Conte de Grimm

Tout en continuant mes cartes de Noël je vous livre la suite du conte de Grimm (clic ici pour la première partie de Lumière bleue). Des petits lutins nains sont venus se joindre à mes décorations. Était-ce le petit homme de l’histoire qui m’a inspiré cet ouvrage, ou les bouchons restés sur la table après la préparation du vin chaud pour ce dimanche après-midi?…

Conte de Grimm

 

François avait bien aidé la sorcière les jours précédents. Mais cette fois-ci elle semble impatiente: « Allons, vite, passe-moi ma chandelle! »

François la trouva pressée tout à coup et se méfia :

Attendez un peu que j’aie les pieds sur la terre ferme.

Donne tout de suite, dit la vieille brutalement et pleine de colère.

François refusa encore une fois, il voulait d’abord descendre. Alors, saisie de fureur, la sorcière lâcha la corde, et le pauvre François retomba au fond du puits. Lorsqu’il se fut relevé, il se souvint qu’il avait dans sa poche une pipe à moitié bourrée de tabac.

Ce sera ma dernière consolation, se dit-il, que de me régaler encore de quelques bonnes bouffées.

Ayant allumé sa pipe à la flamme bleue, il se mit à fumer, se demandant bien quelle solution, il allait trouver. Au bout de quelques secondes un petit homme noir apparut devant lui, se prosternant avec respect. Il lui dit: Maître, que commandes-tu?

Comment, ce que je commande? répondit François. Pourquoi aurais-tu à m’obéir? je n’ai jamais eu de ma vie à donner des ordres.

Tout ce que je sais, dit le petit homme, c’est que je suis chargé d’exécuter tes volontés.

Soit, dit François, peux-tu m’aider à sortir d’ici?.

Le nain alors lui fit apercevoir un couloir. Celui-ci conduisait à une caverne. La sorcière y avait entassé des trésors.

François y puisa largement et emplit ses poches d’or et de diamants, il continua le long du couloir et arriva à la lumière du jour.

Maintenant, dit-il au petit homme, va empoigner la sorcière et livre-la à la justice.
Le petit s’en fut et reparut bientôt monté sur un gros chat sauvage, il tenait l’affreuse sorcière devant lui, liée aux mains et aux jambes. Elle hurlait.
Il continua sa chevauchée et au bout de quelque temps, il revint et dit : – Elle est enfermée dans la tour, demain on la jugera. Que me faut-il faire maintenant?

Va te reposer, répondit François. Si j’ai besoin de toi, comment ferais-je?

Tu n’auras qu’à fumer à nouveau avec ta pipe après l’avoir allumée à la lumière bleue.

François, heureux d’être sorti de cette mauvaise situation, sortit de la forêt et retourna à la capitale.

Il s’arrêta chez le premier tailleur et se fit habiller tout de neuf et magnifiquement.

Il alla loger dans le plus bel hôtel de la ville. Après quelques jours de cette vie de luxe et de rêve, une idée lui traversa l’esprit et, avec sa pipe, il fit venir le petit homme noir…

A bientôt pour la suite et fin de La Lumière bleue.

Publicités

5 réflexions sur “Conte de Grimm

  1. Pingback: Découpages bois et petites princesses | patchcath

    • Ma pointe de crayon s’est égarée sur ces bouchons qui trainaient sur ma table de cuisine, et des restes de laine les ont habillés…
      Sais-tu que j’aime bien tes « clapotis de vie », tes insomnies pour notre plaisir, merci Marla

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s