Mémé Souris je continue mon histoire

Rat de Noël qu’elles ont dit, alors Mémé Souris je continue mon histoire pleine de lumière aujourd’hui.

Mémé Souris histoire

« … Et le jour d’après, chacune des trois grands-mères eut sur son buffet, un bouquet de violettes. Bizarre par ces temps frisquets. Ça n’empêchait pas la plus grande de faire une figure longue comme ça! Les deux autres se demandaient bien pourquoi. Alors, elle leur a dit:
– Vous ne pensez donc à rien ? ça vous paraît normal, tout ça? Et bien moi, je me pose des questions! Et si Mémé était sorcière?
C’était vrai, elles n’y avaient pas pensé! Quelle horreur si jamais c’était vrai! Comment faire pour le savoir? La petite s’est écriée:
– J’ai une idée! Nous allons lui acheter un éventail!
Les éventails protègent contre tout ce qui est mauvais, c’est bien connu, et les sorcières en ont une peur bleue. Dès qu’elles en aperçoivent un, elles se sauvent en poussant des cris d’orfraie. Alors quand Mémé verrait leur éventail, si elle était vraiment sorcière, elle s’enfuirait en criant et on ne la reverrait plus. Bon débarras!
C’est ainsi que les trois amies allèrent au bazar choisir un éventail. Elles firent faire un joli paquet et partirent en début d’après-midi chez Mémé. Il faisait froid, le sol était gelé, elles avaient le cœur qui battait fort. Ce n’était pas seulement parce que leurs pieds glissaient, elles se demandaient bien ce qui allait se passer.
Mémé les a trouvé bien trop gentilles de lui faire un cadeau avant Noël. Ses yeux brillaient de bonheur. Elle a défait soigneusement le nœud de la ficelle. Elle a enlevé le papier à fleurs qui enveloppait la boîte et  l’a plié pour qu’il puisse resservir. Elle a tenu la boîte dans sa main en se demandant ce que ça pouvait bien être. Elle a soulevé le couvercle…et elle a poussé des petits cris en riant avec plein d‘étoiles dans le regard. Ce n’était pas des cris d’orfraie, mais de joie:
– Oh! un éventail! Qu’il est joli! Que je suis contente! Que vous êtes gentilles! J’adore les éventails.
Elle s’éventait, elle éventait ses amies, elle était enchantée, Mémé. Et elle laissait les mamies pantoises de la voir ainsi, elle n’était pas sorcière.
Du coup, elles ont accepté de sauter par la fenêtre, et hop ! et hop! toutes les quatre, dans l’été! Mémé les a conduites au verger où poussaient les marguilisiers et elles se sont régalées de marguilis. Ça ressemblait à de grosses pommes, d’un magnifique jaune et bien meilleur que des pommes! Bien meilleur…que de la barbe à papa, ou…que des loukoums ou …que de la glace au chocolat. C’était meilleur que tout.
Et avec ça, épatant pour la santé. La mère qui avait un rhumatisme à l’épaule a été guérie aussitôt. Celle qui portait des lunettes les a enlevées, elle avait retrouvé une vue perçante et celle qui avait un dentier le a mis dans sa poche, ses vraies dents venaient de repousser! Elles se sont promenées tout l’après-midi en plein bonheur, et sont revenues bras dessus, bras dessous, toutes guillerettes.
A partir de ce jour, Mémé et ses amies se virent très souvent et dans la bonne humeur. Les gens disaient d’elles qu’elles avaient presque rajeuni. Tous les jours, elles se retrouvaient dans la petite maison et on les voyait sauter par une fenêtre, l’une après l’autre, lestes comme des cabris, puis pfft! plus personne. On se demandait bien où elles étaient passées. La grande amie avait recommandé aux autres de ne pas parler de leurs balades, parce que ça risquait de faire jaser. L’ennui, c’est que la moyenne amie ne savait pas tenir sa langue et qu’elle en avait trop dit au fil des jours. Tout le monde fut au courant et dans ce village le plus riche agriculteur était envieux et jaloux. Il se dit que Mémé n’avait pas besoin d’une maison comme celle-ci, au carrefour des quatre saisons du monde et il voulut l’acheter pour lui. Mémé n’était pas disposée à la vendre, mais il espérait fortement la faire céder. Il alla la trouver très vite un soir, tard pour que personne ne le voie, et il insista, et il insista. Il lui promettait beaucoup d’argent en échange, mais elle lui répondit qu’elle garderait sa maison et qu’il devait la laisser tranquille.
Il est reparti furieux et se demandait comment la faire changer d’avis. Il décida de lui faire peur pour la faire quitter sa maison. Il revint donc, le soir même, déguisé en fantôme avec un vieux drap sur la tête en traînant une grosse chaîne qu’il cognait le long des murs et il secouait les volets. S’il avait su. Mémé avait le sommeil profond. Elle dormait à poings fermés, son éventail ouvert sur sa table de nuit.
Par contre, quelqu’un d’autre avait entendu ce vacarme. C’était le facteur qui revenait de rendre visite à sa bien-aimée. Entré dans le jardin à pas de loup pour voir d’où venait ce tapage, il avait reconnu la voix de l’agriculteur. Arrivé derrière lui sans bruit, il lui envoya un grand coup de pied dans les fesses. L’autre surpris tomba en avant et se fendit la lèvre sur le seuil. Il ronchonnait, plus blessé dans son orgueil qu’au visage, et disait qu’il avait voulu simplement faire une blague à Mémé. Le facteur lui promit d’en parler aux gendarmes s’il recommençait.

