Les plumes 14 et le monde d’Asphodèle

Les mots arrivent et je pianote encore pour écrire et poursuivre l’histoire… pour Les plumes 14 et le monde d’Asphodèle

…Tout l’été, les envahisseurs prennent possession de nos routes et des itinéraires parallèles, comme des convois militaires en temps de guerre. Ces gens semblent partis pour faire le tour de la terre à la découverte de l’univers. Ils traversent nos cultures, tous filent dans une même direction, vers le sud, pour finalement séjourner au bord de la mer. Ils s’arrêtent souvent près de chez nous et s’installent pour une nuit au bout de nos champs.

Certains ont des chargements aux allures d’extraterrestres. Une fois leurs véhicules stoppés, on les repère par leur antenne (parfois au pluriel) de couleurs vives, qu’ ils déploient d’une grandeur phénoménale capable sans doute de capter tous les journaux diffusés de chaque point de la mappemonde.

Et quand la fin du jour s’est établie et que l’obscurité est arrivée, on les oublie. La beauté astrale et silencieuse de la nuit nous entoure et tous éprouvent le plaisir d’admirer les étoiles et partager ce bonheur ensemble. Seuls les animaux nocturnes négligent nos rêves et perturbent notre imagination de macrocéphalessurvit tout un monde de nymphes sorties du néant
plumes monde Asphodèle

Édit : c’est ma participation à Les plumes 14 et le monde d’Asphodèle . Les mots imposés sont ceux mis en gras, ou  à peu près.

Céramique – Le potier peut être fier de sa cuisson

C’est toujours un peu la surprise en ouvrant le four après une fournée de Céramique – Le potier peut être fier de sa cuisson, aujourd’hui.

céramique potier cuisson

Après 8heures de cuisson pour arriver progressivement à 1300°C et toute une nuit pour que le four refroidisse, tout fut étalé au soleil ce matin.

céramique potier cuisson

Il faisait encore 75°C quand il a pris les premières pièces, on entend encore l’émail craquer et j’aperçois un bien joli bol vert assorti à ces gants que je suis en train de tricoter pour vous préparer les explications pas à pas.

céramique potier cuisson

Il a préparé des petits carrés de mosaïque, de beaux boutons, et je vois qu’il s’est laissé aller à quelques fantaisies d’écrasement de de sculptures.

céramique potier cuisson

Tricot – Mon gilet kimono est bientôt fini

Finalement j’ai tout détricoté, je voyais que je n’allais pas le porter. Aujourd’hui, il avance bien. Il est en bonne voie, ce tricot – Mon gilet kimono est bientôt fini.

Voici ce qui arrive quand je mets trop longtemps à confectionner un ouvrage, l’envie change et une autre idée germe.

Je l’ai tricoté d’une seule pièce en commençant par le poignet droit jusqu’au poignet gauche en alternant les rayures grises et multicolores.

tricot gilet kimono

Scarabée de Jaspée chez Bergère de France pour le fil à tricoter anthracite

Fantasia de Tecktonik chez Phildar

tricot gilet kimono

Point de croix et 13 plumes pour la dérive d’Asphodèle

La soirée s’éternise

Ils ont sorti le plateau de jeu. Les pions en formes de petits bateaux déambulent sur les cases entre les continents. Certains ont déjà accosté et sont prêts à débarquer. Pour eux, l’argent coule à flot et ils pourront bientôt construire des murailles pour défendre et garder leurs territoires. Pour d’autres, un peu malhabiles, le vent a tourné. Ils ont failli et n’ayant pu se placer dans le sillage des uns, ils vont maintenant s’égarer dans les icebergs.

Oh, mais j’ai le sentiment que notre capitaine au bout de la table est en complète perdition. Il n’a pas su maintenir le cap ce soir. Et pour cause, il a mis la main sur ma bouteille de liqueur de myrte. Son regard flotte entre son verre presque vide, ses pions et les dés. Il espère un double six pour se refaire, mais le jeu est contre lui. L’ami râle bien sûr, en pleine dérive alcoolique (non, pas génétique tout de même). Il serait temps pour lui d’aller se coucher

point de croix 13 plumes dérive Asphodèle

Point de croix et 13 plumes pour la dérive d’Asphodèle

Édit : c’est ma participation à « Des plumes13 d’Asphodèle ». Les mots imposés sont ceux mis en gras, ou  à peu près.

