Des mots, une histoire 112

J’ai découpé et cousu… et j’ai écrit sur ce tableau noir. Et voici la dernière photo pour des mots, une histoire 112

mots histoire 112

Les mots sont proposés, je suis en retard. Je le sais, elle ne m’en voudra pas… et mon histoire continue

… On était au paradis. On vivait là un moment de plaisir intense, que l’on aurait voulu éternel. Dans cette atmosphère tiède de l’été, ce n’était que vertige langoureux et pure volupté. Le jour mourait et le début de la nuit arrivait déjà. On devait se quitter car il allait falloir se lever à l’aube et s’activer comme ça pendant quelques jours encore pour être prêts à temps…

Édit : c’est ma participation à des mots, une histoire 112 chez Olivia. Les mots imposés sont ceux mis en gras, ou  à peu près.

Patchwork – Courte pointe pour un mariage

Elle avait vu mes ouvrages en passant à la maison l’automne dernier, et elle m’a envoyé les cravates de son mari cet hiver…

Patchwork Courte-pointe mariage

Leur fille se mariera en cette fin d’été…

Patchwork Courtepointe mariage

alors, je ne peux pas tout garder pour moi…

Patchwork Courte pointe mariage

j’ai préparé ces appliqués de soie sur du crêpe de laine.

Courtepointe patchwork mariage

De grandes bandes pour montrer la beauté des cravates

Patchwork Courtepointe mariage

et la soie dans sa splendeur

Patchwork Courtepointe mariage

alignées côte à côte en dégradé de couleurs

Patchwork Courtepointe mariage

et en pointillés sur leur milieu, je les ai cousues petit à petit

Tellement portées, elles gardent leurs plis

Patchwork Courtepointe mariage

malgré plusieurs repassages.

Patchwork Courte pointe mariage

Et puis j’ai pensé à un semi de feuilles de ginkgo qui ornera l’ensemble. Qu’en dites-vous? Je pensais faire le tour de ces gabarits de papier à petits points. Blancs peut-être?

Patchwork – Cravates en soie sur crêpe de laine noir

Parce qu’il faisait beau ce  week-end et un peu moins chaud que ces dernières semaines, j’ai eu l’idée de vider mon compost. C’est simplement un grand grillage en roulé autour de trois piquets, où je vide régulièrement mes déchets verts. J’ai déroulé le grillage, fait tomber le tour composé d’herbes et de feuilles sèches dans des grands sacs. C’est seulement au centre et au fond que la belle terre noire est accessible. Avant d’y arriver , j’ai vu toute une population de vers, fourmis et cloportes de toutes sortes. Le fond est envahi de racines qu’il faut couper et éliminer. J’ai récupéré à peu près une vingtaine de brouettes de terre que j’ai répandu sur les jardinets, après l’avoir « tamisée » et débarrassée de ses grosses larves hannetons. Puis j’ai refermé le grillage et remis les déchets non-composté pour une prochaine fois.

patchwork cravates soie crêpe laine

C’était le temps idéal, il m’a fallu deux grandes matinées, je suis fourbue, j’ai des hématomes sur les bras et des griffures sur les jambes, mais je suis satisfaite. J’avais plutôt envie de faire la sieste, mais je n’aurais pas profité du soleil. Pour reposer ma carcasse et mon dos surtout, j’ai appliqué les pièces une à une sur ce crêpe de laine noir.

patchwork cravates soie crêpe laine

Quelle douceur sous mes doigts, et quelle brillance dans la lumière.

Patchwork en cours – Les plumes 9 … et l’interdit d’Asphodèle

Des mots, des plumes… et l’ histoire … continue

…Mes pensées s’évadent dans cette odeur des blés coupés et devant cette campagne.

Je me revois enfant, dans cette effervescence des moissons, pendant mes vacances d’été chez ma grand-mère.

La découverte des activités dans les champs autour de la ferme me laissaient pantoise.  Déjà curieuse, mais trop jeune, je demeurais là, appuyée à la barrière. Je les regardais aller dans tous les sens et détaillais chacun de leurs mouvements.