Le lendemain, c’était un 8 décembre, comme aujourd’hui. Il neigeait très fort ce matin-là et le facteur apportait une lettre à Mémé. Les chemins étaient peu dégagés mais juste assez pour qu’il puisse passer à vélo. Elle l’a lue, puis elle a dit: « Je m’en vais. Je dois partir »… »

Mémé Souris je continuerai mon histoire demain, ce sera la fin aussi. C’est ma participation aujourd’hui au challenge « Il était une fois Noël » lancé par Chicky Poo, Samarian et petit-Speculoos . Je passerai la suite de décembre dans la douceur de mes coussins à continuer le RAT au fil de mes lectures pour faire pâlir ma PAL et surtout bien éclairée  par les explications d’une blogueuse sympathique.

Rat de Noël

Je ne l’avais pas vu se rapprocher de mes ouvrages. Rat de Noël. Il est sorti de mon livre et a, bien sûr, perdu la page. Il est sur mes tissus et je crois qu’il admire les couleurs.  Je vois bien ses oreilles se dresser vers ma bouche. Il s’installe en boule sous mon menton et se déplace au fur et à mesure que je tourne la tête, tantôt à droite, tantôt à gauche. Entendrait-il ce que je raconte?

Rat Noël

« Il y avait dans ce village, une petite maison avec une porte vitrée et quatre fenêtres, une sur chaque côté. Longtemps elle était restée inhabitée. Et puis un jour peu avant Noël, on a vu arriver un camion d’où deux déménageurs costauds sont descendus. Une petite dame les suivait, ils l’appelaient « Mémé ». Il faisait très froid et Mémé fut très vite installée dans sa nouvelle maison.
Quand elle est allée faire ses commissions au village, on lui a demandé:  » Alors, Mémé, vous plaisez-vous, dans votre maison? « Elle répondait à tous:  » Oui, je l’adore. Elle est tellement bien située ». Les gens ne voyaient pas en quoi cette maison était mieux placée que les autres, mais puisque Mémé était contente, c’était le principal.
Dans ce village, il y avait trois autres grands-mères: une grande, une moyenne et une petite quoique moins petite que Mémé. Un après-midi, elles vinrent l’inviter à faire une partie de cartes. Pas de chance. Mémé n’avait jamais appris a jouer, même pas à la bataille ni au menteur. Elle s’embrouillait et confondait les rois et les valets. Ce qu’elle aimait, c’était se promener. Alors malgré la neige, ces mamies lui ont proposé d’aller marcher ensemble dans la forêt, elles iraient par les chemins dégagés. Mais, à leur surprise, Mémé leur répondit:
– C’est moi qui vous montrerai de nouveaux chemins, si vous le voulez bien. Ma maison est si bien située que la fenêtre de la salle à manger donne sur le printemps, celle du salon sur l’été, celle de la chambre sur l’automne et celle de la cuisine sur l’hiver. La porte est pour la saison de tout le monde. Venez voir.
Les petites mères se sont approchées d’une fenêtre, d’une autre, d’une troisième et elles n’ont vu ni printemps, ni été, ni rien d’autre que le petit jardin gelé de tous les jours.
– Bien sûr, a expliqué Mémé, il faut d’abord passer par la fenêtre, il faut que vous sautiez.
Sauter par la fenêtre! Jamais elles n’oseront! Elles trouvaient que ça leur donnerait mauvais genre et surtout que ce n’était pas commode avec leurs jupes.
La plus grande qui était futée et un peu méfiante dit:
– Excusez-nous, aujourd’hui nous ne pouvons pas. Mais si vous allez dans l’été et que vous puissiez nous rapporter une poignée de cerises, ça nous ferait bien plaisir.
– Je sais où en trouver, dit Mémé. Mais si les oiseaux ont tout mangé, je vous cueillerai des marguilis, c’est délicieux.
En rentrant, elles jacassaient toutes les trois, comme des pies et se demandaient ce qu’il fallait en penser. D’après la grande, Mémé devait avoir la tête un peu dérangée. Ça ne tenait pas debout, ce qu’elle racontait! La moyenne disait qu’on ne sait jamais et qu’on verrait bien demain. Et la petite n’arrêtait pas de répéter qu’elle la trouvait très gentille, Mémé, très gentille, mais vraiment très gentille! Si bien que la grande un peu agacée lui a répliqué qu’elle donnait sa confiance bien vite et qu’à son avis, les cerises, elle n’était pas près d’en manger! Et les marguilis, qu’est-ce que c’était que ça, des marguilis? Est-ce que quelqu’un en avait jamais entendu parler?
Pourtant, le lendemain, dans son tablier, Mémé leur a apporté une poignée de cerises à chacune.
Elles l’ont bien remerciée et la grande a encore demandé:
-Quand vous irez dans le printemps, si ça ne vous dérange pas trop, un bouquet de violettes nous ferait bien plaisir! » …

