Couture facile – Mes chats pour des tweets

Voici une nouvelle couvée, cette petite couture facile à faire: mes chats pour des tweets, parce qu’ils porteront vos portables le temps d’un chargement … en silence

Pourquoi ce titre d’article? parce qu’un certain académicien, ne jurant que par la littérature, fait paraitre son nouveau livre et parle de tweets et de chats…

Petit vichy pour Nathalie, rayé rose pour Maria, et léopard attendait … tant pis.

Tricot – Souris marque-page

Ça y est, elle est finie ma petite souris marque-page

que je vous montrais là, j’avoue qu’elle avait l’air d’un drôle d’éléphant

Un petit reste de laine grise, un peu moins de laine rose

Deux petites perles pour les yeux et quelques petites aiguillées de fil gris foncé ou noir pour les moustaches

Broderie – Challenges animaux et thrillers- Le Vol des cigognes

Un auteur que j’aime lire et ce livre à propos pour ces challenges: « Le Vol des cigognes » de Jean-Christophe Grangé.

Quatrième de couverture:

Un ornithologue suisse est trouvé mort d’une crise cardiaque… dans un nid de cigognes. Louis, l’étudiant qu’il venait d’engager, décide d’assumer seul la mission prévue: suivre la migration des cigognes jusqu’en Afrique, afin de découvrir pourquoi nombre d’entre elles ont disparu la saison précédente… Parmi les Tsiganes de Bulgarie, dans les territoires occupés par Israël,puis en Afrique, Louis court d’énigme en énigme et d’horreur en horreur: observateurs d’oiseaux massacrés, cadavres d’enfants mutilés dans un laboratoire… Les souvenirs confus de son propre passé – ses mains portent des cicatrices de brûlures depuis un mystérieux accident – se mêlent bientôt à l’enquête… Suspense, imagination, vérité documentaire: ce thriller captivant véritable coup de maitre, est le premier roman de l’auteur des Rivières pourpres.

Mon avis:

Des chapitres courts, des phrases courtes, des descriptions glauques, du sang, de la violence, de la torture, des nazis…

Il ne manque pas d’idées, JCG, et nous emporte très loin dans des paysages magnifiques. Une histoire excellente, et abracadabrante, à la fois. Il a le don de partir d’une scène commune, ici, la migration des cigognes, et d’y ajouter un thème un peu plus douteux, là c’est le trafic des diamants

C’est la spécialité de Grangé, les récits capillotractés, mais l’ambiance et l’écriture permettent de passer par dessus et d’adhérer totalement aux évènements. Et il faut le suivre dans ses idées, parce qu’il cogite, et ça va vite. Deux enquêtes s’entremêlent : celle des diamants et celle des cœurs volés. Il sera aussi question de chantages, et Louis qui n’est pas un stagiaire banal ne sera pas épargné, loin de ça. Les méchants sont de vraies pourritures et Louis devra se méfier de tout le monde. Les intrigues peuvent virer au sordide et JC en fait une histoire comme il n’en arrive à personne… de nous. Il faut le lire, et quand on le referme, on est content d’être ce que l’on est.

C’est Sharon qui propose ce Challenge Animaux jusqu’au 31 décembre 2014 !!
L’objectif  : lire des livres dont le titre comporte un nom d’animal ou dans lequel l’animal tient une place importante. Les animaux imaginaires sont acceptés.
Tous les livres sont acceptés, du roman aux albums en passant par la BD et le théâtre.
Voici les catégories : Garfied : 2 livres à lire  Chat du Cheshire : 4 livres à lire  Bagheera : 8 livres à lire  Roi Lion : 12 livres à lire  Saphira : 20 livres ou plus.                 Pour vous y inscrire c’est ICI.

et une participation au Challenge Thrillers/Polars de Liliba

Tricot facile – Poisson d’avril et Mug Rug

Que d’eau, que d’eau… Il n’y a que la grenouille qui peut être heureuse avec ce temps de chien…

et il fait un froid de canard en plus de ça…

alors j’ai pris mes aiguilles et un reste de laine multicolore pour apporter de la lumière au bout des doigts,

et j’ai suivi les explications suivantes:

