L’ai n’est pas si abomifreux que ça

Quoiqu’on en dise l’ai n’est pas si abomifreux que ça !

 L'ai n'est pas si abomifreux que ça

A la mi-mois, nous nous sommes retrouvés pour ce délibule délire.

Bien sûr, cette fois-ci encore, les règles avaient changé, mais nous étions fins prêts pour nos écriames et plus si affinité.

Comme si elle avait lu sur ma bouille , ma voisine ajouta : « cette bouillie littéraire se termine souvent très tôt au petit matin du mois prochain dans une super couettivité ». Rosalie me sauva la mise comme C l’avait faite en début de mois :

« De drolatour enfin vous êtes revenu ! » s’enquit R auprès de Jo d’une intonation marquée sans qui B ne l’eut pas remarqué.

Et Bougon n’apprécia pas puis fit sa mine des mauvais jour, Rosa lut sur son visage et rit : «  Créaginaire est de retour » déclama-t-elle en riant fortement et mâchant ses tagliatelles goulûment. Parce que finalement on avait décidé de souper ensemble.

Fatalement c’était parti de nos pingouinations, on riait comme des fous, on se tordait le bide en se le remplissant et on applaudissait comme des manchots.

Grâce à ces échanges (de plats et de mets), certains s’étouffaient pris de tartuffolique de ces déclamations loufoques.

Heureusement, d’autres y mettaient plein de délicaristique.

Il suffisait d’un bref coup d’œil pour que des éclats de rires artificellent.

Justes et à propos, les blagues fusaient dans tous les sens et de tous genres pour l’agendagouine,

Haut et fort, nous renchérissions plus mergnifiquement.

L’ambiance était à la fête et nous faisait oublier l’air brumageux du dehors.

« Mirififique soirée » me souffla-t-elle à l’oreille d’un ton rieur, avant de le répéter .

N’était-ce pas Charonne qui était venue ce soir, pour la première fois ?

Oui, elle s’appliquait dans des répliques amupliquées.

Pour sûr, elle ne regrettait pas son insolitude habituelle et

Quotidienne.

Radieuse et enchanquise, elle pleurait de rire, telle une grosse pieuvre rouge.
Soirée vraiment drôle et éléphantastique
Tous, on aurait voulu que le temps s’arrête et soit fatalimace pour une fois.

Un mois existancié est vite passé, mine de rien,

Vainement et sans doute atteinte de polimalie, j’ai pris ce train et ses

Wagons abomifreux…

Xième voyage à naviguer au milieu des baluments et ballonnements,

Y avait aussi des jumeleines qui m’ont fait trotter, tricoter et galoper.

Z’en peux plus de tous ces gymnasticots et gymastimots, et quoiqu’on en dise l’ai n’est pas si abomifreux que ça !

Pour plaire à tous pour l’AI d’Octobre