Place à 2015

Bonne et heureuse Année à tous. Place à 2015 nouveaux ouvrages en patchwork ou tricot. Place à 2015 nouveaux contes ou histoires à lire et faire rêver. Place à 2015 visiteurs aux commentaires plus encourageants les uns que les autres.

Place à 2015
Parce que les jours se suivent et ne se ressemblent pas et que les semaines défilent à 2015 mots par semaine au moins, alors voici une fantaisie… grinçante comme je les aime. Ce n’était pas cette année mais c’était un …

Lundi matin, Lempereur, sa femme et le petit Prince sont venus chez moi pour me serrer la pince. Comme j’étais parti, petit Prince a dit :
— Puisque c’est ainsi, nous reviendrons mardi.
— Bon. Comme vous voudrez… a répondu ma mère.
Ils étaient déjà passés la veille mais on n’avait pas ouvert. « Bonne Année! » qu’ils avaient claironné derrière la porte.
— Z’ont des chocolats, a commenté ma mère qui lorgnait derrière le carreau.
— Ouvre pas. C’est dimanche, bon dieu!
Donc, on avait fait mine de pas être là ou d’être devenus sourds ou de dormir encore un peu.
Chez nous, le dimanche, c’est famille-famille. Papa boit. Ma mère trinque. Et on me sort de mon placard pour être de la fête.
Mardi matin, Lempereur (qui était reparti au travail) a envoyé sa femme et son fils Prince qui voulait jouer avec moi vu que c’est les vacances.
— L’est au square, a dit ma mère.
— Ah bon. Viens, Prince : on va essayer de le chercher là-bas.
— Bon. Si vous voulez… Si vous le trouvez… a répondu ma mère.
Moi, dans mon placard, j’ai pouffé. Peuvent toujours chercher! hi hi!
Ma mère avait oublié mon petit déjeuner ce matin comme souvent et j’ai grignoté des bouts de l’escalope qu’elle m’avait scotché sur l’œil hier soir pour soigner le beurre noir. Cela me vaudra sûrement une autre correction. Mais bon. On est comme on est et moi pas discipliné pour un sou, on me l’a assez dit et répété, pourtant. Tant pis. Pour une fois que j’ai de la viande, j’en profite.
Mercredi matin (pourquoi toujours le matin ? Sont réglés comme des horloges, ces voisins !). Mercredi matin donc. Idem. Madame Lempereur :
— Mon mari vous salue bien ! Comment va le p’tit ?
Ma mère :
— L’est chez sa tante.
— Il n’est pas souvent là, dites donc, votre petit !
— …
— Bon. Puisque c’est ainsi, nous reviendrons jeudi. Allez, viens, mon p’tit Prince, on s’en va.
Et donc, jeudi, comme vous pouvez l’imaginer : rebelote. Mais, cette fois, juste la femme Lempereur, sans son fils, Prince.
— Euh… dites donc, Voisine. Hum, Hum… Comment cela se fait-il qu’on ne voie plus jamais votre petit gars ? Hein ?
— L’est en vacances, a grogné ma mère.
Moi, pour rigoler, j’ai fait tomber la torche de l’étagère dans mon placard.
— Mais qu’est-ce qu’on a entendu ? a crié Madame Lempereur.
— Oh, c’est rien, a répondu ma mère. Sûrement une souris. Saleté de bestiole ! Va passer un sale quart d’heure, celle-là!
Vendredi matin, Lempereur, sa femme, pas le petit Prince mais l’assistante sociale sont venus chez moi.
Tout ce monde-là voulait me serrer la pince, à ce que j’ai cru comprendre mais j’entendais mal avec le pansement sur mon oreille. Comme j’étais parti (chez tante Josie, hi hi ! Elle aime bien faire des blagues, ma mère), l’assistante sociale a dit :
— Va falloir que je vérifie.
— Comme vous voulez, a marmonné ma mère.
— Mais, soyez-en sûre, chère Madame, je reviendrai samedi.
Samedi matin… Mes amis,  quel tintouin!
On s’est tous levés tôt, car ça cognait fort à la porte: les Lempereur, l’assistante sociale et les gendarmes étaient là et venaient pour me voir, moi!
Ils ont frappé sur les cloisons et trouvé la porte du placard. Quand ils ont toqué à la porte, j’ai crié « Entrez! », tout content d’avoir de la visite.
Mais cette fois, c’était le petit Prince qu’était pas là. S’il vient me voir demain, là c’est sûr : je ne serai vraiment plus là.

Fantaisie d’après Tegon.

Advertisements

21 réflexions sur “Place à 2015

  1. Une nouvelle qui vient de lire ta nouvelle, bien triste quand même mais bien souvent d’actualité. Le petit sera certainement plus heureux mais sans famille.
    Je viens pour la première fois sur ton blog (par Albine) et je ne vois pas comment m’abonner.
    Biz et bonne année 2015

  2. Effectivement, elle est bien grinçante! Bonne année 2015 pleine de mots, de tricot jusque là, ça rime et de tissus coupés et assemblés 🙂 Je sens que je vais me réjouir à chaque fois de voir qu’un article est paru chez toi! Belle première journée de cette nouvelle année.

    • Bien sûr Valentyne que la fin est heureuse! Un jour comme aujourd’hui, c’était des étrennes pour lui.
      Merci de ton coup d’œil. Ces commentaires aujourd’hui seront autant de cadeaux pour moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s