Tricot – Des mots, une histoire 83

Les aiguilles me démangent les doigts… mais c’est le jour pour Olivia et mes amis, alors …

Des mots et une histoire … me trottent à nouveau dans la tête…

patchcath

…Réveillée, mais encore sous l’emprise du sommeil, je perçois les premiers bruits du dehors composés de voix et de cliquetis métalliques. Sans les surveiller vraiment, je comprends que les éboueurs sont au coin de la rue. Je sors mes bras l’un après l’autre de dessous les draps en  somnolant encore… J’ose ouvrir un œil, puis deux. Malheur ! Il fait jour maintenant. Mes yeux ont un peu de mal à soutenir la lumière qui rentre dans la chambre. Je pose vite les deux pieds par terre. Dans la cuisine, j’avale un verre de jus de fruit en faisant infuser mon thé au goût épicé. Mon ami de Paris me l’a offert « Pour toi, la Provinciale », avait-il ajouté avec un baiser sur ma joue… Une belle couleur corail envahit mon bol et l’odeur se répand déjà partout dans la pièce…

Edit : c’est ma participation à « Des mots, une histoire » 83ème édition sur le blog d’Olivia Billington. Les mots imposés sont ceux mis en gras.

patchcath

Damier de Point de croix et Patchwork

Damier de Point de croix et Patchwork pour ce dessus de chaise.

patchcath

Quelques points imitant la tapisserie dans un camaïeu de bleus ….

patchcath

et des restes de tissus d’ameublement… déposé sur un tissu de lit de patchwork au tricot.

patchcath

Dessus de chaise brodé ou assemblé  par ma sœur Véro qui n’a pas de blog et dessus de lit tricoté en fils de coton teints par ma Grand-mère Jeannette.

Couture – Pantalon DIY

Ça y est, je l’ai terminé ! Je n’étais pas très sûre d’y arriver aussi bien, mais sans trop me flatter, je suis contente du résultat.

patchcath

Je n’arrive plus à trouver des pantalons, style jean, sans que le tissu ne soit pas extensible, ou que la coupe ne soit pas taille basse. Je suis peut-être exigeante, mais je n’aime pas cette sensation d’être « compressée » dans mes vêtements, ou avoir le nombril à l’air.

patchcath

Ce samedi, j’ai donc acheté un tissu sec. J’ai déposé mon pantalon préféré, plié en deux sur un grand papier de pub et tracé le patron du devant sur une double page et le dos sur une autre. J’ai découpé dans les chutes de papier les gabarits des poches du devant et du dos.

patchcath

Et voilà ce que ça donne. J’ai déjà monté la fermeture éclair, les poches sur les devants et les dos puis cousu l’entrejambe. Après un premier essayage, j’ai ajusté le fond, relevé le dos par une fausse basque, et préparé la couture de coté. J’ai terminé par la couture de la bande de ceinture et brodé la boutonnière.

patchcath

Je n’ai pas mis de passants de ceinture. Je m’en ferai d’autres ; il me va bien, je suis à l’aise et il y avait plein d’autres tissus de couleurs plus gaies !

Des mots, une histoire 82

Des mots et une histoire … me trottent encore dans la tête … qu’il fait bon allongée dans son lit après une journée bien remplie. Le sommeil m’emporte…Je glisse dans les rêves…

patchcath

Nous avons bien progressé, notre pièce est au point. Auparavant les spectateurs auraient ricané et hoqueté tant on passait pour des chercheurs de talent. Ils nous auraient jeté des projectiles en nous voyant tous dépenaillés sur scène. Mais leurs affaires étaient fouillées à l’entrée. Aujourd’hui, nous sommes fins prêts pour aller en tournée. Nous aurons de vrais supporter, mes frères! Il faut le faire en si peu de temps! Presque aussi doués que le cygne qui évolue avec grâce à la surface de l’eau…

Edit : c’est ma participation à « Des mots, une histoire » 82ème édition sur le blog d’Olivia Billington. Les mots imposés sont ceux mis en gras.

