Où le soleil vient tard

Où le soleil vient tard

Où le soleil vient tard

En hiver la terre pleure ;
Le soleil froid, pâle et doux,
Vient tard, et part de bonne heure,
Ennuyé du rendez-vous.

Leurs idylles sont moroses.
– Soleil ! aimons ! – Essayons.
O terre, où donc sont tes roses ?
– Astre, où donc sont tes rayons ?

Il prend un prétexte, grêle,
Vent, nuage noir ou blanc,
Et dit : – C’est la nuit, ma belle ! –
Et la fait en s’en allant ;

Comme un amant qui retire
Chaque jour son cœur du nœud,
Et, ne sachant plus que dire,
S’en va le plus tôt qu’il peut.

de Victor Hugo

2 réflexions sur “Où le soleil vient tard

  1. Bon jour,
    Et ce texte de Hugo, me rappelle celui-ci

    Veux-tu te figurer le monde ?
    Coupe un tronc d’arbre dans les bois.
    L’aubier sur sa surface ronde
    Offre cent sphères à la fois.
    L’œil peut retrouver chaque orbite
    Que la planète d’or habite
    Dans les cercles du bois vermeil ;
    La sève erre en leur zone obscure
    Comme Mars, Vénus et Mercure ;
    Le nœud du centre est le soleil.

    Victor Hugo : « Unité » – Toute la lyre / Les Sept cordes.

    Max-Louis

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.