Challenge Animaux – Au pays des kangourous de Gilles Paris

J’avais lu un précédent livre de cet auteur et aujourd’hui, je vous propose dans le thème du Challenge Animaux – Au pays des kangourous de Gilles Paris, un joli ouvrage tendre raconté par un petit garçon attachant.

J’aurais voulu faire un joli kangourou, en patchwork ou brodé, pour présenter ce livre, mais dans ce livre on évoque leur pays, mais on ne les voit pas. Alors je vous montre mes ouvrages en cours.

challenge animaux pays kangourous Gilles Paris

Quatrième de couverture:
Ce matin, Simon, neuf ans, a trouvé son papa dans le lave-vaisselle. Tout coincé. Comme sa maman passe son temps au pays des kangourous, le petit garçon est recueilli par Lola, sa grand-mère fantasque, adepte des séances de spiritisme avec ses amies « les sorcières ». Mais Simon va souvent rendre visite à son père à l’hôpital; c’est là qu’il fait la connaissance de Lily, évanescente enfant aux yeux violets…

A propos de l’auteur:
Gilles Paris est auteur de deux romans, Papa et Maman sont morts (1991) et Autobiographie d’une courgette (2002). Il travaille dans le monde de l’édition.

Mon avis:
Une écriture expressive, efficace et quelque peu déjantée pour parler des choses sérieuses …vécues par cet enfant qui nous raconte son histoire, ses rencontres et son monde à lui à sa façon, simple et tendre…

J’ai lu un peu chaque jour dans le bus qui m’emporte au travail, je souriais tant la situation est comique parfois. La fin est un peu prévisible, mais je n’osais y croire, et à la dernière page, je vous l’avoue, j’ai écrasé une larme au coin de mes yeux.

Quelques extraits:

« Papa voulait un deuxième enfant. Il l’a même crié quand ils se disputaient. Maman a ricané. Et le poison a stoppé les cris de papa. Il est resté droit comme un poteau électrique. Rien n’aurait pu le faire pencher. Alors maman lui a pris la main, comme avec moi dans la rue, et lui a dit qu’elle ne pouvait pas être enceinte avec tout le mal qu’elle s’était donné chez Danone pour réussir sa carrière. Ma petite sœur a disparu aussitôt au fond du yaourt à la pêche et elle n’est plus jamais remontée à la surface. Je lui avais trouvé un prénom au cas où, bien avant que papa et maman ne se disputent. Lily.

Dans la Mercedes noire de Raoul, le chauffeur, Jérémy est intenable. En trois gorgées, il a bu la petite bouteille d’Evian que lui a donné Raoul, la bouche vissée au goulot sans respirer. Il a avalé le sachet de Car en sac et la barre de chocolat aux noisettes et au lait comme si c’était la dernière fois qu’il en mangeait et, maintenant, il appuie sur le bouton qui fait descendre et remonter la vitre pour la cinquième fois.

A la gare de Montpellier, Fortuné a loué une Fiat 500 grise avec un toit ouvrant. C’est comme une décapotable, en plus petit, et les cheveux se tiennent tranquilles. Surtout ceux de Fortuné qui n’en a pas. »

challenge animaux pays kangourous Gilles Paris

J’ai d’ailleurs envoyé ce livre à une de mes filles en guise de carte postale avec toute ma tendresse.

C’est Sharon qui le propose jusqu’au 31 décembre 2014 !!
L’objectif  : lire des livres dont le titre comporte un nom d’animal ou dans lequel l’animal tient une place importante. Les animaux imaginaires sont acceptés.
Tous les livres sont acceptés, du roman aux albums en passant par la BD et le théâtre.
Voici les catégories : Garfied : 2 livres à lire  Chat du Cheshire : 4 livres à lire  Bagheera : 8 livres à lire  Roi Lion : 12 livres à lire  Saphira : 20 livres ou plus

Tricot Layette – Brassière et chaussons dans leur trousse assortie sont pour Céleste

Je l’ai fini depuis quelques jours déjà et envoyé en début de semaine,
cet ensemble Tricot Layette – Brassière et chaussons dans leur trousse assortie sont pour Céleste.

tricot layette brassière chaussons trousse Céleste

Elle et sa maman vont bien et viennent de rentrer à la maison, la grande sœur et le papa sont ravis. Que du bonheur!

