Plumes 37

Pour ces  Plumes 37 chez Asphodèle ici, j’aurais voulu parler d’actualité pour dire combien on a l’impression d’être dans la nuit. Et puis… le chauve sans souris m’a fait sourire… alors c’est une histoire de chat qui émerge des mots proposés…

Le chat a posé ses fesses au bord du toit.

Sous la voûte étoilée, il rêve de la blanche. Le crâne chauve et le regard ténébreux, il se ressource ainsi jusqu’au matin.

Au prologue de cette fête en tête, il réajuste ses pattes avant et piétine au rythme de la chanson qu’il est le seul à entendre.

Sur le faîte du pavillon, dans le silence et la solitude, c’est chaque nuit un recommencement. Il se laisse emplir d’ivresse par le passeur obscur du soir. Son âme erre entre sommeil et insomnie. Son esprit a pris un vol qui le transfigure. Il est parti pour un voyage voluptueux dans une sarabande épuisante.

La blanche, c’est la poule du voisin à qui il ne reste plus que 3 ou 7 plumes.

C’est ma participation aux  Plumes 37 chez Asphodèle ici.