Patchwork – Des plumes … pour la liberté d’Asphodèle

Des mots, une histoire … me trottent dans la tête…

……….. J’aime cet endroit. J’entends le chuchotement de l’eau qui s’écoule dans les rigoles,  elle ruisselle en petites cascades au bord du chemin. Plus que quelques mètres et j’arriverai dans  les rues passantes. J’entends déjà la clameur de la ville. Les gens se pressent sur les trottoirs, traversent la route, serrés les uns contre les autres comme une confrérie de pingouins sur la banquise. Ils se déplacent rapidement, sans jamais se battre, et semblent vivre en douce fraternité.

Je suis des yeux les feuilles qui s’envolent plus haut que les remparts de la cité. Poussés par le vent, de gros nuages avancent  dans le ciel. Ils se déforment et semblent flotter comme de vieux étendards. Mes pensées s’évadent…J‘aspire depuis longtemps à écrire tout ce que je vis… ce n’est tout de même pas un crime! Mais faudra-t-il que je largue les amarres et que je divorce de ma vie actuelle? Je ne pense pas, ce sera un nouveau choix et j’en ferai un simple devoir pour retrouver une certaine liberté

Edit : c’est ma participation à « Des plumes … pour la liberté d’Asphodèle » . Les mots imposés sont ceux mis en gras.

Publicités

17 réflexions sur “Patchwork – Des plumes … pour la liberté d’Asphodèle

  1. A la lecture des premières lignes je me retrouve à l’entrée du marché de Saint-Cyprien en Dordogne, tel que je l’ai connu pour la première fois il y a plus de 20 ans, joyeux, festif, bruyant, bondé de monde, les clameurs , les chuchotements , tout y est, et lorsque je m’y promène encore le dimanche matin, cela n’a pas changé, toujours la même vivacité.

    • Merci à toi et à vous tous, de ces compliments et de vos textes.
      Je suis flattée de vos encouragements.
      J’ai lu vos textes ce matin: une vraie détente. Certains me berçaient, d’autres me réveillaient un peu plus, toujours très bien écrits.
      Oui, Modrone, l’essentiel! et plus les années passent, plus le choix se fait rapidement, c’est presque un devoir de ne plus hésiter. Pour garder notre liberté et pour laisser aussi, une certaine liberté aux autres. Quand je disais avant « je souhaiterais », je m’aperçois que je dis de plus en plus « je voudrais ».

  2. Pingback: Les plumes à thème 3 – Les textes avec Liberté ! | Les lectures d'Asphodèle

  3. Très poétique et joli, bravo 🙂 j’aime beaucoup !
    Il faut toujours suivre sa petite voix et ses envies, pour s’épanouir 😉
    bonne soirée bises 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s