Elle pose son ouvrage à côté d’elle

Au loin, elle entend un chien aboyer. Elle pose son ouvrage à côté d’elle sur le banc où elle a passé l’après-midi et se lève. D’un geste habituel, elle apporte sa main en visière sur son front pour se protéger du soleil et mieux voir. Son regard parcourt l’horizon de l’ubac aux pentes éclairées et verdoyantes. Elle ne voit rien. Son regard revient sur les pentes de l’envers un peu plus sombres, et là, bien plus près d’elle au bout du chemin, le berger avance, précédé de ses moutons. Elle sourit et admire cette onde laineuse que font les dos des animaux en marchant. Ils bêlent, mais elle ne voit toujours pas le chien, il aboie pourtant, et soudain il apparaît, noir au milieu des bêtes blanches. Il se range aux côtés de son maître pendant que l’autre fait entrer son troupeau dans l’enclos. A cette saison et à cette heure, c’est le retour à la bergerie, elle aurait du y penser. Le jour baisse, le temps est passé sans qu’elle ne s’en rende compte et il ne fait plus très chaud. Elle réajuste son châle, prend son panier et s’apprête à rentrer. Mais elle voit l’homme se tourner vers elle et venir à sa rencontre, il marche bon train. Ses yeux ont une fluidité particulière. Alors quand il arrive, sans un mot, elle l’invite à l’intérieur de sa maison. Elle avance vers la cheminée et essaie de calmer son cœur qui battait déjà la chamade, elle dépose son ouvrage sur la table en passant, prend une bûche pour raviver le feu avant qu’il ne s’éteigne, puis essuie la poussière de bois sur ses mains dans son tablier en se retournant vers son hôte. Il est assis à la table et l’attend, il a rempli deux verres d’une orangeade faite maison, elle lui sourit. Il a toujours ces clartés pâles dans le regard, mais il est moins grave et admire les deux chaussettes dépareillées dans le panier qu’elle a terminées. « C’est pour ton petit » lui dit-elle.

Pour répondre à Des mots une histoire chez Olivia Bellington, avec les mots proposés de la semaine…

Publicités

12 réflexions sur “Elle pose son ouvrage à côté d’elle

    • Plus près de moi, c’est une histoire de laine, mais c’est vrai que les moutons, le berger, le chien gardien ne sont pas très loin, et je voulais y penser 😉 Merci Bizak

    • C’est pas toujours très facile de mettre des détails 😉 Parfois mon texte est très court juste une « sauce de petits mots pour lier » et que le plat soit bon. Un peu comme en cuisine !

  1. Pingback: Tant de silence – Olivia Billington

  2. Très jolie histoire d’amour en pointillés…
    J’aime beaucoup le regard de cet homme.
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    • Il y a des regards qui attirent le nôtre sans savoir vraiment pourquoi , inqualifiables 😉 et je trouvais que ce mot s’adaptait bien. Merci Célestine •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  3. Quelle tendresse dans ce texte, cela m’émeut ! J’ai vécu la scène comme au ralenti et j’imagine ce petit avec ses chaussettes dépareillées …
    Merci pour ce joli moment
    Cécile

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.