Emballer les cadeaux

Il est temps de penser à emballer les cadeaux…

Emballer les cadeaux

« Regarde, l’étendue mergnifique. ». Je regardai sans vraiment bien voir.
Et sens-tu l’air chargé d’iode et le goût du sel qui pénètre la peau ? Je n’écoutais pas
Tu peux pas t’en empêcher ! ils sont pour moi, les derniers mots de la fin. Je laissais dire.
Regarde ! La mer s’approche, c’est marée haute. Elle s’obstinait.
Alors, ma mère lui offrit des jumeleines, que nous mangeâmes et prîmes un RV créaginaire. 
Incommodée par le grognement des mioches, Madeleine se leva, s’approcha de son amie,
Tandis qu’ils riaient à nouveau, incroyable, je les voyais enfin, les yeux dans les yeux.
Elle lui glissa à l’oreille : c’est pas moi, c’est le Zébulon. La retraite arrive.
Paradoxalement tu deviens drolatour, j’avais évoqué le paradis infini.
Avec cette diatribe, trouverais-tu que je sens la crevette arctique ? Elle ne lâchait rien.
Rhôô Oui, la mer s’étalait, devant nous. Je les entendais et réalisais maintenant.
A ce moment là, Onésime réalisa, lui-aussi, à quel point il était en retard
Des odeurs de brioche remplaçaient allègrement celles des Mc Bacon et autres Cheeseburgers.
Il s’empressa de rentrer chez lui, honteux et confus
Sans jurer, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus. 
Il va me falloir plus de temps. La pinguouination est assez complexe, mais j’en aurai du temps.
Fatalimace ! Par habitudes, l’eau court sous la route artificelle ! Je suis prête,
Il m’a dit: Mets tes bottes. Je les ai enfilées. Les écriames et les pingouinations attendront.
Nous voici en insolitude et la polimalie des virgules se solve en délibules mirifiques ! 
Ici, on n’a qu’à prononcer des mots d’amour comme ça, ils se tiendront chaud ! 

Il est temps de penser à emballer les cadeaux… et de les déposer au pied du sapin.
J’aurais pu parler de furoshiki, cette bien jolie façon d’emballer les cadeaux, mais j’ai choisi cet acrostiche avec les mots de l’Ai de l’ond pour me faire à l’idée d’une retraite, paradis infini.

Publicités

7 réflexions sur “Emballer les cadeaux

  1. Pingback: Le dernier avant le premier – de l’an | Carnets Paresseux

  2. Pingback: Ne pas perdre de temps – patchcath

  3. Pingback: Hiver de ma vie – patchcath

  4. Pingback: Accrocher des chaussettes sur la cheminée – patchcath

  5. La retraite, c’est juste la vie qui continue, on aime encore, on joue encore avec les enfants, juste un peu plus, on mange, on dort, mais surtout, on choisit, le luxe ultime ! Même si on choisit souvent trop, on choisit, on va à la rencontre de gens, … on se remet à écrire …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.