patchcath

Patchwork – Tablier de Grand-Mère

Te souviens-tu du tablier de ta grand-mère ? Après qu’elle nous ait quittés, j’en ai récupéré quelques uns et j’ai fait ces étoiles…. ils nous laissent de doux souvenirs.

patchcath
« Le principal usage du tablier de Grand-Mère était de protéger la robe en dessous, mais en plus de cela il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau. Il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants, et à certaines occasions, pour nettoyer les frimousses salies. Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les oeufs,  les poussins à réanimer, et parfois les oeufs fêlés qui finissaient dans le fourneau. Quand des visiteurs arrivaient, le tablier servait d’abri à des enfants timides. Et quand le temps était frais, Grand-Mère s’en emmitouflait les bras. Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au dessus du feu de bois. C’est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine. Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes, après que les petits pois aient été récoltés, venait le tour des choux. En fin de saison, il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l’arbre. Quand des visiteurs arrivaient de façon impromptue, c’était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire la poussière. A l’heure de servir le repas, Grand-Mère allait sur le perron agiter son tablier, et les hommes aux champs savaient aussitôt qu’ils devaient  passer à table. Grand-Mère l’utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes à peine sortie du four sur le rebord de la fenêtre pour qu’elle refroidisse… « 

Tricot facile – Grand Thé pour Chaussons Kimono

J’ai juste tricoté un grand T pour ces chaussons. J’ai monté 13m avec des aiguilles n°5, tricoté au point mousse sur 30 côtes (60rgs), puis augmenté 30m de chaque coté et continué sur les 73m pendant 13côtes (26rgs) pour les arrêter en 1 seule fois au 26ème rg.

patchcath

J’ai rabattu les « branches » sur le pied du T, cousu les côtés de chacun des chaussons sur la semelle, et cousu ensemble les 2 cotés et base du T au bout de pied,

ce qui leur donne une allure de kimono,

et j’ai fixé les glands en guise de fermoirs.

patchcath

Quand ils furent terminés, je les ai chaussés…

patchcath

… et j’ai dégusté un bon thé.

Patchwork – des mots, une histoire 81

Des mots et une histoire … trottent encore dans ma tête

patchcath

… Les gouttes cognent sur les vitres et l’eau ruisselle dans la cour. Je me rends compte que j’ai la gorge irritée. Est-ce l’humidité ou d’avoir trop chanté ? Je tousse un peu. Il me semble entendre ma grand-mère dire « crache tes miasmes ». Elle a un langage franc. Il faut la connaitre. Ma pensée s’évade… je la revois debout près de sa cuisinière… une vieille dame toute simple, peu exigeante, mais curieuse des nouveautés. Lors de ma visite l’été dernier, j’étais contente d’être toute désignée pour l’emmener découvrir la base de loisirs récemment aménagée dans sa région à trois ou quatre kilomètres en direction de la prison. Pas de grandes effusions chez elle,et pas actrice non plus, le plaisir qu’elle avait à ce moment se lisait juste dans ses yeux et sur son beau sourire….

Edit : c’est ma participation à « Des mots, une histoire » 81ème édition sur le blog d’Olivia Billington. Les mots imposés sont ceux mis en gras.

patchcath

Tricot – En cours toujours

Il faut que je m’y remette… je l’ai laissé tomber depuis quelques mois déjà… elle en aura besoin pourtant… et très bientôt, il me semble…

en cours, toujours… mais pourquoi?

patchcath

pourtant la laine est douce à tricoter… le tricot est souple…

Elle est venue me voir cette fin de semaine, il me reste les manches à faire et le col

Tricot – Gland et cupule

Juste quelques restes de laine pour tricoter ces glands et leur cupule, et un peu de ouatine pour leur donner du volume.

patchcath

J’ai monté 12m avec mes aiguilles n°3, continué en jersey sur 10rgs, ai tricoté ensemble les mailles 2 à 2 au 11ème rg , et même chose au 12ème rg, il ne reste plus que 3m que l’on arrête en 1 seule fois. J’ai obtenu le gland en cousant les côtés l’un sur l’autre pour former un petit dé. Je l’ai bourré de ouatine.