Monter 10 mailles avec des aiguilles n° 3½ , tricoter 4 rgs au point mousse.
Au 5ème rang, rabattre les 3 premières mailles, 1m end, 1 jeté, tricoter les autres mailles à l’endroit
Au rang suivant, rabattre les 3 premières mailles, 1m end, 1 jeté, tricoter les autres mailles à l’endroit (on vient de former la bouche)
Au rang suivant, tricoter 2m end, 1 jeté, tricoter les autres mailles à l’endroit
Continuer  de cette façon, jusqu’à ce que l’ouvrage mesure 10cm de haut
Au rang suivant, 1m  end, 2m ens end, 1 jeté, 2 mens end, tricoter les autres mailles à l’endroit
Répéter ce rang jusqu’à ce qu’il reste 6 mailles sur l’aiguilles
Tricoter ensuite 2m end, 1 jeté, tricoter les autres mailles à l’endroit
Répéter  ce rang jusqu’à ce qu’il y ait 12 mailles (on a fini par la queue)
Rabattre toutes les mailles et rentrer les fils.

et ce petit poisson est apparu pour un mug rug,

Tout en tricotant, je chantonnais: « Il pleut il mouille c’est la fête à la grenouille… »

les mailles couraient le long des aiguilles au rythme des gouttes… et…

Poisson d’Avril!

ça alors le soleil apparait… la grenouille en bave…

…elle en tombe…

Elle ne s’en fait vraiment pas cette grenouille…

et puis il me reste de la laine alors voici un autre tapis de tasse sur un autre modèle…

Profitez de votre journée, vous aurez peut-être la même chance que moi.

Point de croix – Challenge animaux – Le lièvre de Vatanen

En époussetant les ouvrages sur les étagères, j’ai remarqué ce livre, dans le thème du Challenge animaux, et

surtout à cette époque de l’année, où l’on parle du lapin de Pâques.

J’ai posé « Le lièvre de Vatanen » de Arto Paasilinna à côté de cette broderie au point de croix le temps d’une ou deux photos.

Traduit du finnois par Anne Colin du Terrail, la quatrième de couverture nous le présente ainsi:

Vatanen est journaliste à Helsinki. Alors qu’il revient de la campagne, un dimanche soir de juin, avec un ami, ce dernier heurte un lièvre sur la route. Vatanen descend de voiture et s’enfonce dans les fourrés. Il récupère le lièvre blessé, lui fabrique une grossière attelle et s’enfonce délibérément dans la nature.
Ce roman-culte dans les pays nordiques conte les multiples et extravagantes aventures de Vatanen remontant au fil des saisons vers le cercle polaire avec son lièvre fétiche en guise de sésame. Il invente un genre: le roman d’humour écologique.


Mon avis:

C’est un livre qu’on lit avec plaisir, et facilement aux enfants.

Quand on ouvre le livre, la première page juste avant le titre, c’est une carte de la Finlande, carte entourée de mers (de Barens, Baltique, Blanche) et pays criblé de lacs comme les pays voisins (Norvège, Suède et URSS). La page suivante présente l’auteur, né en Laponie finlandaise en 1042. Successivement bûcheron, ouvrier agricole, journaliste et poète, il est l’auteur d’une vingtaine de romans… traduits en plusieurs langues.Et, à la dernière page du livre, l’histoire se termine par une ville, une date (à Suomusjarvi, le 14-5-1975) et la signature de l’auteur.

Le roman est construit comme une suite de tableaux (24 courts chapitres), tous plus pittoresques les uns que les autres.

L’auteur nous dit, d’une écriture légère et amusante. avoir recueilli les paroles de Vatanen. Il aurait vécu de tas d’aventures avec son lièvre, le plus souvent au cœur de la nature sauvage. Ils ont affronté l’hostilité des bêtes, l’imbécillité et la cruauté d’une bande d’hommes d’affaires et bureaucrates, et fera de belles rencontres, comme celle de Leila.

Le lièvre? on le poursuit, on veut le manger, le reprendre et le rendre aux autorités. Sans lui, l’histoire aurait été moins comique. On s’y attache, on a peur pour lui, et de là,  se nouent les sympathies et les antipathies. On voit que l’homme n’est pas si différent que ça de l’animal. Et la nature est parfois cruelle comme en témoignent les combats que Vatanen doit livrer à un corbeau et à un ours malfaisants. Ces épisodes peuvent être transposés dans des rapports humains montrant que les profiteurs et parasites génèrent des sentiments extrêmement douloureux et violents chez leurs victimes.

C’est un grand bol d’air frais et de liberté.