 Il vous faudra attendre demain pour lire la suite. Ne sachant toujours pas ce qu’est un RAT et un PAL, j’ai pourtant posé la question, c’est ma participation au challenge « Il était une fois Noël » lancé par Chicky Poo, Samarian et petit-Speculoos pour que nous passions un mois de décembre dans la douceur par nos lectures et dans la préparation de nos cadeaux avec nos RATs.

Saint Nicolas nous ne l’avons pas vu

Saint Nicolas nous ne l’avons pas vu. C’est l’ancêtre du Père Noël. Il est apparu au moyen-âge. Dans plusieurs régions de France, dans la nuit du 5 au 6 Décembre, il venait sur son âne apporter des friandises et des cadeaux aux enfants sages.

Saint Nicolas

Dans mon enfance et dans ma région, on parlait de la tante Airie. Elle passait dans les rues, vêtue en paysanne, avec son âne Marion chargé de cadeaux. Elle était toujours accompagnée du Père Fouettard.

Il était là pour repérer les enfants pas sages. On racontait qu’il mettait dans les chaussures des enfants désobéissants une brassée de brindilles très dures (parfois trempées dans le vinaigre), un martinet ou parfois seulement des oignons. Ne me demandez pas comme il était, je ne l’ai jamais regardé. Je sais qu’il était très grand, portait des pantalons et des souliers sombres, et il faisait de très grands pas.

La tante Airie n’y prêtait aucune attention. Elle avait des bouchées de pain d’épice dans ses paniers et les donnait en échange d’un merci et d’un sourire. Ce soir là, avant de rentrer à la maison, mes parents nous offrait un verre de jus de pomme chaud à la cannelle, ils avaient acheté un pain d’épice en forme de bonhomme glacé sur le dessus.

Saint Nicolas

Je me souviens de cette chansonnette :
La Légende de Saint Nicolas
Ils étaient trois petits enfants
Qui s’en allaient glaner aux champs.
Tant sont allés, tant sont venus
Que sur le soir se sont perdus.
Ils ont frappé chez le boucher:
-Boucher, voudrais-tu nous loger?
-Entrez, entrez, petits enfants,
Il y a d’ la place, assurément.
Ils n’étaient pas sitôt entrés
Que le boucher les a tués.
Les a coupés en p’tits morceaux,
Mis au saloir comm’ des pourceaux.
Saint Nicolas, au bout d’ sept ans
Vint à passer dedans ce champ.
Il est allé chez le boucher:
– Boucher, voudrais-tu me loger?
– Entrez, entrez, saint Nicolas
Il y a d’ la place, il n’en manque pas.
Il n’était pas sitôt entré
Qu’il a demandé à souper.
– Voulez-vous une tranche de jambon?
– Je n’en veux pas, il n’est pas bon!
– Voulez-vous mieux une tranche de veau?
– Je n’en veux pas, il n’est pas beau!
Du p’tit salé, je veux avoir,
Qu’il y a sept ans qu’est au saloir!
Quand le boucher entendit ça,
Il eut si peur qu’il s’enfuya.
Saint Nicolas alla s’asseoir
Dessus le bord de ce saloir.
– Petits enfants qui dormez là,
Je suis le grand Saint Nicolas!

