Les Plumes 28 chez Asphodèle

C’est mon texte pour Les plumes 28 chez Asphodèle, avec les mots imposés. Je l’avoue, avec du retard, mais j’aime trop ce défi et vos textes pour décrocher. Je rêve et je continue mon histoire inspirée de mes lectures passées.

… Il ne veut plus penser à ce qu’il s’est passé ce week-end, mais depuis deux jours l’intérieur de sa tête est aussi sombre que le ciel.

Hier lundi, il est parti comme un automate. Il a d’abord vu son patron, en début de matinée qui lui a donné son travail de la semaine, en présence de son fils comme toujours, et en compagnie de son épouse cette fois-ci. Elle lui a paru fière de son mari et pas trop souriante. Ils écoutaient les infos quand il est arrivé et échangeaient sur le meurtre d’un garçon retrouvé mort la veille au soir dans leur quartier. C’était ainsi depuis quelques semaines déjà. Il ne s’est pas attardé et a simplement dit qu’il repasserait le soir. Il a senti que son patron aurait voulu le retenir. Sa journée et soirée se sont déroulés sans que les démons se manifestent.

En ce mardi matin, il est sorti comme d’habitude pour prendre sa voiture et allé travailler d’après le planning établi, mais il appréhendait le rendez-vous du soir chez le psy. Il connaissait pourtant par cœur tout ce qu’il avait noté sur son papier, mais il l’a égaré. L’entrevue de la veille chez son patron ne s’est pas déroulée comme il l’avait pensé, et il avait su écourter…

Quand la fin de journée arrive, il se rend compte qu’il a énormément pensé à son psy très lent et qui note tout de son empyrée, en lui faisant souvent répéter ou formuler autrement ce qu’il vient de dire. Il monte les sept marches du perron et avant d’entrer, il jette un œil sur la plaque du praticien pour éviter le regard de celui qui sort. Il lit un prénom de sept lettres : Céleste, et tourne la tête par dessus son épaule pour apercevoir le ciel azur juste à l’horizon et le grand pardessus de l’homme qui s’en va.

L’atmosphère de la salle d’attente est calme, il est apparemment le dernier patient. Il réalise qu’il n’y a ni divan, ni lit chez son toubib, et les murs sont vides de décoration. Aujourd’hui, seul un bouquet de grandes fleurs exotiques trône dans un coin de la salle d’attente, embellie de ces oiseaux de paradis. Ses démons se sont éclipsés depuis quelques jours, et la tempête et le tonnerre ne cesse de gronder dans sa tête. Leur présence mystérieuse le rassure parfois, même s’ils sont toujours prêts à festoyer à l’intérieur de lui. Ils sont un peu sa bonne étoile et il en aurait bien besoin.

Il faut toujours patienter un peu avant chaque rencontre et, ce soir, il a farfouillé dans les livres posés sur la table. Il laisse un tas informe qui ressemble maintenant plus à une feuillée pour abriter des êtres invisibles. Il s’est assis sur la septième chaise en gardant les mains dans les poches. Il tient les dés dans la droite, et dans la gauche, il serre son tournevis aiguisé.

Les Plumes 28 chez Asphodèle

Il essaie de reprendre une attitude normale, quand le psy ouvre la porte et l’invite à entrer et s’asseoir. C’est à ce moment qu’il aperçoit sur les dossiers, ses notes du week-end sur le petit papier qu’il avait perdu. Il ne s’assied pas, car il est décidé à ne plus lui jouer sa fable. Le médecin a beau le toiser de son air arrogant, il va lui régler immédiatement son compte comme il a su le faire, la veille, avec son patron un peu trop inquisiteur qui avait osé vouloir examiner sa voiture et sa boite à outils…

Je vous laisse imaginer la suite et je vais me plonger dans la lecture de vos textes que j’ai délaissés depuis quelques semaines.

Publicités

11 réflexions sur “Les Plumes 28 chez Asphodèle

  1. Pingback: LES PLUMES 28, les textes tombés du CIEL ! | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s