Tricot Layette – Chaussons pour bébé

Dans la collection Tricot Layette – Chaussons pour bébé pour lesquels  j’ai préparé un tutoriel

Tricot Layette Chaussons bébé

les voici portés par Roméo, né cet été

Tricot Layette Chaussons bébé

Des mots, une histoire 116

Je suis là et ça continue pour … Des mots, une histoire 116 chez Olivia

… Je ne suis pas au siège du Capitole, ni à un congrès international, mais je fais un beau voyage.

mots histoire 116

Pour vous écrire ce billet, je suis assise confortablement dans un fauteuil sur la terrasse. J »ai calé un oreiller tout doux garni de duvet d’oie dans mon dos.

Je vais vous faire une confidence. Je suis partie quelques jours, J’ai traversé le pays du Sud au Nord, puis vers le Centre pour leur rendre une petite visite. Je suis ravie…

Édit : c’est ma participation à Des mots, une histoire 116. Les mots imposés y sont tous ou à peu près.

L’odeur de la pluie sur le bitume brûlant

L’odeur de la pluie sur le bitume brûlant… ça n’est pas pour aujourd’hui… chez nous en tout cas.
Le brouillard nous enveloppait ce matin, comme dans du coton. On n’y voyait pas à cent mètres.
Et le soleil s’est montré finalement, le temps est lumineux et l’air est frais…

odeur pluie bitume brûlant

L’odeur de la pluie sur le bitume brûlant… Si vous vous promenez par temps très chaud dans la garrigue, vous sentirez peut-être une forte odeur de bitume.
Vous l’avez certainement frôlée ou écrasée. C’est une sporalée.
Cette plante de la famille des trèfles et des luzernes pousse dans les lieux secs aux bords des chemins ou sur les terres abandonnées.
Elle est velue, ses feuilles sont trilobées, vert foncé, et il suffit de les froisser pour sentir cette odeur particulière.
L’inflorescence regroupe une quinzaine de petites fleurs bleu mauve et se balance sur de longues tiges dressées et fines mesurant jusqu’à un mètre.
Une fois cette fleur fanée, chaque petite va donner un fruit velu muni d’une petite crête et ne contenant qu’une graine.
On ne la trouve que dans la moitié sud de la France. et elle bénéficie d’une protection dans la région du Limousin.

odeur pluie bitume brûlant

L’odeur de la pluie sur le bitume brûlant… vous l’avez tous respirée en ville en fin d’après-midi après une journée bien chaude… et après un bel orage… en ouvrant votre parapluie

L’odeur de la pluie sur le bitume brûlant… vous le découvrirez autrement en lisant son livre.

odeur pluie bitume brûlant

Des mots, une histoire 115 – On s’est retrouvé à l’Atelier Patchwork

La collecte continue… et mon récit se poursuit… pour Des mots, une histoire 115 – On s’est retrouvé à l’Atelier Patchwork.

Personne n’avait vraiment noté ses 7 ou 8 mots, comme il en avait été décidé à notre dernière rencontre. Pas même moi, d’ailleurs. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être que marquer les choses, c’est s’engager.

Par contre quand  l’une après l’autre, on a parlé avec passion de ce que l’on voulait réaliser, on a su l’exprimer et ce n’était pas neutre. C’étaient une histoire racontée à ses petits, une BD préférée, des fables, des proverbes ou des citations qui collaient bien à notre actualité et notre identité.

On avait apporté des croquis et des supports d’idées. On les a tous déposés sur la table de façon anonyme. Il y en avait beaucoup et je comprends l’hésitation pour en choisir un seul.

On s’est décidé et on a tracé notre dessin, disposé chaque détail et équilibré l’ensemble dans les dimensions imposées.

Au fur et à mesure, on se posait mille questions. Sur la présentation, par exemple. Sera-t-elle plus haute que large ou le contraire ? Il faut reconnaitre que là encore le choix est difficile.

Et l’ouvrage se pliera, mais devra-t-il vraiment avoir un sens ? S’ouvrira-t-il comme un de nos livres ou de façon manga ? L’envers de l’assemblage peut se voir et aura alors son importance.

Enfin on a essayé de ne pas placer chaque élément de façon quelconque et qu’il n’empiète pas sur l’autre. On leur choisira un ordre chronologique ou simplement logique. Chaque unité aura sa particularité et la frontière entre elles devra être invisible.

Alors pour la suite, toujours pas de tissu, que des crayons et du papier, et peut-être des ciseaux pour un peu de découpage…

mots histoire 115 Atelier Patchwork

Édit : c’est ma participation à Des mots, une histoire 115. Les mots imposés y sont tous ou à peu près.