Rien n’était hasardeux, en fin de compte. Chaque geste de l’un s’enchaînait avec celui de l’autre. Ce spectacle était hallucinant.  Jamais lasse de les admirer, je me souviens les avoir enviés, avec déraison sans doute .  J’étais émerveillée, envahie d’un immense sentiment de liberté.

J’imaginais pour plus tard, les parties de cache-cache et les jeux d’aventure qu’on s’inventerait autour des bottes de paille.

Après une rude journée à ce dur régime, le repas préparé avec beaucoup d’amour par nos mères était bien apprécié de tous. Il était partagé sur de grandes tables sous le hangar.

Ça commençait par un grand verre d’eau fraîche pour tout le monde avec un zeste de citron. C’était presque une obligation, le temps que chacun prenne sa place.

On discutait et riait fort sans se priver. Pas de sujets tabous, pas de honte, chacun osait sa chanson ou son histoire. Et si les visages étaient rouges, c’était sûrement de trop de soleil et de joie….

les plumes d'Asphodèle interdit

Edit : c’est ma participation à « Des plumes 9 … et l’interdit d’Asphodèle ».     Les mots imposés sont ceux mis en gras, ou  à peu près.

Patchwork en cours – Ils arrivent dans une forêt

L’histoire a commencé dans une plaine du Kansas et la courtepointe continue…

Ils arrivent dans une forêt.La nourriture s’épuise, et Dorothy aussi. Ils arrivent près d’une chaumière où ils peuvent se reposer. L’épouvantail ne dort jamais et en profite pour cueillir des baies de toutes sortes et remplir à nouveau le panier.

patchwork en cours

En repartant, ils rencontrent un bûcheron en fer blanc avec son bidon d’huile. Il craint l’eau pour la rouille.

Son corps est vide. Il est à la recherche d’un cœur…

Patchwork en cours

C’est en ramassant des noisettes, qu’ils rencontrent le lion à la recherche de courage.

patchwork en cours

Ils devront bientôt traverser le gouffre du pays des Kalidahs.

patchwork en cours

Les pavés jaunes se raréfient, et la courtepointe se poursuit…

Patchwork en cours – Les plumes 8 … et l’eau d’Asphodèle

Des mots, des plumes… et l’ histoire … continue

…Là où je suis, je ressens une impression de fraîcheur et de bien-être à l’ombre des arbres.
J’entends le clapotis de la fontaine au fond du jardin, et le piaillement des rouges-gorges. Ils profitent de cette fine chute d’eau et prennent plaisir à de courtes baignades. Pas vraiment de grands bains, ils s’ébrouent dans les gouttes et savent éviter la noyade.
Mais quelques plumes partent à la dérive.

Le soleil a réchauffé la terre et blondit les blés.
La moissonneuse a commencé ses allers et retours dans les champs. Elle coupe les gerbes de son aube et les entraîne dans un flux rapide.
Les bottes de paille bien ficelées ressortent par l’arrière en débit constant et glissent doucement à terre les unes après les autres.
Les grains sont éjectés par le dessus et retombent en cascade dans une énorme cuve. Régulièrement ce trésor est vidé dans des tombereaux et mis en sacs immédiatement.
La poussière et la chaleur troublent l’air au loin…

Edit : c’est ma participation à « Des plumes 8 … et l’eau d’Asphodèle ».     Les mots imposés sont ceux mis en gras.

Patchwork – L’histoire commence dans une plaine du Kansas

L’histoire commence dans une plaine du Kansas.  Dorothy vit chez sa tante Em et son oncle Henri. L’ouragan arrive. Au moment de descendre comme les autres dans l’abri, Toto le chien s’échappe et la petite fille revient sur ses pas. Trop tard, la maison s’envole, les emportant tous les deux.

La maison atterrit sur un gazon bien vert couvert de fleurs.

En sortant, Dorothy est acclamée par le peuple des Grignotins, tous heureux, car la maison a écrasé leur méchante Sorcière. On ne voit que ses pieds chaussés de beaux souliers d’argent qui dépassent. La fillette les reçoit en cadeau de la part de la sorcière du Nord qui avait été appelée au secours par les habitants de ce pays de l’Est.