J’ai pensé vous faire plaisir aussi: Vous trouverez les explications des chaussons hollandais et de la brassière dans mes nouvelles pages de tutoriels que j’ai écrites à votre demande.

Challenge Animaux – La chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams

Pour mon nème livre du Challenge Animaux, je vous parlerai à nouveau de chat. Aujourd’hui j’ai choisi pour ce Challenge Animaux – La chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams parce qu’en plus mis en théâtre à Grignan, dans le cadre des fêtes nocturnes de l’été

Cette pièce courte est plus connue au cinéma, interprétée par Paul Newman et Elisabeth Taylor.

On y voit un couple et sa famille… Leur ami est mort, lui boit, son père est malade, sa mère ne veut pas y croire et il sera question d’héritage… Une ambiance familiale difficile à vivre avec des non-dits, des pas assez et des trop (dits).

J’ai relu ces 150 pages avant d’y aller avec beaucoup de plaisir. J’ai encore plus apprécié cette mise en scène moderne qui ne collait pas exactement au texte, mais quel coup de jeune dans ce cadre féérique. C’est vrai, il fallait l’accepter et je me suis laissée emportée.

challenge animaux chatte toit Tennessee Williams

C’est Sharon qui le propose jusqu’au 31 décembre 2014 !!
L’objectif  : lire des livres dont le titre comporte un nom d’animal ou dans lequel l’animal tient une place importante. Les animaux imaginaires sont acceptés.
Tous les livres sont acceptés, du roman aux albums en passant par la BD et le théâtre.
Voici les catégories : Garfied : 2 livres à lire  Chat du Cheshire : 4 livres à lire  Bagheera : 8 livres à lire  Roi Lion : 12 livres à lire  Saphira : 20 livres ou plus

Tricot Layette – Brassière et chaussons assortis

tricot layette chaussons brassière

Un nouveau petit ensemble tricoté en gris et blanc

avec tendresse et pour le plaisir,

tricot layette chaussons brassière

Et cet ensemble Tricot Layette – Brassière grise et blanche et chaussons assortis, c’est aussi juste pour répondre à plusieurs lectrices qui m’en font la demande.

Vous trouverez les explications de la brassière et des chaussons dans mes tutoriels.

Patchwork – Des plumes 12 pour le mystère d’Asphodèle

Le repas du soir s’est terminé sur deux notes sucrées, un dessert glacé et un flan aux œufs.

Puis, je suis allée mettre à jour mes registres d’après quelques notes. Certains relevés m’étonnent… Une intrigue qu’il me faudra résoudre…

Mais la chaleur à l’intérieur est oppressante, alors je passe aérer les chambres et reviens vers les autres avec un paquet de bonbons.

Les joueurs de cartes se sont tus et ont allumé la lanterne sur la terrasse.

Une langueur les envahit. Chacun accepte mon offre et plonge machinalement la main dans le sachet de cuberdons.

La lune luit haut dans le ciel, entourée de son halo de brume. Seul le hibou qui hulule, caché dans son arbre, rompt le silence de la nuit.

Comme par magie, les visages s’éclairent et sourient. Quelque chose d’ésotérique illumine leurs regards, baignés de fatigue il y a une minute à peine.

Ce petit cône de gomme arabique, un peu dur sur le dessus, éclate en bouche sur un goût divin de framboise. Mais son secret de fabrication et ses origines resteront toujours un mystère.

Qu’importe, c’est si bon !…

patchwork plumes mystère

Édit : c’est ma participation à « Des plumes 12 pour le mystère d’Asphodèle ». Les mots imposés sont ceux mis en gras, ou  à peu près.

