Oiseau et Plumes d’octobre

Oiseau et Plumes d’octobre.

Oiseau et Plumes d'octobre

Je suis là devant mon bol de café et mes tartines que je viens de préparer. J’ai la tête vide et les pensées molles. C’est comme ça quand je me lève. Toujours un peu tôt avant les autres, pour être de bonne humeur quand le reste de la maisonnée se pointera. J’ai besoin de ce temps rien que pour moi. Mes pensées m’ont abandonnée, c’est le dénuement dans mon esprit, une absence totale de lueur dans la tête, un grand Rien, quoi. Je pourrais paraître droguée. Que nenni. Je ne manque pas de sommeil non plus. Je mange et j’avale machinalement. Mes premiers gestes se font par purs réflexes, un peu comme si ma longue hibernation de la nuit rationnait mes idées. Je n’ai pas spécialement conscience de préparer le petit-déjeuner, en opposition au trop-plein d’énergie dont j’userai dans la journée. Et petit à petit, tout revient enfin,  sans torture dans une douce plénitude.

Je me sers un autre café, en écoutant les infos. J’entends que ça ne va pas fort au Liban. Ils sont dans la même impasse, depuis… une vie, hein ? C’est ce que je me dis quand mon regard est attiré au dehors. C’est un chat qui a déclenché l’éclairage extérieur. J’entends des piaillements d’oiseaux. Est-ce que l’un aura fait l’affaire de l’autre ou est-ce leur manière de se dire bonjour quand ils se croisent ? Par la fenêtre, maintenant, je vois les arbres qui frissonnent dans le vent. Eh oui, ils annonçaient tout à l’heure qu’il ferait beau, mais venté. Les feuilles embellissent l’automne, c’est vrai, mais elles ont eu vite fait de changer de couleurs, et, si ça continue, certains arbres seront dans un parfait dénuement.

Ça va mieux depuis que j’ai pris ma douche. J’ai même fini de préparer mon casse-croûte pour midi et vérifié également que mon livre est bien dans mon sac. J’ai encore quelques instants avant que les autres ne se lèvent. J’ai pensé avancer un peu sur mon ouvrage, comme d’habitude, avant de partir. J’ai hésité entre ma broderie et mon tricot, et je ne sais pourquoi, j’ai allumé mon ordinateur. Je découvre avec déchirement que j’ai manqué le rendez-vous des mots pour les plumes. Avec empressement, je les ai notés sur un papier que j’ai mis dans ma poche avant d’aller prendre le bus, pour y réfléchir.

J’y ai réfléchi, et c’est ma vie du matin que j’écris ici en toute poésie.

Youpi. J’ai même lu les commentaires aussi, et j’ai bien ri.

Oiseau et Plumes d'octobre

C’est ma participation aux Plumes 45 chez Asphodèle, vous trouverez les mots qu’il fallait employer ici   et pour répondre au défi des oiseaux chez Albine, là et, , et aussi.

Publicités

34 réflexions sur “Oiseau et Plumes d’octobre

  1. Quel joli texte Patch, à ton image, avec ta douceur et ta délicatesse d’artiste ! Je me reconnais dans ces matins où l’esprit flotte pendant que le café passe et que la maison dort encore ! 😉 Un court instant qui nous permet de recharger les batteries ! Et ta broderie d’automne est superbe, elle se fond avec harmonie dans ce texte suave ! 🙂

  2. On doit toutes se ressembler un peu… Sauf que je ne bois pas de café !
    Cet oiseau est superbe, il semble doux comme la cuisine qui sent bon le café justement, le matin ! bizz

  3. eh bien, le matin, il vaut mieux ne pas te bousculer ! 😀 Piano piano !
    Tu as raison, il y a des moments de solitude tout à fait bénéfiques, et si cela te fait du bien, cela en fera nécessairement aux autres ! CQFD 😉
    Vive les smartphones qui permettent de garder le contact avec WP et nos ami(e)s.
    Tant pis si, pour certains, on passe pour des geeks, gentil mot qui remplace avantageusement celui de drogué ! 😀

    • J’aurais pu écrire floues, c’est vrai, mais c’est ce mot qui s’est pointé sous ma mine, vois-tu?
      Oh misère, une montre molle! c’est peut-être ce que j’ai que j’ai loupé les plumes! 😉

  4. Quel plaisir de te retrouver, cath !
    Ton oiseau brodé est aussi délicat que tes mots qui s’enchaînent souplement pour un petit texte tout en douceur matinale.
    Tu avais vraiment oublié les Plumes ? Pour un défi sur les oiseaux, c’est ballot !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Je me suis pointée sur le blog d’Aspho en cours de journée, les commentaires fusaient mais le temps me manquait pour lire les mots de chacun, j’ai remis ça à plus tard, vraiment plus tard, puisque le gong de fin avait sonné. Mon texte est parti de là, je suis heureuse de retrouver ces plumes et ceux qui les tiennent. 😉

  5. Pingback: 538 mots de plumes légères | Chez Mahie

    • Il était resté sur ma liste, je ne l’avais pas barré, et ça a été mon rayon de soleil tout à coup, il y a des mots comme ça, tous simples que l’on n’emploie pas assez, pour ne pas le crier à tout bout de champ et ne pas affoler les autres qui m’entendent, je l’ai mis pour la semaine en mot de passe. 😉

  6. J’adore ton texte. Une certaine grandeur du quotidien mêlée bien sûr d’une sorte de non pas mal-vivre, mais de « pas si bien vivre » qui nous étreint tous parfois. C’est ainsi que j’ai ressenti ton très beau texte. Quant à l’oiseau que tu as sculpté tu sais l’admiration que je porte à tes travaux. A bientôt.

    • C’est à nous de mener notre quotidien, aujourd’hui, je l’aurais sans doute écrit autrement, va savoir pourquoi et je souris en lisant le mot ‘sculpté’, un bien grand mot pour cette broderie toute simple. à bientôt, bien sûr. je te remercie et te souhaite une belle semaine

  7. Pingback: LES PLUMES 45 – LES TEXTES DU MANQUE ! | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s