C’est Sharon qui propose ce Challenge Animaux jusqu’au 31 décembre 2014 !!
L’objectif  : lire des livres dont le titre comporte un nom d’animal ou dans lequel l’animal tient une place importante. Les animaux imaginaires sont acceptés.
Tous les livres sont acceptés, du roman aux albums en passant par la BD et le théâtre.
Voici les catégories : Garfied : 2 livres à lire  Chat du Cheshire : 4 livres à lire  Bagheera : 8 livres à lire  Roi Lion : 12 livres à lire  Saphira : 20 livres ou plus.                 Pour vous y inscrire c’est ICI.

Livre en tissus en cours – Challenge animaux – La maison dont le chien est fou

Voici un nouveau livre qui était caché dans ma bibliothèque: « La maison dont le chien est fou » de Françoise Mallet-Joris.

Je ne me souvenais pas qu’on y parlait d’un chien,
et pourtant il apparait régulièrement au fil des pages. Il aboie au loin dès la dixième page, et la chienne Savage apparait de plus en plus souvent, il faut même s’en méfier parfois, parce qu’elle a envie de mordre…

Quatrième de couverture :
En 1902.. Le métropolitain fait son petit bonhomme de chemin entre Vincennes et Maillot et Dix mille français ont le téléphone. C’est le temps des demoiselles des PTT que l’on imagine jolis, jolis…

A la préfecture de Paris, dans le service de Bertillon, le célèbre inventeur de la police scientifique, une demoiselle dactylographe prénommée Violette découvre dans un dossier « en attente » des photographies de l’appartement qu’elle loue. En le feuilletant, elle apprend que son propriétaire, un jeune peintre séduisant et ténébreux qui vit seul avec un chien au comportement des plus étranges, est accusé d’un crime… Peut-être, mais accusé injustement ! Ça, Violette le sait,, Violette le sent…

Mon avis:
Ce livre , plaisant à lire grâce à l’écriture exquise de FMJ, est présenté comme un journal. Chaque chapitre est daté, mais en vrac, comme si ce journal était tombé et que chaque feuillet nous était lu au fur et à mesure du ramassage. Enfin, plusieurs journaux mélangés où chaque personnage décrit son entourage, sa famille, ses voisins, ses collègues. On rencontre Violette qui sort du couvent tenue par Mère Saint-Augustin et trouve un poste à la police, grâce à son beau-frère Hubert marié à sa sœur. Logée chez eux au début, elle doit bien vite déménager et c’est encore ce beau-frère qui lui trouve ce logement chez Etienne, peintre et marié à Laure qui a disparue lors d’un voyage à Londres chez ses parents adoptifs avec sa sœur Amy, et qui a partagé sa grande maison avec ses locataires. On les découvre tous sur une longue période, jusqu’après la grande guerre, aussi curieux les uns que les autres. Peut-être un peu fous, aussi. Comme dit Violette, le chien ressemble souvent au maître…

C’est Sharon qui propose ce Challenge Animaux jusqu’au 31 décembre 2014 !!
L’objectif  : lire des livres dont le titre comporte un nom d’animal ou dans lequel l’animal tient une place importante. Les animaux imaginaires sont acceptés.
Tous les livres sont acceptés, du roman aux albums en passant par la BD et le théâtre.
Voici les catégories : Garfied : 2 livres à lire  Chat du Cheshire : 4 livres à lire  Bagheera : 8 livres à lire  Roi Lion : 12 livres à lire  Saphira : 20 livres ou plus.                 Pour vous y inscrire c’est ICI.

Patchwork appliqué – … des mots, une histoire 94 …

Des mots, une histoire… me trottent dans la tête…

…Dépassant toutes mes espérances, les jeunes envahirent sans gène mon bureau pour que je joue avec eux. Ils n’étaient pas dupes et mesuraient très bien les conséquences de leur proposition. Le jeu était installé sur la table et Léa distribuait les cartes du Pêchepolis. Fanny tenait la banque et comptait les billets. J’eus le premier gage et dus «reproduire des pêcheurs en peinture». Adèle, qui rêvait de pouvoir acheter la Grande Avenue, dut passer son tour et «subir une phlébotomie pour avoir traversé la rivière en jupe». On éclatait de rire et cette partie avait eu tôt fait de me détourner des travaux en cours…

Edit : c’est ma participation à « Des mots, une histoire«   94ème édition sur le blog d’Olivia Billington.  Les mots imposés sont ceux mis en gras.

