Je rentre de vacances

Je rentre de vacances. Ce n’était pas une semaine de solitude, nous étions partis en famille pour sept jours d’amour et de tendresse.

Nous avions l’impression d’être à l’étranger et cet éloignement fut bénéfique pour chacun. Aucune dispute dans l’air, ni de regard noir quand fut émise l’idée d’une séparation totale, sauf urgence, d’avec nos téléphones portables. Ça semblait égal et ne dérangeait apparemment personne. Tant mieux ! Une tendre mosaïque d’avis et de pensées où l’incompréhension n’était pas à combattre.

La différence d’âge entre le plus jeune et le plus vieux fut assurément une richesse complémentaire plutôt qu’un handicap pour faire régner l’entente et la solidarité dans la maison.

Il y en a qu’un qui nous fit un peu souffrir, c’est le soleil qui mit notre peau à l’épreuve de tolérance à ses rayons.

Je rentre de vacances

 

C’est ma participation aux Plumes 30 chez Asphodèle   avec les mots imposés.