Je me suis endormie au soleil

Je me suis endormie au soleil sur la plage. La marée montante a commencé à me  caresser les pieds. J’étais bien.

Je me suis endormie au soleil

Puis il a tellement plu et le niveau de l’océan a tant monté que les flots m’ont embarquée au loin sur mon matelas pneumatique, très loin. Combien de temps ? Je n’en sais rien, je dormais toujours. Plusieurs jours en tout cas, car les reflets de la lune et du soleil étaient restés imprimés sur les flots à côté de moi. Ça paraît incroyable mais je ne raconte pas des bobards, j’ai une photo comme preuve de ce que j’écris là.

J’étais restée tellement longtemps que mon corps en était brûlé. Je vais mieux maintenant, merci de vous en inquiéter, je n’en garde aucune séquelle.

Tout mon corps était rouge, sauf mes bras et mon visage qui avaient du être protégés par mon grand chapeau. Genre sombrero, mais celui-là on ne l’a jamais retrouvé.

Des tas d’animaux marins m’ont accompagnée. Et sauvée en fin de compte ! Ce sont eux qui ont dû attirer l’attention des sauveteurs qui me cherchaient.

Une énorme jument verte de mer empêchait que mon embarcation ne chavire. Une bouée à tête de cheval, c’est ce qualificatif que mon mari emploie quand on parle de ce souvenir.

Et un grand thon protégeait mon sac qu’il avait enduit de bave scintillante et le poussait à la surface avec une de ces nageoires pour l’empêcher de couler. C’est sûrement comme ça qu’ils ont su qui je suis.

Des sirènes nageaient en profondeur et faisaient un tel cirque autour de moi qu’elles éloignaient les gros navires et déviaient les paquebots de leurs routes habituelles. C’est ce qu’évoquent les vagues quand on souffre d’insolation que me répète le gars à tête de mérou qui passe régulièrement.

Je n’en sais pas plus sur tout ce petit monde car il a disparu juste après ce cliché que l’infirmier m’a confié il y a quelques jours quand j’ai éparpillé par mégarde le contenu de mon sac à paillettes sur mon lit. Il m’a demandé de le garder dans mon sac, d’arrêter d’en parler si je veux reprendre une vie normale, et d’aller un jour au musée voir d’autres clichés de Marc Ch. Alors je vous écris, c’est tellement extraordinaire ! Non, non, ce n’est point une carabistouille.

Pour les sourires de l’Ai d’avril à l’Atelier sous les feuilles.

Je me suis endormie au soleil

 

Publicités

11 réflexions sur “Je me suis endormie au soleil

    • Pourtant mes petits me disent que quand je ris j’ai encore plus de plis sur mes joues 😉 Ils les caressent d’un doigts et me font un bisou. J’adore
      Merci à toi

    • J’avais pensé à la chanson d’Eric Charden, vois-tu: « Le monde est gris le monde est bleu, Et la tendresse berce mes yeux, Mon coeur est gris mon coeur est bleu…  » et puis la chaleur s’y est mis et j’ai vu « rouge » 😉

  1. Pingback: Agenda ironique d’avril 2018 – Les textes | L'atelier sous les feuilles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.