La musique d’une vie – Incipit #12

La musique d’une vie – Incipit #12 chez Ecriturbulente

La musique d'une vie - Incipit #12

« Je m’éveille, j’ai rêvé d’une musique.
Le dernier accord s’éteint en moi pendant que je m’efforce de distinguer
la pulsation des vies entassées dans cette longue salle d’attente, dans ce mélange de sommeil et de fatigue.
Le visage d’une femme, là, près de la fenêtre.
Son corps vient de faire jouir encore un homme, ses yeux cherchent parmi les passagers son prochain amant.
Un cheminot entre rapidement, traverse la salle, sort par la grande porte donnant sur les quais, sur la nuit. »

L’air s’engouffre aussitôt, et je le sens sur mes jambes que je croise immédiatement.
« J’attends depuis des heures maintenant et j’imagine, tu t’imagines tout ce que tu veux.
J’aurais pu attendre toute la nuit après toi, attendre que le dernier train ne vienne pas et poireauter toute la nuit, triste et esseulée.
J’aurais pu attendre toute la nuit après toi, attendre que le rendez-vous ne tienne pas et gamberger toute la nuit, triste et apeurée
Et j’imagine, tu t’imagines tellement mais est-ce que c’est vraiment mieux? »

Voilà moi-aussi, c’est un air de chanson qui me trotte dans la tête maintenant, et font trotter les mailles sur mes aiguilles, mais je ne suis plus très sûre des paroles de The Bewitched Hands

Publicités

2 réflexions sur “La musique d’une vie – Incipit #12

  1. Pingback: Incipi’Turbulent, la compil’ : Andreï Makine, La musique d’une vie – Écri'turbulente, c'est en écrivant qu'on devient écrevisse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s