Quand elle demande ce qu’il faut faire pour revenir au Kansas, « très facile » lui répondent-ils  » il faudra suivre les pavés d’or qui lui montreront le chemin »

La voilà partie, avec Toto, son petit chien noir.

Vêtue d’une robe à carreaux bleus et blancs et un foulard rose noué autour du cou, elle tient son panier, rempli de nourriture emballée d’un torchon bleu.

Tout est bleu dans ce pays de l’Est qu’elle traverse.

Bientôt, elle rencontre un épouvantail au beau milieu d’un grand champ de blé. Il lui demande s’il peut l’accompagner.

Il aimerait partager le voyage avec elle et trouver une cervelle…

L’histoire a commencé dans une plaine du Kansas et la courtepointe avance…

Atelier Patchwork – Rouge, couleur de nombreuses fleurs en été

Après le monde bleu, où le chemin à suivre est jonché de pavés jaunes…

on arrive progressivement dans le monde rouge,

couleur de nombreuses fleurs en été,

couleur de l’amour ou de la colère.

Les pavés se font rares et les pavots ont une odeur entêtante à faire perdre … le chemin …

qui conduit à un monde où tout est doré… du miel et des abeilles… ça pourrait représenter la saison des richesses à engranger…

… avec quelques pièges à déjouer … mes tissus se mêlent et mes idées se mélangent…

Patchwork – … des mots, une histoire 97 …

Des mots, une histoire… me trottent dans la tête… mes pensées s’évadent…

… D’ habitude, je classe mes tissus par couleur. En principe, je les range pliés face endroit visible dans des boites à chaussures. Je les récupère auprès de toute la population qui m’entoure (j’exagère un tout petit peu). J’en ai parfois même 2 ou 3 pour une seule teinte.

Pour commencer un ouvrage, je ne sais pas bien ce qui allume le détonateur. Pas besoin de grande déposition ni d’en parler longuement, il suffit parfois juste d’un coup d’œil effleurant les tissus et l’idée surgit à la vitesse d’une flèche.

Aujourd’hui, ce choix est tout indiqué pour réchauffer le cœur de ceux que j’aime. …

Edit : c’est ma participation à « Des mots, une histoire«   97ème édition sur le blog d’Olivia Billington.  Les mots imposés sont ceux mis en gras.

Atelier Patchwork – Courtepointe toujours en cours…

Toujours ces quatre couleurs pour cette courte pointe…et les formes pointues de ces blocs forment une fleur, ou un soleil …

Le bloc est  rectangulaire avec une partie plus importante sur la droite, cette fois-ci …

Les rayons des blocs rouge, jaune ou blanc s’étalent sur des champs de fleurs, tandis que les bleus retiennent la chaleur et l’amour.

Atelier Patchwork – Courte pointe en cours… et ça avance

Quatre couleurs pour cette courte pointe…et ce bloc évoque une fleur qui s’ouvre, ou un soleil qui rayonne…est  rectangulaire cette foi-ci avec une partie plus importante sur la gauche…

Le bleu s’éclaircit, le blanc devient paille, le jaune un peu orangé et le rouge plutôt violet.

Le jeu des rayures et carreaux et quelques fleurs

Atelier Patchwork – Drôle de Soleil pour ma courtepointe

Le temps est gris aujourd’hui

pourtant il y a du soleil dans mes pensées…

et sur mes patchs…

…  Drôle de Soleil pour ma courtepointe…

et je te l’offre à toi Adèle tout spécialement…

Des pavots écarlates, des feuilles d’automne, des rochers et un mur de pierres, de l’eau qui coule… une affaire à suivre…

Atelier Patchwork – Courte pointe en cours… toujours

Toujours les quatre couleurs différentes pour cette courte pointe…et le bloc qui évoque une fleur qui s’ouvre, ou un soleil qui rayonne…n’est plus carré, mais rectangulaire avec une partie plus importante sur la gauche…

Le bleu qui vire au mauve, le rouge qui passe à l’orange, le jaune qui s’éclaircit et le blanc qui devient bleu ciel. le jeu des rayures. Des bulles d’eau, des fleurs et des souris…