Patchwork appliqué brodé – Le petit renne et la Fée des étoiles … pour l’Espace d’Asphodèle

Les mots sélectionnés, je reprends mes plumes … et mon histoire

…  le cours a commencé  …avec des exposés vivants et bien construits. Évidemment, comme toujours dans ces cas-là,  la matinée est plaisante et quand la sonnerie retentit à midi, tout le monde s’éclipse rapidement, content de retrouver sa liberté.

Avant de rentrer, je dois passée à la librairie récupérer mon livre pour une occasion toute particulière. La neige n’a pas arrêté de tomber, et la nature est transformée.

Arrivée à la maison, je regarde dans ma boite aux lettres et … mon cœur s’affole, ma respiration s’accélère …L’euphorie m’envahit, je n’ose y croire… Cinquante huit enveloppes m’attendaient, pas moins… mais un courrier attire mon attention…

J’ai reçu des nouvelles de la maison sur la falaise. Une nouvelle lettre! Elle a été envoyée il y a plus de deux mois maintenant et elle dit ceci:

« De retour dans le Grand Nord, tous étaient contents de la grande distribution. Mais après avoir survolé les steppes et les océans à la vitesse d’une fusée, le Père Noël est bien fatigué cette année. D’habitude toujours très gai et plein d’entrain, il doit se reposer. Il est très âgé maintenant, et si on compte tous les kilomètres parcourus depuis des années, il a du faire au moins trois fois le tour de la galaxie. »

L’écriture est majestueuse. Je retourne la feuille pour savoir qui à écrit cette belle lettre.

C’est la Mère Noël! Et elle continue :

« C’est le grand calme au pays. La neige recouvre le moindre espace et s’est étendue à l’infini. Les lutins ont quitté l’immense atelier. Presque atteints de claustrophobie après une si lourde besogne, ils partent chaque année un grand mois en vacances, à bord d’une voiture spécialement faite à leur taille. Elle ne les ramènera qu’à la chandeleur ou à mardi gras, suivant leur état de santé. C’est vital pour eux, de prendre cette pause.»

Elle dit aussi qu’elle est très occupée à ranger les couvertures, nettoyer la grande hotte et remiser le traîneau. Elle va commencer à installer l’atelier avec les nouveaux modèles de jouets à fabriquer. Elle a entendu à la radio et a lu sur Internet que les cadeaux de cette année avaient fait des heureux sur la terre entière. Ça lui réchauffe le cœur et lui redonne du courage pour préparer le prochain Noël.

Depuis plus de huit jours, elle visite les rennes tous les matins remplaçant le Père Noël.  Elle s’est attachée elle-aussi au plus jeune de ces animaux que le vieux bonhomme aiment tant.

Il n’a plus son nez rouge. Il n’est plus laid et ses amis ne se moquent plus de lui.

C’est le plus petit du cheptel, et le plus beau d’entre tous. Son nez rouge était original, mais au moins, il ne souffre plus. Il garde cependant le souvenir inoubliable de cette plus longue nuit sous le cosmos, où il était en tête et éclairait la route dans la grande tournée sur la terre au dessus des sapins.

Et tous les soirs, avant de s’endormir, il regarde le ciel au-dessus de la forêt de sapins jusqu’à ce que la Fée des Étoiles lui fasse un clin d’œil, pendant que ses amis chantent à tue-tête dans une atmosphère joyeuse :

ON L’APPELAIT NEZ ROUGE
AH COMME IL ÉTAIT MIGNON
LE PETIT RENNE AU NEZ ROUGE
ROUGE COMME UN LUMIGNON.

Cette fois-ci, je n’ai pas embrassé ma lettre, je ne voulais pas que les mots s’effacent… Je l’ai simplement mise dans ma poche et pourtant, quand j’ai voulu la montrer à mes enfants, ce n’était plus qu’un papier blanc au parfum de pain d’épices… je n’ai rien dit… j’ai replié la feuille… tout simplement… ben oui… et vous , qu’auriez-vous fait?

Edit : c’est ma participation à « Des plumes … pour l’Espace d’Asphodèle » . Les mots imposés sont ceux mis en gras.

Tricot facile – Echarpe renard pour enfant

Cette petite écharpe Renard pour enfant tricotée avec quelques restes de laine…

en suivant les explications suivantes:
Monter 22 mailles sur des aiguilles n° 3,5 (12cm environ) et tricoter 2rgs au point mousse.
Toujours au point mousse, et tous les 2rgs, diminuer 1m de chaque côté, jusqu’à ce qu’il reste 4m, puis 4rgs au point mousse sur ces 4m.
Augmenter 1m de chaque côté tous les 2rgs, au point mousse jusqu’à avoir à nouveau 22m.


