J’ai pas de nom et j’ai dix-sept ans

J’ai pas de nom et j’ai dix-sept ans, je vis ici et je suis content.
Pour moi la vie c’est les bistrots, les bons copains et les mégots.
Je suis un titi, j’ai dix-sept ans, j’aime mes amis et mes parents.
D’après certains, je suis un vaurien, mais finalement ça ne me fait rien.
Je fais que rêver, j’ai dix-sept ans, mais j’aimerais bien avoir cent ans.

J’m’appelle Thierry j’ai dix-sept ans

Je suis amoureux, j’ai dix-sept ans, elle est superbe, je suis un géant.
Elle est pour moi comme un sourire, elle restera un souvenir.
Je fais la fête, j’ai dix-sept ans, je fête tout, je suis conquérant.
Mes copains vont par cent, mes copines par deux cents.
Depuis toujours, j’ai dix-sept ans, mais j’aimerais bien avoir cent ans.

J’m’appelle Thierry j’ai dix-sept ans

Je pleure souvent, j’ai dix-sept ans, c’est moche la vie d’adolescent.
Et maintenant, je voudrais m’enfuir, j’ai des coups de tête, j’ai dix-sept ans.
Souvent je m’emballe, pas pour longtemps, de toute façon je resterai, je continuerai et je vivrai.
Faut que j’en profite, j’ai dix-sept ans, et je voudrais pas avoir cent ans.

J’m’appelle Thierry j’ai dix-sept ans

d’ après Cricri. Les vacances c’est une alternance entre broderie et poésie, entre déplacement et rangement. C’est le temps de déballer mille choses et de n’en regarder qu’une, et le temps de ne même pas faire un pas et d’écraser mille grains de sable. J’avais des croix plein les yeux ce jour-là, et je vous les montre pour que vous en ayez aussi. Il y avait des odeurs de tous les ans qui me caressaient le nez et des senteurs d’antan plein la maison. Il faisait bon.