On s’est retrouvé, on a discuté et on a déjà bien travaillé à l’Atelier Patchwork

On s’est retrouvé, on a discuté et on a déjà bien travaillé à l’Atelier Patchwork

On décrit le format qu’auront nos réalisations et comment procéder avant d’attaquer les apprentissages textiles. On a recensé 7 ou 8 techniques différentes, on aura donc au moins 7 ou 8 blocs différents.

On montre plusieurs exemples de dessins, croquis et images. On évoque les différentes manières de sélectionner des modèles, et de ce qui pourrait faire votre affaire.

On parle vaguement de la façon d’assembler le tout. On verra au fur et à mesure de notre confection. Pas de tissu pour l’instant, on n’utilisera que du papier et crayons pour le moment.

On notera l’idée, le film ou l’histoire en 8 phrases.

Si c’est un proverbe, on imaginera 8 façons de le représenter, avec 8 mots ou 8 verbes,

Si on ne sait pas trop, on feuillette une dernière fois les magazines à notre portée et on trouve une image qui l’illustrera ce qu’on voudrait dire.

Et si on en trouve plusieurs qui ne conviennent, sera-t-on capable de confection plusieurs assemblages? Il faudra alors faire le choix.

Il y aura un projet commun à la maison de quartier sur le thème des fleurs qui aboutira à une fête au printemps, et ça peut être une idée à creuser et cogiter.

retrouvé discuté travaillé Atelier Patchwork

La phase de croquis est indispensable. Elle n’est pas toujours appréciée parce qu’elle parait inutile. On aime tellement se plonger dans les tissus…

Retrouvailles pour des mots, une histoire 114 chez Olivia

Le récit continue et ce sont les retrouvailles pour des mots, une histoire 114 chez Olivia

Retrouvailles mots histoire 114 Olivia

…Je marche vite, des larmes perlent au coin de mes yeux. J’ai froid, peut-être un peu sommeil aussi. Et j’ai bien compris qu’il ne sera pas question de faire la grasse matinée demain. On a tout laissé en plan dans le local, notre matériel et notre énergie. Je suis lasse.

Quand j’ouvre la porte, plusieurs feuilles me suivent dans la maison. Elles tourbillonnent dans l’entrée, comme sur un manège invisible. Quel méli-mélo! Dieu m’aidera plus tard, ou le ciel…

Et soudain, l’émotion me submerge. Ma gorge se noue et ma vue s’embue. Elle est là, je l’entends fredonner. Elle est enfin venue me rendre visite.

Je l’aperçois dans l’entrebâillement, elle est penchée au dessus de mes ouvrages étalés sur la table. Elle observe un de ses bricolages que j’ai posé près du bouquet. Elle sourit quand elle me voit. On se précipite l’une vers l’autre. On s’embrasse. Je l’étreins tendrement. Elle se blottit contre moi un instant. Sa joue est chaude et douce. Que c’est bon, ces retrouvailles.

Et puis, on s’installe. On se met à parler de tout, en même temps l’une et l’autre. On se regarde et on rit. Elle me raconte sa vie de là-bas et nos mains se caressent. Je suis dans un rêve. Je ne pense plus à dormir… C’est tellement agréable de la sentir à nouveau près de moi …

Édit : c’est ma participation à Retrouvailles pour des mots, une histoire 114 chez Olivia. Les mots imposés sont ceux mis en gras, ou  à peu près.

Atelier Patchwork… on se retrouve et on est bien…

C’était notre première séance de l’Atelier Patchwork… On se retrouve et on est bien…

On s’active et on raconte notre été. En trois mois il s’en passe des choses et il fait bon en parler ensemble.

Atelier Patchwork

Et petit à petit on revient à nos envies de partage et d’échange… On trouve sa place près d’une patcheuse et on voudrait être plus proche de l’autre.

On déballe les devoirs de l’été et des réalisations. On s’emballe sur les consignes qui étaient données et sur les réflexions qu’elles ont suscitées. Personne n’a compris la même chose, on rit parce qu’on a toutes son idée quand même.

L’intention de départ, c’est de suivre un fil conducteur inspiré par un film ou un livre que l’on a aimé et facile à résumer, ou une histoire que l’on connait par cœur et que l’on aime raconter à nos petits. Une comptine ou une simple expression qu’on récite parfois sans réfléchir parce qu’elle est simplement imprimée à jamais dans notre mémoire…

Il y aura un projet commun à la maison de quartier sur le thème des fleurs qui aboutira à une fête au printemps… c’est peut-être une pensée à suivre…

Pas besoin de tissus pour l’instant, on n’aura besoin que de papier et crayons pour le moment.