Changer de couleur de laine et continuer au point mousse pendant 32cm, puis 8cms en côtes 2/2, puis 7cm au point mousse à nouveau.
Reprendre la couleur blanche et diminuer 1m de chaque côté tous les 2rgs et les 2 dernières m en boucle que vous tirer pour terminer l’écharpe et la queue.


Reprendre 2 fois 10m en blanc sur le dernier rang blanc pour former les oreilles au point mousse en diminuant 1m de chaque côté tous les 2rgs et les 2 dernières m en boucle que vous tirer pour terminer chaque oreille.
Coudre le derrière de tête sur le 1er rang de couleur en pliant au niveau des 4m du museau.
Terminer en camouflant tous les brins de laine.

Cette idée me plait bien et j’en prépare d’autres avec quelques variantes

Livre en tissus en cours – Challenge Animaux – La jument verte et le poney rouge

Pour répondre à Valentyne,  ce sera le poney rouge avec un livre en tissus en cours de réalisation

et dans la série du Challenge Animaux, voici un autre livre « La jument verte » de Marcel Aymé que je l’ai lu en poche

Quatrième de couverture: Au village de Claquebue naquit un jour une jument verte, non pas de ce vert pisseux qui accompagne la décrépitude chez les carnes de poil blanc, mais d’un joli vert de jade. En voyant apparaître la bête, Jules Haudouin n’en croyait ni ses yeux, ni les yeux de sa femme.
– Ce n’est pas possible, disait-il, j’aurais trop de chance.
Cultivateur et maquignon, Haudouin n’avait jamais été récompensé d’être rusé, menteur et grippe-sou…

L’histoire commence vers 1860 dans un village du Jura Franc-Comtois.
L’action se déroule sur une trentaine d’années et sur 16 chapitres
et c’est la jument qui raconte l’histoire et intervient par intermèdes.
Trois générations vivent tout le long des pages, avec leur excès d’amour.
On découvre combien la réalisation d’un projet peut être compliquée.
La nomination d’un maire donne lieu à des intrigues incroyables.
La complaisance féminine y joue son rôle
et une certaine lettre perdue crée la zizanie dans le village tout entier.

Une centaine de personnages apparaissent dans ce livre, dont certains sont juste évoqués au cours des conversations.
Et c’est la même chose pour les animaux, si la jument verte est le personnage principal, une dizaine de chien, chevaux, vaches sont également cités par leur nom.

Elle nous raconte tout:
L’opposition entre la vie au village et la vie citadine.
L’opposition entre deux frères de caractères totalement différents.
Le refus de se laisser manipuler par les discours.
La description de la vie rurale et l’influence de la vie politique du moment.
L’affrontement des uns et des autres dans la lutte pour la mairie du village.
Les vieilles haines sont « héréditaires », semble-t-il,
et l’amour sous toutes ses formes,l’érotisme sans complexe, l’amour familial, l’amour de la nature, l’amour de la vie.

Il y a un passage que j’ai relevé tout particulièrement étant née dans une famille de 3 filles et étant à mon tour, mère de 3 filles: « Il était à peine plus heureux avec ses enfants et, pour en garder trois, il avait fallu en faire six. Mais les enfants, c’étaient moins gênant. Il pleurait un bon coup le jour de l’enterrement, tordait son mouchoir en rentrant et le mettait sécher sur le fil. Dans le courant de l’année, à force de sauter sa femme, il arrivait toujours bien à lui en faire un autre. C’est ce qu’il y a de commode dans la question des enfants et, de ce côté-là, Haudoin ne se plaignait pas trop. Il avait trois garçons bien vifs et trois filles au cimetière, à peu près ce qu’il fallait. »

C’est Sharon qui le propose jusqu’au 31 décembre 2014 !!
L’objectif  : lire des livres dont le titre comporte un nom d’animal ou dans lequel l’animal tient une place importante. Les animaux imaginaires sont acceptés.
Tous les livres sont acceptés, du roman aux albums en passant par la BD et le théâtre.
Voici les catégories : Garfied : 2 livres à lire  Chat du Cheshire : 4 livres à lire  Bagheera : 8 livres à lire  Roi Lion : 12 livres à lire  Saphira : 20 livres ou plus.                 Pour vous y inscrire c’est ICI.

