Chaussettes arc en ciel

Chaussettes arc en ciel – La vie est belle

Chaussettes arc en ciel

Laines de toutes les couleurs
Avec plaisir et bonne humeur
Vive allure ou selon la chaleur
Imagine un rêve, fine saveur
En fil d’une pure douceur
Enchanteur
Soyeux de bonheur
Tricote tendrement
Brode une histoire
Embellis tes aiguilles
Libère ta candeur
Laisse aller ton cœur
Et offre cet arc en ciel.

 

Chaussettes arc en ciel

La vie est belle, fin de vacances, la rentrée arrive. J’ai posé mes livres et gardé mes lectures dans la tête, j’ai monté à nouveau quelques mailles de douceur sur mes aiguilles; J’ai déposé les explications de ces petites chaussettes ici . J’ai simplement changé de couleur en milieu de rangs, la semelle et le derrière de ces chaussettes sont d’une seule couleur et le dessus et devant sont arc en ciel, juste pour sourire à la vie.

Maîtres du jeu

Maîtres du jeu.

Maîtres du jeu


Mardi 6h55
Valise en main, elle se dirige vers l’autocar garé au milieu du parking. La porte ouverte, pourtant le chauffeur n’est pas là. Elle jette un œil alentour : personne. Rendez-vous fixé à 7h30, elle est en avance. Un peu anxieuse, comme chaque fois qu’elle emmène ses protégés en excursion, elle monte les marches du Mercedes. Un véhicule flambant neuf, ses mêmes vont être ravis ! Elle se retourne, tombe nez à nez avec un homme. Petit cri de frayeur.
– Pardon ! dit-elle en riant. Je ne vous avais pas entendu ! Vous devez être le chauffeur ?
Il se contente d’acquiescer.
– Sonia Lopez, l’éducatrice qui organise cette sortie. Enchantée !
Il saisit la main qu’elle lui tend, la serre un peu trop fort.
– Gilles.
– Ah… ? Votre patron m’avait parlé d’un Bernard quelque chose…
– Bernard a eu un malaise, je le remplace au pied levé.
– Pas trop grave, j’espère ?
– Quoi donc ?
– Le malaise…
– Pas sûr qu’il survive.
La jeune femme reste bouche bée.
– Je plaisante, précise le chauffeur avec un petit sourire.
Un type grand, mince, pour ne pas dire maigre, avec un visage taillé à la serpe. Qui la fixe droit dans les yeux. Ces yeux qu’il a clairs. Et fascinants.
– Comme la porte était ouverte, je me suis permise de monter.
Putain, ce regard… A tomber à la renverse. Fenêtre turquoise ouverte sur un abîme sans fond.
– Les gamins ne vont pas tarder, bavarde-telle pour dissimuler sa gêne.

Extrait de « Maîtres du jeu » de Karine Giebel, un tout petit recueil de deux nouvelles que j’aurais intitulé « frissons sous la chaleur ». Détente et fin de vacances.

Un conte merveilleux et poignant

« C’est un conte merveilleux et poignant.

Un conte merveilleux et poignant

Une piqûre de rappel de ce que nous ne devrions jamais oublié » a écrit Jonas Jonasson à propos de « Le trésor de Monsieur Isakowitz » de Danny Wattin.

Lorsque Leo Wattin apprend au détour d’une conversation que son arrière-arrière grand-père, Hermann Isakowitz, avait dissimulé un trésor avant d’essayer de fuir le régime nazi, il propose à son père, Danny, et à son grand-père, Hans, de partir à sa recherche. Voici donc trois générations d’hommes rassemblées dans une voiture pour un incroyable road trip, depuis leur point de départ en Suède jusqu’à la ville natale de leur aïeul, Malbork, en Pologne…
Et Danny Wattin écrit ces mots peu après le début du livre :
« Je retourne à mes recherches. Malgré ses commentaires ironiques, je suis content que mon père nous accompagne et, ce qui est tout à son honneur, m’ait convaincu de réserver des hôtels bien plus beaux que je ne l’aurais fait pour moi seul.
Me souvenant qu’un buffet bien garni au déjeuner figure parmi les choses qu’il apprécie le plus, je réserve dans la foulée des hôtels qui en proposent. Puis, je tente une dernière fois de contacter la personne que je souhaite absolument rencontrer en Pologne. C’est un homme qui dit avoir des informations importantes sur mon arrière-grand-père et sa boutique. « 

« Tout en mâchant (un chewing-gum), je réfléchis aux paroles de mon père et dois admettre qu’il a en grande partie raison. Il vient d’une bonne famille. Chez eux, on avait du bon sens et des manières. On ne parlait pas de choses qui risquaient de peiner ou de heurter. C’est justement l’une des raisons pour lesquelles nous ignorons tant de leur histoire. »

« A cette époque, le plus gros problème des Juifs n’était pas qu’on les empêchait de quitter l’Allemagne. Au contraire, les nazis n’ayant pas encore élaboré la solution finale, ils n’étaient que trop contents d’être débarrassés de la « vermine ». Enfin, à condition que les Juifs abandonnassent leurs biens et fussent en mesure de produire un visa pour un autre pays. Par malchance, nul ne voulait les accueillir. »

Un beau voyage entre un homme, son père et son fils, une merveilleuse aventure, tranches de vie uniques dans ce joli journal de bord, sourires à la vie et instants précieux marqués par l’histoire de leurs ancêtres et l’Histoire. Une petite perle.