Juste changer

Juste changer. Ça n’a pas été une révolution, je ne l’ai même pas vu venir. Presque pas. Ça s’est passé tout en douceur.

Je vais moins vite aujourd’hui. J’ai hésité à m’assoir sur le lit. Je viens d’aérer la pièce et tirer impeccablement sur les draps. En toile métis. Coton et lin mélangés. Avec mes initiales brodées de points noués sur le retour. Et j’ai retapé les oreillers.

Je prends mon temps maintenant. En fermant la fenêtre, j’aperçois les ouvriers qui s’activent dans les vignes avant l’hiver. Depuis quelques années il y a un afflux de saisonniers qui migrent pour les travaux des champs. Il fait bon, un peu frais, mais beau.

J’irai peut-être à la cueillette de baies roses pour mes décorations cet après-midi. Je rapporterai quelques pommes de pin aussi.

Juste changer

Je n’ai rien senti. C’est comme une chute au ralenti, ça ne fait pas mal. C’est comme la phrase de politesse à la fin d’une lettre qu’on ne lit pas souvent « veuillez agréer l’expression de mes sentiments distingués ».

Juste changer. Sans réfléchir et avec respect…

Édit : Pure fiction, c’est ma participation à Des mots une histoire 120 chez Olivia. Les mots imposés y sont tous dans l’ordre d’arrivée ou à peu près.

Lettre au Père Noël

Qui, enfant, n’a pas écrit de Lettre au Père Noël ou laissé un mot au pied du sapin? On a tous essayé ou on y a pensé, tout de même.

Mais recevoir une lettre du Père Noël, quel bonheur ce doit être!

Je suis une éternelle enfant et ce qui me fait rêver ce sont « les lettres du Père Noël » que JRR Tolkien a écrites à ses enfants pendant plus de vingt ans.

La première date de 1920 alors que son fils aîné John n’avait que trois ans. Du 22 décembre exactement, elle était courte et venait de la maison de Noël au Pôle Nord accompagnée de deux dessins qui font la couverture de ce recueil.

« Cher John,
Je t’ai entendu demander à ton papa à quoi je ressemblais et où je vivais. J’ai fait pour toi un dessin me représentant, et un autre de ma maison. Je suis maintenant en route pour Oxford avec mon chargement de jouets – certains d’entre eux sont pour toi. J’espère arriver à temps: la neige est très épaisse au Pôle Nord ce soir.
Ton Père Noël qui t’aime. »

Lettre au Père Noël

Ces trente lettres et les dessins qui les accompagnent forment un récit très prenant des aventures de l’homme en rouge et à la barbe blanche, de son ours assistant et de leurs démêlés avec les gobelins. Un ouvrage qui plaira aux enfants à leurs parents et surprendra plus d’un amoureux de Tolkien.

C’est ma participation au challenge « Il était une fois Noël » lancé par Chicky Poo, Samarian et petit-Speculos pour que nous passions un mois de décembre dans la joie et la gaieté par nos lectures.

Il était une fois Noël

C’est une belle idée « Il était une fois Noël » pour se mettre dans l’ambiance et créer une atmosphère cosy dans le chalet.

C’est une coutume d’allumer une bûche dans la cheminée, la veille de Noël,  qui existe à travers toute l’Europe. Ce geste vient des diverses célébrations païennes associées au solstice d’hiver qui subsiste dans nos régions. Allumé dans la pièce à vivre, ce feu apporte chaleur et lumière à la veillée.

L’ambiance de Noël c’est la neige qui recouvre la campagne et les toits des maisons, des bonhommes de neige, des maisons décorées de sapins parés de boules et de guirlandes, de bougies scintillantes, des friandises sur la table, une volaille rôtie dans le four qui diffuse dans toute la maison un fumet parfumé d’épices. Et c’est un rêve aussi.

Il était une fois Noël

Ici, on n’est pas dans le grand Nord. Le soleil revient et le vent chasse les nuages, la neige a fondu et les feuilles tourbillonnent autour des arbres. On a cependant gardé derrière les yeux ces perles de rêves qui parent les sapins et les font scintiller pour les broder sur nos ouvrages et on a su capté les silhouettes de ceux qui nous regardaient le temps d’un instant.

Il était une fois Noël

C’est une idée commune de Chicky Poo, Samarian et petit-Speculoos qui veulent apporter de la gaieté et de la lumière sur les blogs en décembre avec le challenge « Il était une fois Noël« .

