Le grand chantier – Courte-pointe de Rosalie

Pour ce 6ème épisode du jeu initié par la Mère Castor, j’aurais aimé vous parler d’un voyage jusqu’au Brésil où les rorquals et les baleines suivent le navire au tropique du Capricorne pendant que l’éperon de la poupe fend la mer aux teintes cramoisies du coucher du soleil,

j’aurais souhaité vous décrire les Flandres et ses maisons mitoyennes de briques orangées,

patchcath

j’aurais pu vous parler d’un été en Normandie passé à déguster les crustacés, et à broder

patchcath

j’aurais rêvé de Russie bercée de musique antique d’orgue mêlée au son du luth jouée par un orchestre vêtu d’hermine,

ou d’une sieste au bord de l’étang, percevant les crissement des coléoptères dans les roseaux, le plongeon des ablettes et le chant des abeilles et rêvant de rosse, de grives et de bécasses pendant que les points avancent

patchcath

Mais le mouvement incessant de l’horloge sur pied me ramène au présent.

Je reprends immédiatement l’instrument, et tel le mouvement des aiguilles sur le cadran, l’extrémité pointe dans la pièce que le fil prolonge.

patchcath

J’ai rassemblé les fournitures à employer pour la garniture, une variété de substances de bouton de corde et de soie ; sur toute la hauteur et sur toute l’épaisseur, cet ornement embrassera l’ouvrage à des degrés différents, sur la moitié du mur, du milieu jusqu’aux coins pour que la composition s’épanouisse.

patchcath

Sans encre, sans trou, un test type, une spirale de mots et de phrases qui a pris de la vitesse.

Je ne suis pas une étoile, j’ai pris le train en route, et la fin est avancée. C’est le bouclage, la cassure, le sifflet a retenti, on remet le capuchon et il n’y a plus d’entrée.

La tête en friche et l’esprit dans les limbes, je broderai encore sur les pièces aux teintes d’or et d’argent, de béryl et d’acier, de sel et de calcium; je ferai ressortir les arbres sur les couleurs de bois, de poudre et de minerai.

patchcath

Je vais partir du bas à droite, monter et garnir les tissus, pratiquer plusieurs points pour présenter les formes, trouver les teintes, répéter aussi sans trop retoucher non plus, suivre les lignes, soutenir les coutures et terminer l’ouvrage, je vais m’y employer. Allons, bouclons nos ceintures!

patchcath

les autres sont et , ou, et… si la Mère est menée par la lune…

Ouvrages pour un jour heureux

Je vous avais montré mes envies d’ouvrages

patchcath

pour un jour très particulier;

patchcath

un des jours les plus longs de l’année et ensoleillé à souhait, ce fut tout simplement magnifique où tous étaient heureux.

patchcath

des fleurs pour elle

patchcath

une rose pour lui

patchcath

un dernier petit bisou avant de partir à la mairie…

 

Patchwork – L’oiseau bleu que le vent caresse

Souffle caresse était un vent né voici fort longtemps. Comme il était tout petit, tout léger, tout doux, on ne lui prédisait pas un grand avenir.
Ici, au pays des vents, seuls survivaient les plus forts, les plus violents, ceux qui arrachaient les feuilles,

patchcath

ceux qui déracinaient les arbres,

patchcath

ceux qui démontaient la mer et qui auraient pu décroché les étoiles.

patchcath

Au milieu de ces déchaînements, Souffle caresse paraissait plutôt inaperçu.
-« Va te cacher petit, le grand Mistral du Nord arrive, et crois-moi, par expérience, il vaut mieux ne pas être en travers de sa route… » lui conseilla Missouri, une feuille d’un arbre, occupée à consolider sa tige pour qu’elle tienne bien à sa branche.

patchcath

Dans le même arbre, l’oiseau bleu cherchait à s’installer confortablement pour ne pas perdre ses plumes.

patchcath

Allait-il choisir de rester vers les grosses feuilles de platane ?

patchcath

ou de se caler dans un panier ?

patchcath

Un peu plus bas dans le tronc, des lapins  s’empressaient de clouer des planches à chaque nœud, histoire que le vent ne s’y engouffre pas.
-« Je me rappelle l’année dernière, un coup de vent avait pénétré dans le tronc et fait chuter toutes nos réserves bien rangées sur l’étagère…J’espère que cette année, nos renforts seront plus solides… » dit Lapin.

patchcath

Toute cette agitation n’annonçait rien de bon. Souffle caresse décida d’attendre la bourrasque, là, niché entre Missouri et une autre feuille.