C’était un joli restaurant indonésien

« C’était un joli restaurant indonésien bien situé, à l’intérieur spacieux et peu éclairé.

C’était un joli restaurant indonésien

Bougies, lumières indirectes, objets de bronze et de cuivre, renvoyaient des reflets parcimonieux sur les tables et les visages. Le long des murs, des silhouettes derrière les parois de toile projettent des ombres d’une troublante élégance. Pour les femmes, un avantage : le clair-obscur est clément avec les rides et autres imperfections. Pour les hommes, un avant-goût de victoire :on est déjà au lit, ou presque.

Elle avait choisi l’endroit pour une autre raison : les tables espacées ménageaient une vraie intimité. Elle ne voulait pas de témoins gênants pour la première rencontre. Curieusement, elle se sentait à l’aise, lui en revanche paraissait hors sujet. Elle savourait ce spectacle. Quel que soit le déroulement de la soirée, le contempler dans cette posture était un régal. »

et quelques chapitres et petits points plus loin :

« Quand le soleil se leva, il était un autre homme. Recroquevillé au fond d’une souche pourrie, recouvert de feuilles, il ne sentait plus les piqûres de moustiques ni les insectes qui grouillaient dans son froc. Enveloppé dans sa cape de pluie-indispensable dans la région- , il n’était plus qu’un élément parmi d’autres du bourbier.  »

Extraits de Congo Requiem de JC Grangé, lecture d’été, frissons d’un matin ensoleillé.

La première phrase d’un nouveau roman

La première phrase d’un nouveau roman

La première phrase d'un nouveau roman

« Je cherchais depuis six mois la première phrase d’un nouveau roman lorsque quelqu’un frappa à la porte.
Juillet et août avaient été si impitoyable que je me demandai si une seule personne avait eu le courage d’escalader les quatre étages pour débouler, ruisselant, sous mes tuiles, ici, dans ce four.
Ruisselant je l’étais moi-même depuis des semaines, sous les trente-cinq degrés immuables de mon appartement.
Malgré les dix douches quotidiennes mon cerveau s’était lui-aussi mis à fondre, et je mentais à mon éditeur au téléphone en lui répétant que ça avançait.
Pas le moindre premier mot d’un quelconque début d’histoire. Rien. Je n’avais plus rien à dire. »

Premiers mots de Lettre à mes tueurs de René Frégni, un peu de 2018, une lecture retrouvée suite à un jeu, sourire de début de journée.

Toi qui pâlis au nom de Vancouver

Toi qui pâlis au nom de Vancouver

Tu souris et tu danses à la vue de l’Alpha,
Je nous vois en vacances, un peu au paradis.
Tu me regardes et siffles assis sur les sofas,
Une joie folle m’envahit, mon Roméo, m’ami,

Et tu embarques à bord pour changer de tes chars;
Accordéoniste en herbe j’étire quelques accords
Dans une douceur exquise aux airs suaves, j’adore
Voir l’éclat de tes yeux, dans tes mains des dollars.

Fais vrier le moteur mais avec attention,
Retrouvant tes réflexes et mémoires d’aviation,
Retour au civil

Et, tous les deux, un soir dans un bar vers Broadway
En chanson je louerai notre amour avoué,
et puis… Ainsi soit-il.

C’est ma participation à l’Agenda Ironique d’Août sur une idée d’André et son clin d’œil à Marcel Thiry, poète belge, Le thème est inspiré du premier vers de son premier poème et recueil : “Toi qui pâlis au nom de Vancouver” avec des mots imposés, bien sûr pour corser le  défi, et tirés au hasard du même recueil: paradis, accordéoniste, suave, Alfa Romeo, février, accord et civil.
Et juste pour le plaisir, en voici les mots vrais:

Toi qui pâlis au nom de Vancouver,
Tu n’as pourtant fait qu’un banal voyage;
Tu n’as pas vu la Croix du Sud, le vert
Des perroquets ni le soleil sauvage.

Tu t’embarquas à bord de maint steamers,
Nul sous-marin ne t’a voulu naufrage;
Sans grand éclat tu servis sous Stürmer,
Pour déserter tu fus toujours trop sage.

Mais qu’il suffise à ton retour chagrin
D’avoir été ce soldat pérégrin
Sur les trottoirs des villes inconnues,

Et, seul, un soir, dans un bar de Broadway,
D’avoir aimé les grâces Greenaway
D’une Allemande aux mains savamment nues.

(Marcel Thiry, Toi qui pâlis au nom de Vancouver, 1924)