On a placé notre seule espérance dans l’évitement

On a placé notre seule espérance dans l’évitement.

Mémé et moi apprécions cet isolement à la maison avec les enfants. On peut chanter et rire très fort. On voudrait que tout soit ludique et que l’atmosphère redevienne légère. Le soir, l’aïeule s’assoit devant le piano et égrène les notes de ce qu’elle a appelé sa symphonie d’un monde nouveau. Evidemment ça n’a rien à voir avec celle de Dvorak. Il y a dix jours maintenant qu’elle a eu cette idée de nous l’a faire entendre. Elle m’avait envoyée admirer le cerisier en fleurs, et quand je suis revenue, elle riait. Elle avait découpé d’anciennes partitions de musique, puis collé à sa façon ces lambeaux de papier sur une grande page de journal pliée comme un cahier. Elle voudrait que nos soirées restent douces et ressemblent à ce qu’elles étaient avant que nos habitudes se transforment subitement. Notre vie actuelle n’est qu’une anamorphose de tout ce qu’on a aimé.

Alors après le repas, ce soir encore, elle s’assied sur le tabouret rembourré et rapiécé, puis dépose sa double feuille ouverte. Silencieux et attentif, on attend. Personne ne bronche, ni ne tousse. Et là je souris, car avant de commencer à jouer, elle a soudain ce geste qu’elle fait très souvent maintenant et presque sans s’en rendre compte. Pendant qu’elle tient les doigts de sa main droite écartés au dessus du clavier, elle plonge sa main gauche dans sa poche et tâte rapidement des graines de courge qu’elle a faites sécher cet hiver. Un grigri ou un toc tout neuf pour se donner du courage, sans doute !?

Pour répondre à des mots, une histoire chez Olivia avec les mots de la récolte 42 (espérance, piano, sécher, courge, feuille, courage, transformer, anamorphose, symphonie et cerisier).

15 réflexions sur “On a placé notre seule espérance dans l’évitement

  1. Un confinement bien vécu par tes personnages, une ambiance sereine. Tout ce dont nous avons besoin en ce moment. Merci

  2. C’est calme et reposant au milieu de notre tumulte d’infos plus dramatiques les unes que le autres. Un temps de pause et Dvorák, une musique si chantante… avec le sourire

    • C’est vrai que je prends soin des noyaux et pépins des fruits et légumes que je consomme. Un toc, sans doute. Il y a beaucoup de moi et de ceux que j’ai aimés ici 😉 Merci à toi-aussi, Max-Louis, car ta plume a repris sa verve ❤

  3. Pingback: Confinement Jour 12 – Olivia Billington

  4. Tu t’en es bien sortie avec ces mots imposés ! Mais écris-tu aussi contrainte ? Bon, je ne connais pas l’entier de ton blog, je vais visiter, j’ai maintenant beaucoup plus de temps pour flâner à gauche et à droite… go !

    • Mes articles récents sont le plus souvent des participations aux défis de mots, illustrés le plus souvent de mon ouvrage en cours. C’est une façon déguisée de dire ce qui m’emballe ou m’étouffe. Une sorte de thérapie en somme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.