Eudoxie, il y a le labrador à l’accent suisse qui passe son temps à dormir, et M. Grognatout le grand duc qui terrorise tout le monde. Les chamailleries entre le mainate de Jeanne et son chat Moulinex font sourire, tout comme les récriminations des poissons qui se plaignent de la qualité de l’eau dans l’aquarium.

Avec une touche qui peut surprendre comme le fait que Jeanne vouvoie sa tante, le texte recèle de mots de vocabulaire et de formulations soutenues, et l’ensemble est agréable à lire.

C’est ma participation au challenge de #3xNoël organisé par Chicky Poo, Petit Spéculoos et Samarian. Et chez Syl, c’est un arbre qui parle, une bien jolie histoire dans le thème de Noël. Et pour les amateurs de FB, c’est ici.

Publicités

Si je gagne au loto

Si je gagne au loto, je serai heureuse. Oui, je serai heureuse, parce que je sais ce que c’est. Nous avons gagné une voiture. C’était il y a une quinzaine d’années, nous avions gagné une 106 blanche. Après avoir acheté un seul carton de loto, à la sortie d’un supermarché. C’était d’ailleurs inhabituel, d’aller dans cet endroit. J’avais juste envie d’une déchiqueteuse ou broyeuse de déchets verts, et profité des soldes. « Il y a de nombreux beaux lots à gagner » avait-il ajouté, celui qui nous le proposait, avec un joyeux sourire en notant nos nom et adresse derrière le carton. Nous avions souri, n’y croyant pas trop, plutôt contents d’avoir fait notre BA au vu du prix du carton…

Si je gagne au loto, je serai heureuse, encore une fois, bien sûr. Mais est-ce que ça peut se produire plusieurs fois de gagner le 1er gros lot de l’Ultime Partie? Pour gagner il faut jouer, d’abord J’ai encore une fois acheté un carton cette année… pas pour gagner, bien sûr, juste en pensant à la bouille que feront les autres gagnants qu’en ils apprendront que ce sont eux cette année…

C’est un rêve qui se réalise quand on ne l’attend plus. Un peu comme habiter un château, ou une maison de rêve…

Si je gagne au loto

qu’on aurait construit avec de petits moyens…

Si je gagne au loto

et dont la porte s’ouvre enfin…

Pour répondre avec un grand sourire aux  53 billets en 2015 chez Agoaye en toute liberté.

Vive le 1er mai et vivent mes travaux d’aiguilles

Vive le 1er mai et vivent mes travaux d’aiguilles.

Aujourd’hui, il pleut  et le vent souffle très fort ici. Le muguet s’est ouvert au jardin, depuis quelques jours déjà. D’autres fleurs sont bien belles aussi, et se basculent affreusement au gré des bourrasques. J’irai me cueillir un bouquet de fleurs de lilas et d’iris, ou de pervenches et boules de neige, cet après-midi, pour en profiter un peu plus. Je continuerai mes travaux d’aiguilles et j’aurai tout le temps pour préparer le matelassage de ma courte-pointe.

A tous ceux qui me liront, à tous ceux que j’aime, à tous ceux qui m’aiment je souhaite autant de petits bonheurs que les gouttes de pluie d’aujourd’hui.

Vive le 1er mai et vivent mes travaux d'aiguilles

Vive le 1er mai et vive la pluie après tout, puisque c’est elle qui me permet de passer toute une journée sur mes travaux d’aiguilles et qui m’offre de si belles fleurs au jardin.

Découpages bois et petites princesses

Je personnaliserai ma table de fête de ces découpages bois et petites princesses…

Découpages bois et petites princesses

Bois… Princesses… Aujourd’hui, ce sera la fin de mon histoire (clic ici pour la première partie)

Découpages bois et petites princesses

ou conte de Grimm (clic ici pour la deuxième partie), François est riche depuis qu’il a trouvé le trésor de la sorcière.

