Patchwork en cours – Les plumes 9 … et l’interdit d’Asphodèle

Des mots, des plumes… et l’ histoire … continue

…Mes pensées s’évadent dans cette odeur des blés coupés et devant cette campagne.

Je me revois enfant, dans cette effervescence des moissons, pendant mes vacances d’été chez ma grand-mère.

La découverte des activités dans les champs autour de la ferme me laissaient pantoise.  Déjà curieuse, mais trop jeune, je demeurais là, appuyée à la barrière. Je les regardais aller dans tous les sens et détaillais chacun de leurs mouvements.

Rien n’était hasardeux, en fin de compte. Chaque geste de l’un s’enchaînait avec celui de l’autre. Ce spectacle était hallucinant.  Jamais lasse de les admirer, je me souviens les avoir enviés, avec déraison sans doute .  J’étais émerveillée, envahie d’un immense sentiment de liberté.

J’imaginais pour plus tard, les parties de cache-cache et les jeux d’aventure qu’on s’inventerait autour des bottes de paille.

Après une rude journée à ce dur régime, le repas préparé avec beaucoup d’amour par nos mères était bien apprécié de tous. Il était partagé sur de grandes tables sous le hangar.

Ça commençait par un grand verre d’eau fraîche pour tout le monde avec un zeste de citron. C’était presque une obligation, le temps que chacun prenne sa place.

On discutait et riait fort sans se priver. Pas de sujets tabous, pas de honte, chacun osait sa chanson ou son histoire. Et si les visages étaient rouges, c’était sûrement de trop de soleil et de joie….

les plumes d'Asphodèle interdit

Edit : c’est ma participation à « Des plumes 9 … et l’interdit d’Asphodèle ».     Les mots imposés sont ceux mis en gras, ou  à peu près.

Publicités

19 réflexions sur “Patchwork en cours – Les plumes 9 … et l’interdit d’Asphodèle

  1. Pingback: Les plumes 10… et le départ d’Asphodèle | patchcath

  2. Ça me donne envie de me balader dans les champs de ma Normandie sous ce soleil… et de grimper tout en haut de ces bottes de foin, tu sais celles qui font presque trois mètres de haut et qui donnent le rêve de rouler telle la grande roue déchainée ! …

  3. J’aime beaucoup ton texte et la dernière phrase est pleine d’émotion !!! Moi aussi j’ai des souvenirs de ferme et d’étés dans le foin…jusqu’à l’âge de 6 ans ! Mais ils sont inoubliables ! 😉

  4. Les moissons vont bientôt commencer dans mon village… Ce sera à nouveau la grande machine bleue qui parcourra les rues jusqu’à une heure du matin.
    Merci pour ce joli texte.

  5. Ce souvenir d’enfance est agréable à lire, il laisse vagabonder les miens au gré de tes lignes……..Merci c’est touchant………

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s