L’escargot et la chenille

L’escargot et la chenille

Un matin de printemps, juste après la rosée
Un escargot persan
Cheminait.
L’escargot, le cœur gros
Pensait à sa belle en querelle :
Escar-Paulette
Balançait.

D’un brin d’herbe à l’autre
Vers un champ d’épeautre
Escar-Paulette la coquette
Se défilait,
La fine mouche
Craignait l’escarmouche.
Elle voulait voir du pays.

L'escargot et la chenille

Une chenille, gentille fille
Vint à passer :
« Compère escargot tu sembles penaud !
— C’est Escar-Paulette qui part en goguette,
Elle m’a ce matin posé un lapin.
— Mon colimaçon,
Tu files un mauvais coton,
Chausse tes escarpins
Brille tes escarboucles
Prends-la par la main
Promets-lui l’Espagne…
Et tu gagnes ! »

C’est ainsi que l’on vit
Bras dessus, bras dessous
L’escargot et sa compagne
Battre la campagne :
« Allez donc mes mignons,
Je file mon cocon »
Dit la chenille gentille,
« Viens mon Escar-Paulette,
Viens mon Espagnolette »
Disait l’escargot
Sur le chemin de Saint-Jacques.

de Hermeline. Fraiche et tendre poésie pour le printemps qui revient, et pour la poésie du jeudi chez Asphodèle.

Advertisements

17 réflexions sur “L’escargot et la chenille

  1. Merci, c’est délicieux.Mais un pélerinage bras dessus bras dessous pour des escargots qui ont déjà l’estomac dans le pied comme tout bon gastéropode qui se respecte, ça doit être un spectacle…:D

    • Pour mettre un hôtel, rue de la paix, Un monde où tout le monde s’aimerait enfin
      J’achète un château en Espagne, J’achète un monde où tout le monde gagne A la fin

      Je vends tout ce que j’ai contre tout ce qui me manque
      Je vends ce qui s’achète contre ce qui n’a pas de prix

      Je vends ce que je vaux contre ce qui m’est le plus cher
      Et si ça ne vaut pas un clou tant pis, je donnerai tout …. pour un commentaire plein de sourire tel que celui-ci. Merci

    • J’observais le monde au jardin, l’autre jour, le dos tourné au soleil,
      et j’ai pensé à cette poésie que j’avais mise de côté pour en faire un livre textile,
      un de ces jours…
      Belle journée Val

  2. Pingback: Le jeudi poésie avec Henry Bauchau. | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s