patchcath

Au loin, on entendait un sifflement qui annonçait l’arrivée du grand Mistral.
Souffle caresse osa jeter un œil. Il aperçut en fond, un gros nuage chargé de milliers d’objets tourbillonnants, emportés par le puissant souffle.

patchcath

Celui-ci grossissait à vue d’œil et le sifflement se fit grondement, au fur et à mesure qu’il approchait.

patchcath

Dans l’arbre, tous se préparaient à subir le cataclysme. Les feuilles se rigidifiaient, les oiseaux tremblaient d’effroi, et se serraient les uns contre les autres

patchcath

les lapins continuaient à clouer planches sur planches, avec effervescence.

patchcath

-« Fouououhouhouh ! »
Les premiers souffles du vent se firent sentir. Les feuilles frémirent, les plumes des oiseaux se décoiffèrent, les planches des lapins craquèrent doucement…

patchcath

Puis, cela monta en puissance. -« FOUOUF OUF OUOUF OUF ! » Les premières feuilles s’envolèrent,

patchcath

les branches commencèrent à osciller, les planches se courbèrent…

patchcath

-« FOUOUOUOUOUOUOUOUUUU ! »
Cette fois, c’était parti. Ils étaient dans le cœur de la bourrasque ! Les arbres se couchaient

patchcath

Missouri se cramponna. -« Ne résiste pas, laisse-toi flotter dans le sens du vent, en mettant juste ce qu’il faut de tension dans ta tige pour tenir à ta branche… Courage, ça va aller ! » l’encouragea Souffle caresse, qui profita de sa frêle consistance pour s’alléger encore plus.
Pour les fruits, c’était la panique.

patchcath

Mais le Mistral était fort. Il s’engouffra sous une plume de l’oiseau bleu, puis sous les feuilles de la branche et délogea victorieusement un fruit qu’il fit tournoyer avec panache dans son grand ciel.

patchcath

Profitant de l’effroi, il en dénicha un deuxième qu’il envoya dans les airs.

patchcath

-« FOUOUHOUHOUHOUHOUH ! » soufflait-t-il avec éclat.
L’oiseau bleu resserra ses plumes, les feuilles renforcèrent leur prise sur les branches, les lapins se cachèrent au plus profond de leur terrier, mais les fruits se détachaient les uns après les autres.

patchcath

Alors Souffle caresse intervint. Il quitta Missouri, et se laissa porter à son tour par les tourbillons. Bientôt, plus transparent que jamais, il rejoignit l’un des fruits, qu’il enveloppa délicatement. Hop, il fila ensuite pour rattraper les autres. Voilà qui était fait !
Les fruits soigneusement lovés dans son souffle léger, il se laissa alors divaguer. En haut… En bas… à gauche… à droite… Les fruits suivaient le mouvement, dans leur ouate toute douce. Cela dura un long moment. Souffle caresse déposa délicatement les fruits à terre.

patchcath

Le Mistral eut beau souffler son soûl, il ne parvint pas les faire tomber plus vite, empêché par un souffle transparent qui n’en était pas moins costaud.
-« FOOOUououh ouh ouh… »
Voilà, le Mistral semblait s’affaiblir, poursuivant sa route plus loin. L’oiseau bleu regardait ce manège avec admiration.

patchcath

-« Je crois que les fruits sont intacts… » lança Lapin aux oiseaux, et aux autres lapins
En haut de l’arbre, Missouri applaudissait, heureuse.
-« Merci Souffle caresse ! » clamèrent les habitants de l’arbre.
-« Merci à vous tous ! » répondit Souffle caresse.

patchcath

Tous les grands vents pouvaient désormais souffler, isolément et ponctuellement. Il savait qu’on resterait fort et imbattable devant les plus puissants, quand on est encouragé et aimé des autres.
La Terre était peuplée d’êtres vivants qui tous étaient dotés, devant leurs bouches, d’un souffle léger. L’amour était plus fort que les catastrophes!

patchcath

d’après Valérie Bonenfant

A l’approche de la fête de la musique, j’ai pensé à l’oiseau siffleur, l’oiseau chanteur (je ne suis pas la seule) et j’ai subitement eu envie de vous montrer cet ouvrage « l’oiseau bleu et le vent souffleur »

Nous sommes 2 à l’Atelier à avoir eu envie de réaliser un ouvrage sur ce thème de l’oiseau dans le vent sur une branche.