La huppe

Savez-vous que la Huppe est le seul oiseau capable de trouver un point d’eau dans le désert ? C’est pour cette raison que la reine de Saba l’envoya comme messagère à Jérusalem pour annoncer à Salomon sa venue… Ah la Huppe! Voici l’histoire de celle qui entra par mégarde dans la demeure des hiboux

La huppe

« C’était à la tombée du jour quand une huppe s’engouffra par hasard dans la demeure des hiboux. Ils s’étonnèrent fort de leurs différences et toute la nuit ils échangèrent sur toutes sortes de sujets. Ce fut si passionnant que les hiboux en oublièrent de sortir cette nuit-là.
Au lever du jour, la huppe voulut prendre congé de ses hôtes en les remerciant. Mais ceux-ci furent fort effrayés :
–  Comment ? Tu veux sortir alors que le soleil brille ! Cela n’est pas possible ! Le soleil est l’ennemi des oiseaux ; il les aveugle. Les oiseaux ne peuvent sortir durant le jour ! C’est trop dangereux…
– Je vous assure qu’il n’en est pas ainsi pour moi, tempéra la huppe. Je ne suis pas semblable à vous. Je peux fort bien sortir sans danger durant le jour…
– Cela n’est pas possible, répliquèrent en chœur tous les hiboux. De ce point de vue, tous les oiseaux sont semblables. Pour ton bien, nous ne pouvons te laisser sortir. Le soleil te rendrait aveugle et nous serions responsables de ce malheur !
Les hiboux barrèrent la sortie du nid à la huppe, à grands coups de bec !
– Tiens, lui disaient-ils à chaque coup, voilà pour t’apprendre la sagesse !
Ils lui auraient même crevé les yeux à coups de bec pour l’empêcher de sortir… Tout cela pour que le soleil ne l’aveugle pas !

En un éclair, la huppe jugea la situation :
– Ces fous croient vraiment que tous les oiseaux sont à leur image. Il est inutile de les contrarier, cela ne fait que les rendre plus agressifs.
Elle décida donc de contrefaire les hiboux. C’est trop dangereux de contrarier les fous.
Elle fit la raisonnable :
– Vous avez raison ; je me range à votre avis… Les oiseaux ne peuvent sortir que la nuit ! Merci à vous d’avoir ainsi pris soin de moi !
– Ah ! Enfin ! Te voilà raisonnable ! Nous savions bien que tu étais comme nous que le soleil aveugle, et qui ne pouvons sortir, comme tous les autres oiseaux, cela nous en avons la certitude, qu’à la nuit tombée.

La huppe passa la journée dans la demeure des hiboux, à méditer sur la folie de ceux qui se croient sages. A la nuit tombée, échappant à ses geôliers, elle regagna d’un coup d’aile un buisson proche pour y passer la nuit et attendre le lever du soleil… »

Un conte pour petits et grands… Les uns lisent les contes, et d’autres les écoutent, ils sont appréciés, certes, mais on a parfois l’impression d’être entré par mégarde … dans la demeure des hiboux ! C’est à Sohravardî que nous devons ce conte de la huppe.Ce n’est pas d’aujourd’hui que les hiboux, qui ne peuvent supporter l’éclat du soleil de la vérité, s’en prennent pour leur bien à ceux dont les yeux sont ouverts sur un réel qui leur échappe… A certains signes, apparemment il était évident que rien ne changera pour autant. Il y aura toujours des hiboux face aux huppes, et vice et versa… En chacun de nous, conteur y compris, sommeille un inquisiteur qu’il nous faut connaître, un loup qui se déguise en mouton comme il a été dit ! Qu’il est facile de le devenir tant la contagion est grande ! Nous devons tant de fois faire comme la huppe, à l’école, dans la famille, dans notre travail ou ailleurs… La folie des gens ordinaires exerce une telle pression qu’il n’est pas toujours facile d’attendre la nuit pour s’envoler en toute liberté…en attendant le lever du soleil…

Un conte pour petits et grands… Les uns lisent les contes, et d’autres les écoutent, ils sont appréciés quand le temps se fait moins chaud dehors… à la tombée de la nuit, ou en attendant le lever du soleil…

 

Publicités

6 réflexions sur “La huppe

    • Tes oiseaux m’ont plus tout au long de l’année, alors je continue dans un esprit de rêve et de légèreté avec des histoires de volatiles jusqu’à Noël. Merci Albine

  1. Un proverbe disait « A rome, fait comme les Romains » mais bon des fois c’est un peu bon d’envoyer valser tout ça et pouvoir vivre selon ses propres convictions sans attendre l’approbation de ses voisins, non ? Bises

    • Je ne connaissais pas ce proverbe, mais je vis, à Rome, comme les Romains. Depuis très longtemps. Mon éducation, sans doute. Et oui c’est un peu bon de… comme tu le dis, alors j’ai raconté cette histoire, et ça y est, tout va bien. Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s