Voici la liste des 40 participantes inscrites au 3ème jour, allez regarder c’est varié et bien vivant

1. Samarian 21. Marie de JIBSVT
2. Chicky Poo 22. Soie
3. Petit_speculoos 23. TerhiSchram
4. Lou 24. Accro Livrement
5. Pailettes et tartelettes 25. Elisabeth
6. VO dans le texte 26. Marjorie
7. Les mots & co de So 27. melodiiee
8. Avalon 28. Jaynews
9. Stelphique 29. Sany
10. La ptite tortue 30. Tiphanya
11. Nunziblog 31. Cathy
12. Rose 32. Milo
13. Lune Turquoise 33. Zadig
14. Sharon 34. Les femmes qui lisent sont dangereuses
15. Froggy80 35. Natiora
16. Samsera15 36. Abo2008
17. Syl 37. Un chocolat dans mon roman
18. Hilde 38. Bercelune
19. Cazadora 39. Sandra
20. marie et anne 40. Patchcath

Les blogs se mettent aux couleurs de Noël

Les blogs se mettent aux couleurs de Noël ces temps-ci.

couleurs Noël

J’ai brodé une branche de houx avec le rouge pour la chaleur et l’amour, et le vert pour l’espoir de retrouver le réveil de la nature à la belle saison prochaine.

Le houx doit ses lettres de noblesse aux services rendus à la Sainte Famille. Afin d’échapper à la colère d’Hérode, prêt à faire massacrer tous les enfants mâles de moins de deux ans, pour être sûr d’en éliminer un seul, Jésus. Marie, Joseph et leur enfant furent contraints de fuir en Égypte. Des miracles ont jalonné leur chemin. Sous une escorte de lions, de loups et de léopards, la famille pu avancer sans danger. Pour les nourrir et les désaltérer le palmier se baissa leur offrant ses fruits, de ses racines jaillit une source. Lorsque les soldats d’Hérode s’approchèrent dangereusement, le houx, à son tour, a étendu ses branches pour cacher, mère, père et enfant. En reconnaissance Marie le bénit en disant que le houx resterait toujours vert, un symbole d’immortalité. Une légende raconte que la croix était en bois de houx, parce que parmi tous les arbres, seul le houx se laissa sacrifier. Les piquants le long des feuilles symbolisent la Passion. Pour que l’année à venir soit profitable, il faut faire rentrer du houx à la maison à Noël.

Un rêve ou une réalité? Une belle histoire en tout cas pleine de douceur et sérénité.

C’est parce que Chicky Poo, Samarian et petit-Speculoos veulent apporter de la joie sur les blogs en décembre qu’elles ont lancé le challenge « Il était une fois Noël« .

Tea time ou boisson préférée pour affronter le froid

Tea time ou boisson préférée pour affronter le froid

Tea time boisson

Décembre est là en apportant avec lui le froid, la neige et comme chaque année Noël. Alors pour patienter jusque là, Chicky Poo, Samarian et petit-Speculos ont lancé le challenge « Il était une fois Noël« . Pour l’occasion on passera ce mois-ci dans un ravissant chalet ou cabanon ou navire ou palais, perdu au milieu de magnifiques montagnes ou au bord de la mer ou au dessus d’une falaise ou à naviguer sur les flots…

Dans cet endroit il fait bon, un feu brûle dans la cheminée, et le soleil réchauffe de ses rayons brûlants par la fenêtre, la neige tombe ou pas, le sapin de Noël étincelle ou on n’a trouvé qu’une branche mais pas de pot assez grand pour le déposer, le chat ronronne de plaisir, le chien aboie et le poisson rouge tourne en rond depuis toujours et se saoule dans son aquarium, la théière est toujours pleine car je préfère ce qui est dans la bouteille, le chocolat chaud coule à flots pour les petits et des cupcakes et autres douceurs aux milles saveurs sont posés sur la table, des cacahuètes sont là aussi sur la table que l’on donnera aux enfants sages et jettera aux animaux sauvages quand ils passeront,  la bibliothèque va du sol au plafond assez difficile à épousseter, mon atelier regorge de tissus  pour ce qu’il me reste à faire et ce que je ne ferai jamais et une multitude de fauteuils douillets (là faut pas trop exagérer) et de plaids tout doux n’attendent plus que vous.

Aujourd’hui c’est Tea time ou boisson préférée pour affronter le froid,

Tea time boisson préférée

alors pour moi c’est vin chaud… Voici ici quelques recettes que j’ai testées et je n’ai pas su choisir. Je recommencerai demain.