Il alla s’habiller chez le meilleur tailleur du pays et loger dans le plus bel hôtel de la ville. Après quelques jours de cette vie de luxe et de rêve, une idée lui traversa l’esprit et, avec sa pipe, il fit venir le petit homme noir…

Découpages bois et petites princesses

Écoute, dit François au petit homme, j’ai à me venger du roi qui m’a traité injustement par le passé. Vas chercher sa fille unique cette nuit pour qu’elle nettoie mes bottes.

Rien de plus facile, répondit le nain. Seulement il faut que la chose reste secrète, car le roi n’aime pas la plaisanterie. Mais cela te regarde, moi je ne fais qu’obéir.
Sur les coups de minuit, il amena la princesse, qui était plongée dans un état semblable au somnambulisme.
– Au travail, Mademoiselle, s’écria François, et servez-moi, comme jadis j’ai servi votre père. Prenez ce balai, et balayez le plancher.
La princesse, muette et les yeux presque entièrement fermés, fit ce qui lui était demandé.

Maintenant, voici des brosses et du cirage, reprit François ; nettoyez mes bottes et faites-les bien briller, je vous prie.
La fille du roi obéit de nouveau et prit son temps.

Puis, sur l’ordre de François, le petit homme la ramena chez son père.

Le lendemain matin elle raconta à son père ce qu’elle croyait n’avoir été qu’un simple rêve.
– Cependant, ajouta-t-elle, je suis toute fatiguée.

Le roi prit la chose au sérieux. Il savait bien que dans ce temps des fées il se passait des choses extraordinaires. Alors il dit à sa fille de remplir, le soir, les poches de son peignoir de pois et d’y faire un trou.
C’est ce qu’elle fit et, lorsque le petit homme vint la rechercher et la transporta à travers les airs à la chambre de François, les pois s’échappèrent et auraient pu indiquer le chemin qu’elle avait pris.

Mais le petit homme s’aperçut de la ruse et, lorsqu’il eut ramené la princesse chez elle, il alla semer des pois dans toutes les rues de la ville. C’est ce qu’on vint annoncer au roi et après avoir réfléchi, il dit à la princesse de garder, la prochaine fois, ses pantoufles en se couchant, et d’en laisser une sous un meuble, si on venait de nouveau l’enlever.
C’est ce qu’elle fit. Cette fois le petit homme ne s’aperçut de rien, et lorsque, le lendemain, les gens du roi vinrent visiter tous les appartements de la ville, ils découvrirent, dans la chambre de François, la mule de la princesse.
François fut jeté en prison. À travers les barreaux de sa cellule, il reconnut la sentinelle, un de ses anciens bons camarades du régiment. Il parvint à ouvrir la fenêtre et il appela son ami.
– Écoute, dit François, quand tu quitteras ton travail, il faudrait t’introduire dans la chambre que j’occupais à l’hôtel. Au fond de l’armoire, tu trouveras un sac plein d’or, il sera pour toi. Je ne te demande en retour que de m’apporter l’étui en cuivre que tu trouveras à côté du sac.
Son ami entendit la chose et sut s’y prendre habilement. Il vint apporter à François l’étui en cuivre où se trouvait la chandelle à la flamme bleue. Il garda le sac d’or comme c’était convenu.
Rassuré,François fut amené devant le tribunal, il se laissa condamner à mort sans protester. On le mena à l’échafaud sur la plus grande place de la ville. Une foule immense s’y trouvait rassemblée le roi et toute sa cour. Et puis, pendant le trajet, François demanda une dernière grâce au bourreau. Il voulut fumer une dernière pipe de tabac.

Cela lui fut accordé. Lorsque ayant allumé sa pipe à la lumière magique, il eut tiré quelques bouffées, le petit homme se présenta à nouveau à ses côtés.
– Rosse et fouette-moi tout ce monde-là, dit François, le roi, la cour, les juges et toutes les autorités. Ménage seulement la princesse ; je l’ai déjà assez fait souffrir. Au fond j’ai été brutal à son égard elle était innocente des torts de son père.
Le petit homme alors s’élança, et frappa avec une force surnaturelle toute l’assistance. Il mit tout le monde en fuite. Seul le roi meurtri de coups, ne pouvait se sauver. Il demanda grâce à François, qui la lui accorda sans condition.

