Point de départ

Tout peut être point de départ de quelque chose.

Ce matin était justement celui d’une fameuse journée. On s’était inscrit pour ce marathon et on avait rendez-vous à dix heures ce dimanche. Assises et silencieuses, nous étions détendues et soulagées d’avoir mené à terme ce défi. On était dans une attente confiante. Tout allait pour le mieux pour chacun, on était fier de participer. Avec les vacances scolaires d’avril et ce jour férié de début mai, ç’avait été un peu agité dans nos têtes et nos actions. Mais nos gestes avaient été précis et ordonnés, ç’avait été formidable à les entendre et on avait bouclé tout ça en un temps record. Une fois installé sur son support, notre ouvrage avait de la gueule. Oui, on peut le dire. Non ce n’était pas une sculpture en argile, je vous vois venir, pas un patchwork non plus, ni du tricot. C’est un livre d’une dizaine de pages découpé de nos quatre mains, avec du collage, de la peinture, des photos, des couleurs, du tissu et des brins de laines (ben oui, petite touche personnelle), etc… sans première ni dernière page, il n’y a pas de début ni fin, ça se regarde indéfiniment… on tourne en rond autour de la table où il est posé… très chouette, je vous dis « point de départ ».

Même si ces jours derniers, les brins de muguet ont été rendus chauves de leurs clochettes par un vent qui n’a pas cessé de mettre le cahot au dehors, c’est une évidence, la journée fut excellente. Notre espérance de cette grosse semaine avait payé. On est revenu avec un premier prix. Enfin, tous en ont eu un, mais nous avons été cités en premier parce que… bla bla bla… on avait pensé à un truc auquel personne d’autres n’avait pensé. Ça mis à part, c’était quand même la présence de tous, les sourires de chacun et cet élan de solidarité qui nous rassemblait, qui faisaient que ce jour fut tellement ensoleillé, comme si un remède avait débarrassé le ciel de ce phlegmon de nuages gris.

Pour répondre aux mots, une histoire chez Olivia et sa récolte-6 et pour parler du marathon de la créativité, avec une illustration d’une des dix pages de ce fameux livre. Celle-ci, d’après l’origine de GC, n’est pas encore finie sur la photo. C’est fou comme tous ces mots collaient bien à l’actualité de ma semaine !

Publicités