Couture – Challenge Animaux … alors ce sera la ferme des animaux

C’est Sharon qui le propose jusqu’au 31 décembre 2014 !!
L’objectif  : lire des livres dont le titre comporte un nom d’animal ou dans lequel l’animal tient une place importante. Les animaux imaginaires sont acceptés.
Tous les livres sont acceptés, du roman aux albums en passant par la BD et le théâtre.
Voici les catégories : Garfied : 2 livres à lire  Chat du Cheshire : 4 livres à lire  Bagheera : 8 livres à lire  Roi Lion : 12 livres à lire  Saphira : 20 livres ou plus

Challenge Animaux … alors ce sera « La ferme des animaux » de Georges Orwell pour mon premier livre. Je l’ai lu en poche, traduit de l’anglais par Jean Quéval.

Quatrième de couverture: Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau monde. Snowball et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement: « Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi. Tout ce qui est sur quatre jambes ou possèdent des ailes est un ami. Aucun animal ne portera de vêtements. Aucun animal ne dormira dans un lit. Aucun animal ne boira d’alcool. Aucun animal ne tuera un autre animal. Tous les anmaux sont égaux. » Le temps passe. La pluie efface la commandements. L’âne; un cynique, arrive encore à déchiffrer:   » Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d’autres. »

Pas de préface pour cette édition, juste 150 pages. Chacun y trouvera quelqu’un de connu…

Dans les premières pages, après que les animaux se soient révoltés, on peut lire « tout l’été le travail progressa avec une régularité d’horloge. Les animaux étaient heureux d’un bonheur qui dépassait leurs espérances »,
et puis, beaucoup plus loin « leur vie était comme elle avait toujours été. Ils avaient le plus souvent faim… la faim, les épreuves et les déboires, telle était, à l’en croire, la loi inaltérable de la vie. »

Est-ce les actualités de ces derniers jours qui m’ont fait penser à ce livre?

Je vous laisse lire un résumé analytique.

Pour illustrer cette rubrique, j’ai trouvé ces porte-pyjamas que j’ai faits il y a déjà bien longtemps…

C’étaient surtout des cache-doudous

et ils furent aimés (ça se voit)

Pour vous y inscrire c’est ICI.

Petits points – Des mots, une histoire 78

Des mots, une histoire … me trottent dans la tête

patchcath

Il pleuvait très fort maintenant, et demain je n’allais pas pouvoir prendre le raccourci par la cambrousse

Mes pensées revinrent à lui, et je me surpris à pigouiller la terre d’un pot de fleurs.

Je n’étais investie d’aucune charge ministérielle, je n’avais aucun devoir envers lui et encore moins la prétention d’être son infirmière . Il avait d’ailleurs assez de vitalité et trouvera toutes les occasions pour ne pas tomber dans la pauvreté.

Sa vie n’était pourtant que marasme. Il avait connu l’irréparable dans un monde glauque au milieu de gens fourbes et  avait rencontré  de nombreux thuriféraires sur leur palanquin.

Edit : c’est ma participation à « Des mots, une histoire » 78ème édition sur le blog d’Olivia Billington. Les mots imposés sont ceux mis en gras.

patchcath

Point de croix – Des mots une histoire 77

Des mots et une histoire … me trottent encore dans la tête…

patchcath

…« Je ne pourrai pas vivre en communauté» a-t-il dit avant d’ajouter subitement comme une détonation « Sans rancune ! », puis il s’était évanoui au milieu des passants…
Je m’étais perdue dans mes pensées. J’étais abandonnée sur mes coussins  et avais écrasé un de mes tétons sur l’accoudoir du canapé. Je me redressai.
Ma tasse vide avait roulé sur le tapis assez épais pour servir d’antichoc.
J’avais encore le goût épicé des muffins à la carotte et au sirop d’érable.
Les heures s’étaient écoulées. La pièce était dans la pénombre maintenant.
L’atmosphère était vitreux. La radio émettait une succession d’airs zouk and blues .
Je ressentais le frais du dehors ; ça venait de la porte de derrière que j’avais laissée ouverte pour ventiler la maison.
Je me levai pour aller la fermer et la cadenasser pour la nuit.
Un escargot s’était logé sur le seuil, je me penchai pour le décoller et le jeter plus loin dans le jardin.
Bigre ! mon mal de dos était toujours là. Un bon massage me ferait du bien, comme ceux de cet été à l’appart des nuitées en Bretagne

Edit : c’est ma participation à « Des mots, une histoire » 77ème édition sur le blog d’Olivia Billington. Les mots imposés sont ceux mis en gras.

patchcath