Une fête sous les lumières

Une fête sous les lumières et les rires.

Une fête sous les lumières

Meg virevolte. De table en table, de verre en verre, de grand industriel en poète, de juge en ministre, du piano à queue au buffet nappé de blanc puis sur elle-même, elle tourbillonne dans le grand salon scintillant de bijoux et de lumière, d’élégance et de rires : elle est la reine du soir, comme tous les mardis (les jeudis aussi, parfois). Au rez-de-chaussée de sa demeure de trois étages, au 6 bis de l’impasse Ronsin, près de la rue de Vaugirard, on chante, on danse, on s’amuse, et tout tourne autour d’elle. C’est la fin du siècle, le XIXème et le début de sa vie de fête, de sa gloire mondaine, de l’étincellement de Marguerite Steinheil, qui durera à jamais (on croise les doigts) : elle a vingt-cinq ans, tout est ouvert et lumineux devant elle. Depuis quelques mois, elle demande à ses amis et relations de l’appeler Meg, comme quand elle était petite, au château de Beaucourt, entre Montbéliard et la frontière suisse, quand elle rêvait de Paris, d’amour et d’éclat, d’argent, de plaisir permanent, de soirées folles et de prince charmant.

Extrait de la nouvelle « Une vie, des fêtes » écrite par Philippe Jaenada pour le recueil « 13 à table ! » paru cette année.

Publicités