Les plumes 14 et le monde d’Asphodèle

Les mots arrivent et je pianote encore pour écrire et poursuivre l’histoire… pour Les plumes 14 et le monde d’Asphodèle

…Tout l’été, les envahisseurs prennent possession de nos routes et des itinéraires parallèles, comme des convois militaires en temps de guerre. Ces gens semblent partis pour faire le tour de la terre à la découverte de l’univers. Ils traversent nos cultures, tous filent dans une même direction, vers le sud, pour finalement séjourner au bord de la mer. Ils s’arrêtent souvent près de chez nous et s’installent pour une nuit au bout de nos champs.

Certains ont des chargements aux allures d’extraterrestres. Une fois leurs véhicules stoppés, on les repère par leur antenne (parfois au pluriel) de couleurs vives, qu’ ils déploient d’une grandeur phénoménale capable sans doute de capter tous les journaux diffusés de chaque point de la mappemonde.

Et quand la fin du jour s’est établie et que l’obscurité est arrivée, on les oublie. La beauté astrale et silencieuse de la nuit nous entoure et tous éprouvent le plaisir d’admirer les étoiles et partager ce bonheur ensemble. Seuls les animaux nocturnes négligent nos rêves et perturbent notre imagination de macrocéphalessurvit tout un monde de nymphes sorties du néant
plumes monde Asphodèle

Édit : c’est ma participation à Les plumes 14 et le monde d’Asphodèle . Les mots imposés sont ceux mis en gras, ou  à peu près.

Publicités

22 réflexions sur “Les plumes 14 et le monde d’Asphodèle

  1. Pingback: Des mots, une histoire 109 chez Olivia | patchcath

  2. Belle observation de la horde de vacanciers courant après la certitude du soleil… à moins que ce ne soit pour faire comme les autres. Heureusement, les pieds bien sur terre font lever le nez vers le ciel et les étoiles.

  3. Ha ces grandes transhumances estivales !!! Ca ne me ferait pas rêver d’être sur la route en même temps mais tu en parles brièvement et fort bien !!! J’adore la couleur de ton tricot !!! Je rêve d’une écharpe dans ce gris là !!! 🙂

    • merci Aspho,
      à vrai dire, les mots ne m’inspiraient pas cette semaine, je rentrais les soirs l’esprit vidé d’avoir trop suivi ces « trainards et admirateurs de nos paysages » lors de mes déplacements quotidiens
      et je me jetais sur mes ouvrages pour avancer et avoir des pensées positives
      Il est vert, ce gris!

  4. Tu tricotes ? mince alors 😆
    Patchcath, merci, grand merci pour ce billet court au point mousse 😆
    Bien observée cette folie vacancière ! Bon, enfin, ils sont rentrés, lundi ils reprennent le boulot 👿
    Bon we et bisous d’O.

  5. Pingback: Récits décousus d’un naufragé du temps – Chapitre VII | Thé, lectures et macarons

  6. Pingback: LES PLUMES 14 – Les textes autour du Monde ! | Les lectures d'Asphodèle, l'écriture et les humeurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s