Le roi se piqua d’honneur et donna à François la princesse en mariage. Celui-ci rangea sa pipe, remercia chaleureusement le petit homme et lui rendit sa liberté. Les noces furent prévues pour le dimanche avant Noël.

 

C’était la Lumière bleue

C’n’est qu’le petit bout de la queue du chat

C’n’est qu’le petit bout de la queue du chat
Qui vous électrise
C’n’est qu’le petit bout de la queue du chat
Qui fait ce bruit là

Non l’esprit n’est pas encore là
Unissons nos fluides
Et recommençons nos ébats
Que le chat gâcha.

C’n’est qu’le petit bout de la queue du chat
Qui vous électrise
C’n’est qu’le petit bout de la queue du chat
Qui passait par là

Le médium était concentré
L’assistance était convulsée
La table soudain, a remué
Et l’esprit frappeur a frappé

C’n’est qu’le petit bout de la queue du chat
Qui vous électrise
C’n’est qu’le petit bout de la queue du chat
Qui fait ce bruit là

Puis un souffle étrange a passé
Une ombre au mur s’est profilée
L’assistance s’est mise à trembler
Mais le médium a déclaré …

C’n’est qu’le petit bout de la queue du chat
Qui vous électrise
C’n’est qu’le petit bout de la queue du chat
Qui passait par là

Alors en rond on se remit
Et puis on attendit l’esprit
Quand une dame poussa un cri
En disant je le sens c’est lui

Une voix dit miaou me voilà
Quelle drôle de surprise
Car l’esprit s’était caché là
Dans la queue du… dans la queue du… dans la queue du chat.

Chanté par les Frères Jacques. Ce sont les broches de Nadine (ici) qui m’ont inspirée ce petit chat. Dans l’esprit de Noël, ce peut être une ID pour faire plaisir, et un autre pour le thème de l’année de notre Atelier Patchwork.

L’air en conserve

L’air en conserve

Dans une boîte, je rapporte
Un peu de l’air de mes vacances
Que j’ai enfermé par prudence.
Je l’ouvre ! Fermez bien la porte

Respirez à fond ! Quelle force !
La campagne en ma boîte enclose
Nous redonne l’odeur des roses,
Le parfum puissant des écorces,

Les arômes de la forêt…
Mais couvrez-vous bien, je vous prie,
Car la boîte est presque finie :
C’est que le fond de l’air est frais.

air conserve

de Jacques CHARPENTREAU

Partage d’une ou deux recettes

Partage d’une ou deux recettes pour Noël

Partage recettes

Ce sera « escargots emballés » pour une entrée chaude:
Il nous faut des escargots déjà cuits (en conserve par exemple, c’est très bien), du beurre aillé persillé préparé et des feuilles de brick.
Pour chaque part, étalez 1 feuille de brick, déposez 3 escargots au centre espacés chacun de 3 ou 4 cm, recouvrez chaque escargot d’une pointe de couteau de beurre préparé et fermez la feuille suivant votre inspiration (papillote, aumônière…).
Placez vos parts sur la plaque du four chaud et laissez juste dorer.
Déposez chaque paquets au centre de l’assiette décorée de 2 ou 3 feuilles de salade et d’une rondelle de betterave cuite formant un décor de Noël.

Je vous suggère d’aller voir les secrets d’ Émilie et Léa, là (clic) parce que, chez elles, la cuisine ça se regarde aussi.

Et, puisque c’est un partage de recettes aujourd’hui, c’est du plastique fou ou plastique dingue que j’ai utilisé pour réaliser ces « étiquettes » sur mon calendrier de l’Avent. Une activité agréable et un grand moment de patience à partager avec les plus jeunes et à faire découvrir aux anciens. La cuisson stresse un peu même si tout est expliqué sur l’emballage et le résultat est magique.

C’est ma participation au challenge « Il était une fois Noël » lancé par Chicky Poo, Samarian et petit-Speculos pour que décembre soit un mois de partage de toutes sortes.