Plumes 36

Pour une participation aux Plumes 36 chez Asphodèle, je me suis laissée bercer par l’air du temps. Le vent violent a mélangé tous les mots proposés par les agités chroniques et mes idées, et les gouttes de pluie ont écrit ce qui suit.

C’est la conséquence ordinaire de cette douce folie qui m’atteint depuis toujours. Une extravagance a envahi mon univers quotidien à ma naissance. Je ne maîtrise rien. J’ai un grain, c’est sûr, obsédant mes pensées et ça me rend un peu zinzin. Je sais bien que si cet abandon devient outrageux, je mériterai la camisole de l’aliéniste. Mon esprit rêveur fait tous les jours une nouvelle escapade, il ondule comme l’herbe autour la bergère dans son champs quand il pleut. Je flotte simplement dans un conte, bleu aujourd’hui, avec cette âme d’artiste que les envieux, parfois furieux, n’ont pas manqué de nommer psychose.

Plumes 36

Vous qui vous arrêtez sur ce blog, ne comprenez souvent rien à mon charabia. Maintenant vous saurez qu’il ne faut pas m’en vouloir.

Publicités