Patchwork – Cravates en soie sur crêpe de laine noir

Parce qu’il faisait beau ce  week-end et un peu moins chaud que ces dernières semaines, j’ai eu l’idée de vider mon compost. C’est simplement un grand grillage en roulé autour de trois piquets, où je vide régulièrement mes déchets verts. J’ai déroulé le grillage, fait tomber le tour composé d’herbes et de feuilles sèches dans des grands sacs. C’est seulement au centre et au fond que la belle terre noire est accessible. Avant d’y arriver , j’ai vu toute une population de vers, fourmis et cloportes de toutes sortes. Le fond est envahi de racines qu’il faut couper et éliminer. J’ai récupéré à peu près une vingtaine de brouettes de terre que j’ai répandu sur les jardinets, après l’avoir « tamisée » et débarrassée de ses grosses larves hannetons. Puis j’ai refermé le grillage et remis les déchets non-composté pour une prochaine fois.

patchwork cravates soie crêpe laine

C’était le temps idéal, il m’a fallu deux grandes matinées, je suis fourbue, j’ai des hématomes sur les bras et des griffures sur les jambes, mais je suis satisfaite. J’avais plutôt envie de faire la sieste, mais je n’aurais pas profité du soleil. Pour reposer ma carcasse et mon dos surtout, j’ai appliqué les pièces une à une sur ce crêpe de laine noir.

patchwork cravates soie crêpe laine

Quelle douceur sous mes doigts, et quelle brillance dans la lumière.

Patchwork – une trousse rose et verte

Pour compléter mon cadeau et empaqueter mon ensemble layette,
je viens de confectionner – façon Patchwork – une trousse rose et verte.

patchwork trousse rose vert

Un tissu à carreaux dans les tons roses et un tissu vert anis uni.
J’ai choisi un modèle de trousse que j’aime réaliser. La méthode bien décrite facilite l’assemblage.

patchwork trousse vert rose

Trop uni, ce vert, et plutôt fluo! Alors, j’ai découpé quelques ronds dans les grands carrés roses et dans les rayures.
Je les ai appliqués au point de feston sur la moitié verte
et, avant de passer à l’étape de montage, j’ai matelassé le dessus de la trousse.

trousse vert rose patchwork

J’ai suivi les rayures sur la partie quadrillée et quilté des ondulations autour des ronds.
Mon aiguille trottait sur le tissu et au gré de mon humeur, j’y voyais des feuilles ou des vagues.

trousse rose vert patchwork feuille

Une petite feuille tricotée, assortie à la décoration de la brassière, garnit le fermoir
et un tissu clair à pois, très tendre habille l’intérieur.

Des plumes 11 pour les racines d’Asphodèle

Je rêvais... et je suis restée plantée là, ancrée au sol à regarder les autres travailler comme des esclaves sous cette chaleur de l’été. J’ai l’impression que mes pieds ont pris racines, j’ai l’esprit engourdi et mes yeux restent éblouis par cette forte clarté de la journée...

Je me retourne pour reprendre le chemin de la maison. Je baisse la tête pour éviter une branche. Le feuillage des arbres est dense et aussi sombre qu’un souterrain.

Mon observation et mes rêveries m’ont donné des idées. Je vais trier les dernières informations récoltées concernant nos ancêtres et mettre à jour la généalogie de la famille.

Mais avant, je dois ramasser des carottes pour le diner que je cuisinerai au cumin et gingembre. Avec de l »ail aussi. Je vais les arroser un peu, l’arrachement en sera plus facile. Je prends l’arrosoir, le plonge dans la fontaine et l’eau de la source jaillissant très fort de la roche m’éclabousse et me rafraichit. Arrivée sur mon île de culture, je prends les fanes à pleine poignée et tire les légumes par les cheveux pour les extraire de la terre.

Aujourd’hui encore, je voudrais bien faire plaisir à ma tablée juvénile, comme hier avec le cake aux courgettes. Il fut très apprécié. « Un vrai joyau« , m’ont-ils dit…

plumes racines Asphodèle carottes

Édit : c’est ma participation à « Des plumes 11 pour les racines d’Asphodèle ». Les mots imposés sont ceux mis en gras, ou  à peu près.