Dans une autre couleur de laine, j’ai monté une quinzaine de mailles, continué en jersey pendant 8rgs et tricoté ensemble 2 à 2 les mailles au neuvième rang, ai coupé le fil à 20cm et passé ce fil dans toutes les mailles de ce dernier rang en serrant et fronçant pour fermer le haut de la cupule, puis ai cousu les 2 cotés de ce morceau pour obtenir vraiment cette petite coupe.

Ils pourront décorer une broche, ou être attachés au fermoir d’un sac, à l’attache de la fermeture éclair pour personnaliser une trousse.

patchcath

Jersey endroit pour le gland, et la cupule en jersey envers.

Tricot – Gilet en cours

J’ai commencé ce gilet il y a un peu plus de 2 ans, il est en cours et je n’arrive pas à le finir. Je l’ai commencé en septembre 2010. J’avais choisi une couleur de fil à tricoter qui me plaisait beaucoup. J’hésitais pour le point, je voulais une impression de côtes, alors j’ai feuilleté son livre de modèles de points de tricot.  Elle ne pouvait plus me donner son avis, alors j’ai choisi seule…

patchcath

J’ai commencé et tricoté ce gilet à son chevet, dans l’unité de fin de vie… J’arrivais en fin de matinée et repartais chez elle, le soir…. Avec mes soeurs, on avait décidé de venir, l’une après l’autre, passer chacune une semaine auprès d’Elle… Je lisais ou tricotais, en surveillant le moindre de ses mouvements. Je posais mon ouvrage souvent, et restais là à la regarder, elle ouvrait parfois les yeux un court instant… Dans un rare moment de lucidité, je lui avais montré la couleur de cet ouvrage…elle l’avait vu… elle me disait entendre mes aiguilles, et parlait parfois à mots décousus des occupations de l’une ou l’autre de mes soeurs …

Je percevais son envie de vivre… elle « avait encore tant de choses à faire »…

si la photo n’est pas très nette, c’est que j’ai des larmes dans les yeux…Maman m’a tant donné et on s’est tant aimées…

Patchwork et petites croix pour des mots et une histoire 80

Des mots et une histoire … continuent à trotter dans ma tête

patchcath

…Ce texte sera mis en chanson pour la fête de fin d’année. Bien sûr, quelques dernières mises au point restent à faire, mais sans mentir, on éprouve une certaine admiration d’en arriver là. On en est assez fiers, veuillez nous pardonner.

C’est un voisin, qui venait juste d’emménager dans le quartier, qui eut l’idée de départ. Il voulait nous faire connaître ce qu’il avait vécu ailleurs. Il avait envie d’une grande rencontre entre habitants du village. Certains ont cru à un canular. «J’ai lâché un pavé sur la banquise? » a-t-il ajouté en voyant leur étonnement. C’est vrai qu’il a des réparties bien sympathiques, il est blagueur et surtout, très original. Il porte souvent une grande cape et des pantalons de moleskine satinée noire sur des chaussures trop colorées.

L’idée a mûri et cette rencontre aura lieu. Des jeux de toutes sortes, et des tournois de chants et de danse seront proposés. Des parcours et des circuits organisés à travers la ville seront susceptibles d’intéresser tout le monde et tous les âges. On se retrouve dans deux jours pour les dernières vérifications.

Je regarde une dernière fois par la fenêtre avant d’aller me coucher en avalant mes gouttes contre l’apnée du sommeil. La pluie scintille encore sous les lumières de la rue…

Edit : c’est ma participation à « Des mots, une histoire » 80ème édition sur le blog d’Olivia Billington. Les mots imposés sont ceux mis en gras.

patchcath

DIY Tricot facile – Tour de cou douillet

Une pelote de fil à tricoter velours suffit pour ce tour de cou douillet.

patchcath

Monter 18 mailles, tricoter en jersey jusqu’à la fin de pelote ou presque, au dernier rang tricoter 2 à 2 les mailles du dernier et du 1er rang ensemble et arrêter en même temps.

patchcath

Avec un jeu de 2 aiguilles n°10… elle pensait en faire un doudou ou un petit coussin porte pyjama…mais elle le porte finalement autour du cou.

patchcath

Juste un grand rectangle plié en 2.