Le vieil escargot

Le vieil escargot était bien trop personnel pour s’inquiéter des autres.

Il était fier d’être indépendant et qualifiait ça de franche liberté et de réelle autonomie? Il n’hésitait pas à trop répéter qu’il se débrouillerait toujours tout seul pour n’avoir jamais besoin des autres. Quel vieux chnoque ! Du coup, faut être réaliste, c’était assez difficile de lui demander quoique ce soit.

Chaque jour, sur le pas de sa maison (faut dire que pour un escargot ça n’est facile d’en être autrement) il pratiquait une sorte de gymnastique originale, qui consistait à tendre le cou et la tête indéfiniment en avant et la jambe et le pied dans l’autre sens pour raffermir son corps en se vidant l’esprit. Enfin, c’est ce qu’il disait.

Il était tellement adepte de cette activité qu’il s’allongeait même plusieurs fois par jour. A s’étendre comme ça, on se demandait s’il lui restait encore quelque chose dans la tête. Et son corps restait toujours aussi mou et visqueux. Si bien que quand deux limaces passèrent un jour devant sa coquille et l’imitèrent pour se moquer un peu, il eut un moment d’égarement et partit en dévalant la pente. Il roula même très vite jusqu’à ce que lui et son logis furent coincés entre deux pierres.

Tous l’aperçurent en-bas dans cet état avec impossibilité de sortir ni bouger. Tous connaissaient aussi son besoin de liberté et sa capacité d’autonomie. Et c’est là que pour lui, les soucis commencèrent.

Pour répondre au défi 117 chez Ghislaine qui propose 8 mots (difficile, coup, réaliste, esprit, souci, adepte, égarement, indépendant) ou le thème Nature